» Larynx, Hypopharynx, Trachée DYSPLASIE EN MUQUEUSE MALPIGHIENNE

DYSPLASIE EN MUQUEUSE MALPIGHIENNE


Dysplasie Mod Path 2002 ;15:229 : la description de la dysplasie suit exactement les mêmes caractéristiques que celles observées dans de nombreux autres organes avec un degré plus ou moins marqué de perte de maturation, d’atypies cellulaires et de stratification, cette entité est bien décrite dans les fascicules de l’OMS (16).
Dans la dysplasie minime, les anomalies nucléaires sont faibles, prédominant dans le 1/3 inférieur, en surface, on note une maturation et une stratification, rares mitoses dans les couches parabasales sans mitose atypique. Kératose et inflammation chronique présents.
Dans la dysplasie modérée, les atypies nucléaires sont plus marquées que dans la forme minime avec des nucléoles plus évidents, les atypies se retrouvent dans les 2/3 inférieurs du revêtement, persistance d’une maturation et de stratification en surface, présence de mitoses dans les couches parabasales et intermédiaires sans mitose atypique, association possible à une kératose.
Dans la dysplasie sévère, les anomalies nucléaires sont marquées, perte de maturation qui occupe plus des 2/3 de l’épaisseur du revêtement, le polymorphisme nucléaire est habituel, parfois, on retrouve des noyaux bizarres, focalement, les nucléoles sont volumineux, parfois les noyaux sont hyperchromatiques. Les mitoses sont présentes dans la quasi-totalité de l’épaisseur du revêtement avec présence de quelques formes atypiques, on retrouve en surface un certain degré de maturation et de stratification, ce qui permet de distinguer la lésion d’un carcinome in situ, association fréquente à une kératose. En pratique, il faut bien noter que la différence entre une dysplasie sévère et un carcinome in situ est extrêmement subjective.
Le risque de dégénérescence est, en règle générale, limité (17). Il paraït raisonnable de proposer une thérapeutique plutôt conservatrice avec surveillance. Ce risque semble cependant lié à la présence de mitoses atypiques, à l’augmentation des mitoses ou la prolifération de cellules basales indifférenciées dans les couches intermédiaires et superficielles, au polymorphisme nucléaire modéré à sévère (variation de taille, hyperchromasie, perte de polarité), à l’inflammation modérée à sévère du chorion (17).
(16) Shanmugaratnam K, Sobin LH. Histological typing of tumours of the upper respiratory tract and ear. second ed. Berlin : Springer verlag ; 1991.

(17) Blackwell KE, Fu YS, Calcaterra TC. Laryngeal dysplasia. A clinicopathologic study. Cancer 1995 ; 75(2):457-63.
 


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.