» CAVITE NASALE Nasopharynx Lymphome malin non Hodgkinien (Conventionnel)

Lymphome malin non Hodgkinien (Conventionnel)


Tumeurs et pseudotumeurs lymphoïdes (14).
Pathologie lymphoïde des fosses nasales et des sinus (14) Ann Pathol. 2009 Sep ;29(4):323-34.
Le lymphome malin (14) sinonasal peut se présenter initialement comme une masse de la région sinonasale ou du nasopharynx (2ème tumeur en fréquence après le carcinome malpighien avec 14% des cas). La plupart sont des lymphomes diffus à grandes cellules en Occident (point de départ sinusal) mais pratiquement tous les types histologiques ont été décrits (y compris manteau, folliculaire, B riche en cellules T ou granulomatose lymphomatoïde, Burkitt). NB, les fosses nasales et sinus representent la moitié des plasmocytomes extra­medullaires. On peut observer parfois une hyperplasie pseudo-épithéliomateuse du revêtement sous-jacent.
La plupart des cas rapportés d’Orient, d’Amérique latine sont de phénotype T/NK (ancienne réticulose maligne médiane, gra­nulome malin centrofacial, lésion immunoproliférative angiocentrique) (114-118) Hum Path 2004 ;35:86, cette entité a aussi été décrite en occident (119-121), le lymphome sinonasal est fréquemment lié à l'EBV qui n'est pas spécifique de cette entité car est parfois retrouvé dans des lymphomes B des sinus ou de l'anneau de Waldeyer (118).
Clinique : Plus fréquent chez l'homme d'age moyen (3 H/1F, médiane de 53 ans), d'installation insidieuse proche du Wegener : obstruction nasale, épistaxis, écoulement nasal, douleur, déformation, perforation du septum nasal ou du palais, œdème orbitaire ou syndrome de masse. Une proptose, des anomalies visuelles peuvent se voir en cas d'extension à l'orbite. Des signes systé­miques sont possibles : fièvre, amaigrissement. Un syndrome d'activation macrophagique est une complication rare mais grave. Stades I / II dans 80%, extension vers les sinus, cavité orale, l'orbite et Ie rhinopharynx et à distance vers la peau, TD, foie, ganglions, testicules. La moelle est très rarement envahie. L'infiltrat pouvant être minime, il est nécessaire de faire un immunomarquage
Histologie : Muqueuse ulcérée avec infiltrat lymphoïde dense qui détruit les glandes muqueuses, l'épithélium de surface est volontiers hyperplasique pseu­doépithéliomateux. Aspect variable, les cellules atypiques sont soit petites ou intermédiaires soit grandes hyperchromatiques soit un mélange des 2 formes (noyaux irréguliers, parfois ronds hyperchromatiques, cytoplasmes bien visibles, pâles). Quand il existe une prédominance des cellules petites ou intermédiaires, le diagnostic différentiel est difficile avec des phénomènes inflammatoires. L'angiocentricité se définit par une concentration des cellules tumorales autour et dans la paroi des vaisseaux avec infiltration et destruction des parois vasculaires (localisation périvasculaire = critère insuffisant) elle peut manquer dans 1/3 des cas (échantillonnage car biopsies de petite taille). Nécrose de coagulation ++ et apoptose importante, dépôts fibrinoïdes dans les vaisseaux
Il existe une association quasi-constante avec l'EBV (immunohistochimie ou FISH avec EBER, LMP souvent non exprimé), le marquage immunophénotypique est particulier CD56 + (se voit aussi dans lymphome T intestinal, LLC T, LLC prolymphocytaire lymphome T hépatosplénique, formes lymphoblastiques ou anaplasiques), CD 16 +/-, CD 57 -, CD2 +, CD 3 de surface + (Le CD3 en pratique courante reconnaît la portion cytoplasmique du TCR présente dans les cellules NK, et ne distingue pas entre lymphocytes T et NK), CD43 et CD45R0 souvent +.
TCR –(absence de réarrangement du gène du récepteur T) (122), CD4-, CD 8 -, CD 43+/-, CD 5 -. Y penser si CD3+ mais CD5-, CD30 + dans 20 % des cas. Certains cas sont CD56- mais marqueurs T ou cytotoxiques +, EBV +, parfois réarrangement du récepteur T. Des aspects similaires ont été retrouvés dans une série occidentale avec en plus un marquage fréquent pour le TIA-1, granzyme B et perforine (lymphome T intestinal, lymphome T hépatosplénique, formes anaplasiques, leucémies à lymphocytes granulaires) (123). Le gène du TCR est souvent en configuration native. Certains cas ont un phenotype T : CD56-, CD3+, CD5+, CD4 ou CD8+, marqueurs cytotoxiques+. Dans ces cas, il existe un rearrangement monoclonal du TCR
Quelques anomalies génétiques récurrentes ont été décrites : del6 (q21-25), del(17)(p12-p13), del(13)(q14-q34) et gain de 1p32-pter
Diagnostic differentiel : difficile avec des lésions non tumorales : phénomènes inflammatoires, infectieux, granulomatose de Wegener (clinique proche, mais avec souvent une atteinte pulmonaire et/ou rénale, positivité des Anca, présence de micro-abces, de gra­nulomes petits et mal limités constitués d'histiocytes épithélioïdes).
Si caractère tumoral évident, tumeurs à cellules rondes discutées (neuro­blastome olfactif, rhabdomyosarcome) mais un immuno­marquage adapte fera Ie diagnostic.
 Images : (1)  ; (2) , #3, #4
Traitement : formes localisées, RTE +/- chimiothérapie, OS à 5 ans 30 - 50 %, l'évolution semble plus favorable pour les formes occidentales. Sonr de mauvais pronostic : de façon classique : un stade avancé, un performance status faible, une forte masse tumorale, un important contin­gent de grandes cellules (> 40%).
Un syndrome hémophagocytaire est assez fréquemment associé et de mauvais pronostic, il existe des formes leucémiques avec des granules éosinophiles au Giemsa
Les lymphomesT des fosses nasales et des sinus EBER- ou sans marqueurs cytotoxiques sont des lymphomes T péri­phériques.
En occident les lymphomes des sinus sans atteinte nasale sont surtout diffus à grandes cellules B (EBV -, sauf immunodéprimés)(DLBCL : Images), (H/F = 2,1/1, moyenne : 63 ans), stade peu avancé, peu de symptômes B, LDH bas, bon Karnofsky et score IPI faible Cancer. 2012 Mar 15 ;118(6):1593-8. Atteinte des tissus mous avec destruction osseuse et des signes cliniques d'agressivité (douleur, épistaxis, œdème facial, atteinte des nerfs crâniens). Site initial souvent sinusal de présentation tumorale polypoïde, 75% au stade I / II. Un ou plusieurs ganglions cervicaux sont infiltres dans 60 % des cas, rechutes ganglionnaires, hépatiques, pulmonaires. Infiltrat dense de la muqueuse par de grandes cellules : centroblastes et/ou immunoblastes qui expriment les marqueurs B : C020, CD79a, PAX5. Association chimiothérapie / immunothérapie, rechutes du SNC fréquentes, OS de 35 - 60%. Les lymphomes T/NK se voient surtout dans la cavité nasale sont moins agressifs avec tendance à la perforation du septum nasal (124 ;125).
Dans la population pédiatrique les lymphomes B prédominent essentiellement la forme à petites cellules non clivées.

Le granulome médiofacial létal est plus un syndrome clinique qu’une entité spécifique. Il s’agit d’une lésion destructrice de la cavité nasale, du nasopharynx, du palais, des sinus paranasaux ou de la partie médiane de la face. Elle comprend plusieurs pathologies sans rapport, y compris les variantes agressives de granulomatose de Wegener, des formes dues à l'abus de cocaïne (qui se caractérise par une inflammation non spécifique avec de la nécrose sans vascularite. D’autres, présentent un aspect histologique polymorphe correspondant aux ainsi nommées AILD angioimmunoproliferative lymphoid disease. On note une alternance de petits lymphocytes avec de grandes cellules atypiques, celles-ci pouvant être très minoritaires (voir lymphomes B riches en cellules T).
Le plasmocytome extramédullaire (14) Ann Pathol. 2009 Sep ;29(4):323-34 (BOM normale, normocalcémie, pas d'anémie, ni insuffisance rénale)survenant dans la cavité nasale et le nasopharynx dans 85% des cas, peut se présenter comme une masse hémorragique molle, c'est la localisation extrasquelettique la plus fréquente (126) (cavités nasales (28%), sinus paranasaux (22%), nasopharynx (22%)). > 40 ans (moyenne de 60 ans) ; 80% masculine, le plus souvent lésion isolée, myélome par la suite jusqu’à 10 ans plus tard.
Clinique  : obstruction (35%), épistaxis (35%), douleurs (20%), proptose (15%) par envahissement orbitaire, écoulement nasal (10%), atteinte des nerfs craniens (5 %)
Macroscopie : lésion lisse surélevée, rouge ou grise, charnue, faisant saillie dans la lumière Histologie : ne montre pas de particularité par rapport aux plasmocytomes situés ailleurs dans l’organisme (voir dyscrasie plasmocytaire). La plupart des patients avec un plasmocytome extramédullaire solitaire développeront par la suite un myélome disséminé, l’intervalle libre pouvant atteindre jusqu’à dix ans (5).
Prolifération dense, diffuse, de cellules monomorphes ne laissant persister que quelques structures vasculaires. Le plus souvent l'épithélium de surface est res­pecté.
Selon le degré de maturation des cellules plasmocytaires, on distingue :
des formes bien differenciées plasmocytaires, les plus fréquentes, avec 1 majorite de plasmocytes matures : noyaux excentrés à chromatine mottée « en rayon de roue », cytoplasme basophile et arcoplasme (zone claire paranucleaire) ;
des formes moyennement differenciées avec nombreuses grandes cellules, anaplasiques, avec anisocaryose. On y retrouve des cel­lules plasmocytaires plus matures ;
des formes indifferenciées, anaplasiques ou plasmoblas­tiques ou la majorité des cellules sont plus grandes que des plasmocytes matures avec une chromatine variable, vésiculeuse, finement granuleuse ou mottée. Les noyaux sont souvent centres par un volu­mineux nucleole comme un noyau d'immunoblaste. En revanche, le noyau reste souvent excentré au sein du cytoplasme.
Dans ces deux dernieres formes les mitoses sont nom­breuses. Quelle que soit la cytologie, on peut observer des cellules binucléées, rarement des corps de Russel (inclusions cytoplasmiques intranucleaires) et des dépôts amyloides.
Dans les formes differenciées, on peut se contenter de 5 anticorps : CD138+, CD45±, AE1/AE3- pour confirmer la nature plasmocytaire, kappa et lambda pour confir­mer la monoclonalité.
Le diagnostic différentiel depend du degré de différenciation. Dans les formes differenciées, se pose le problème d'un infiltrat plasmocytaire réactionnel (rhinoscléromes ou maladie de Rosai), dans les formes peu différenciées avec un lymphome plasmoblastique

Des cas très rares de lymphomes intravasculaires en situation sinonasale ont été décrits ainsi que des maladies de Hodgkin ou des sarcomes granulocytaires ainsi que des pseudolymphomes.


http://pathologyoutlines.com/nasal.html#lymphomageneral


(5) Rosai J. Ackerman's surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby, 1996.
(14) Barnes L, Eveson JW, Reichart P, Sidransky D. Pathology and genetics of Head and neck tumours. IARC press, 2005.


(114) Arber DA, Weiss LM, Albujar PF, Chen YY, Jaffe ES. Nasal lymphomas in Peru. High incidence of T-cell immunophenotype and Epstein-Barr virus infection. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(4):392-399.
(115) Harabuchi Y, Imai S, Wakashima J, Hirao M, Kataura A, Osato T et al. Nasal T-cell lymphoma causally associated with Epstein-Barr virus : clinicopathologic, phenotypic, and genotypic studies. Cancer 1996 ; 77(10):2137-2149.
(116) Liang R, Todd D, Chan TK, Chiu E, Choy D, Loke SL et al. Nasal lymphoma. A retrospective analysis of 60 cases. Cancer 1990 ; 66(10):2205-2209.
(117) Ratech H, Burke JS, Blayney DW, Sheibani K, Rappaport H. A clinicopathologic study of malignant lymphomas of the nose, paranasal sinuses, and hard palate, including cases of lethal midline granuloma. Cancer 1989 ; 64(12):2525-2531.
(118) Weiss LM, Gaffey MJ, Chen YY, Frierson HF. Frequency of Epstein-Barr viral DNA in "Western" sinonasal and Waldeyer's ring non-Hodgkin's lymphomas. Am J Surg Pathol 1992 ; 16(2):156-162.
(119) Strickler JG, Meneses MF, Habermann TM, Ilstrup DM, Earle JD, McDonald TJ et al. Polymorphic reticulosis : a reappraisal. Hum Pathol 1994 ; 25(7):659-665.
(120) Tran LM, Mark R, Fu YS, Calcaterra T, Juillard G. Primary non-Hodgkin's lymphomas of the paranasal sinuses and nasal cavity. A report of 18 cases with stage IE disease. Am J Clin Oncol 1992 ; 15(3):222-225.
(121) Robbins KT, Fuller LM, Vlasak M, Osborne B, Jing BS, Velasquez WS et al. Primary lymphomas of the nasal cavity and paranasal sinuses. Cancer 1985 ; 56(4):814-819.
(122) Jaffe ES, Chan JK, Su IJ, Frizzera G, Mori S, Feller AC et al. Report of the Workshop on Nasal and Related Extranodal Angiocentric T/Natural Killer Cell Lymphomas. Definitions, differential diagnosis, and epidemiology. Am J Surg Pathol 1996 ; 20(1):103-111.
(123) Gaal K, Sun NC, Hernandez AM, Arber DA. Sinonasal NK/T-cell lymphomas in the United States. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(11):1511-1517.
(124) Abbondanzo SL, Wenig BM. Non-Hodgkin's lymphoma of the sinonasal tract. A clinicopathologic and immunophenotypic study of 120 cases. Cancer 1995 ; 75(6):1281-1291.
(125) Cuadra-Garcia I, Proulx GM, Wu CL, Wang CC, Pilch BZ, Harris NL et al. Sinonasal lymphoma : a clinicopathologic analysis of 58 cases from the Massachusetts General Hospital. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(11):1356-1369.
(126) Fu YS, Perzin KH. Nonepithelial tumors of the nasal cavity, paranasal sinuses and nasopharynx. A clinicopathologic study. IX. Plasmacytomas. Cancer 1978 ; 42(5):2399-2406.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.