» PLEVRE Plaques pleurales

Plaques pleurales




Plaques pleurales (3) : Les plaques fibro-hyalines sont la conséquence la plus fréquente d'une exposition à l'amiante. Elles surviennent tardivement, plusieurs années après le début de l'exposition. Les plaques se localisent essentiellement sur la plèvre pariétale. L'atteinte peut être unilatérale et préférentiellement gauche ou plus souvent bilatérale et asymétrique. Les régions postérieures et postéro-basales en regard des 6ème aux 10ème côtes sont électivement atteintes. Les apex et les culs de sac costo-diaphragmatiques sont respectés. Situées sur la plèvre viscérale, de consistance ferme ou caoutchouteuse voire pierreuse, à surface lisse ou nodulaire, de taille variable, prédominant à la partie inférieure (diaphragme) n‘atteignant pas l'apex, le long des côtes elles sont allongées.
Histologie
 : tissu collagène dense paucicellulaire +/- calcifié, en faisceaux ondulants, parfois discret infiltrat lymphocytique en profondeur. Les plaques pleurales morphologiquement identiques se voient surtout autour de la rate (périsplénite) et du foie et contrairement aux formes pleurales ne semblent pas liées à l'asbestose, de nombreuses hypothèses impliquant des phénomènes mécaniques, la tuberculose, une péricardite constrictive, une cirrhose ou insuffisance cardiaque. Une étude sur près de 1000 autopsies avec évaluation de l'asbestose dans 60 % des cas montre une incidence de 17% de plaques péritonéales qui sont associées à une cirrhose, tuberculose quiescente , des plaques pleurales et à l'asbestose (124) .
Imagerie  : Elles se développent surtout dans les régions postérieures et postérobasales, comprises entre les 6
ème et 10ème
côtes. L’atteinte pleurale est le plus souvent bilatérale, asymétrique ; lorsqu’elle est unilatérale, elle prédomine habituellement du côté gauche. Les plaques pleurales intéressent initialement la plèvre pariétale, puis secondairement la plèvre viscérale. Epaississement pleural circonscrit, localisé, de forme aplatie ou nodulaire, plus ou moins saillante, vue en tangence elle apparaît généralement comme une structure en plateau parallèle à la paroi thoracique interne. En TDM HR, la plaque est un épaississement pleural tissulaire, parfois calcifié, circonscrit, situé en dedans des côtes et des tissus extra-pleuraux et séparée de ces structures par une fine couche de graisse . La TDM est plus sensible que la radiographie pour la détection des plaques et distingue sans difficultés les plaques d'un épaississement de la graisse extra-pleurale.
(3) Mac Caughey, Churg J. Tumors and pseudotumors of the serous membranes. Atlas of tumor pathology. Second series Fascicle 20.
Armed forces institute of pathology. Washington 1985 :112-8

(124) Mollo F, Andrion A. Hyaline splenic and hepatic plaques. Correlations with cirrhosis, pulmonary tuberculosis, and asbestos exposure. Arch Pathol Lab Med 1993, 117, 1017-21.

 


 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.