» POUMON Carcinome bronchioloalvéolaire non mucineux

Carcinome bronchioloalvéolaire non mucineux


Voir classification des carcinomes bronchioloalvéolaires
Forme non mucineuse : Elle représente la majorité des cas, des 2/3 à 75% des cas (la forme mucineuse ne représente que 25%) avec quelques % de formes mixtes. Elle est constituée de cellules de Clara ou alvéolaires de type 2 sous forme de cellules cubo-cylindriques, éosinophiles, à noyaux plus grands, plus hyperchromatiques et plus atypiques que ceux de la forme mucineuse. Quand il s'agit de cellules de Clara, ce qui représente la majorité des cas, l'on retrouve un cytoplasme éosinophile et des apical " snouts ", voire un aspect en clous de tapissier.
Le monomorphisme des cellules permet le diagnostic différentiel avec une prolifération réactionnelle ou métaplasique qui est le plus souvent hétérogène. Il existe assez fréquemment une cicatrice centrale, soit sous forme d'un épaississement septal, soit sous forme d'une fibrose acellulaire élastosique qui déforme les alvéoles bordées de cellules malignes pouvant simuler une invasion stromale (l'adénocarcinome s'accompagne d'une stroma réaction bien plus cellulaire fibroblastique avec des cellules moins bien différenciées). En périphérie du bronchiolo-alvéolaire les cellules sont plus petites avec des atypies de moins en moins nettes pouvant ressembler à des cellules alvéolaires de type 2 et pouvant poser un problème très important de diagnostic différentiel avec le poumon adjacent qui peut être le siège d'une hyperplasie réactionnelle. Le diagnostic d'extension se fait donc au faible grossissement. Il en est de même en ce qui concerne les nodules satellites qui, pris isolément, sont le plus souvent non séparables d'un adénome bronchiolo-alvéolaire ou d'une hyperplasie adénomateuse atypique, le diagnostic de malignité étant réalisé du fait de la proximité avec la tumeur principale. Comme déjà précisé auparavant dans environ 90% des cas, les cellules observées sont des cellules de Clara avec des apical " snouts " présentant des granules PAS diastases apicaux et des vacuoles PAS+ cytoplasmiques dans moins de 10% des cas ce sont des cellules de type 2 (inclusions intranucléaires PAS+ parfois volumineuses). Ces inclusions intranucléaires peuvent parfois simuler une virose.
Le plus souvent il existe un épaississement septal modéré avec un infiltrat lymphoplasmocytaire modéré, parfois une réaction granulomateuse nécrosante.
Dans la forme sclérosante, présence d'une fibrose interstitielle marquée, l'architecture pulmonaire étant déformée mais non détruite, il n'existe par définition, pas d'invasion stromale par des nids ou des cellules tumorales isolées.

Cytologie  : elle ne permet pas le diagnostic différentiel entre un bronchiolo-alvéolaire et un carcinome mixte adénocarcinome/ bronchiolo-alvéolaire ou avec un adénocarcinome papillaire. Il se différencie d'un adénocarcinome classique par un fond propre, absence d'amas tridimensionnels, les amas sont bien agencés, bidimensionnels avec des noyaux réguliers, ronds et des fentes nucléaires (29a).
Immunohistochimie : TTF1 + dans la majorité des formes non mucineuses et mixtes (31-34), CK7 + dans 94 à 100% des cas (31 ;33), surfactant +, CK 20 + dans 0 à 5% (31 ;33)
Le TTF-1 nucléaire n’est pas complètement spécifique de la nature pulmonaire / thyroïdienne d’un adénocarcinome. Etude de 33 cholangiocarcinomes avec TTF1 + dans 27% des cas tous extrahépatiques (47% des cas extrahépatiques, sur ces 9 cas 3 sont Napsine A + Am J Surg Pathol. 2014 Feb ;38(2):224-7), NB : 10% des métas pulmonaires d’adénok colique sont TTF1 + Mod Pathol.2005 Oct ;18(10):1371-6 (3) Colby TV, Koss MN, Travis WD. Tumors of the lower respiratory tract. third series ed. Washington : Armed forces institute of pathology, 1995.

(27) Axiotis CA, Jennings TA. Observations on bronchiolo-alveolar carcinomas with special emphasis on localized lesions. A clinicopathological, ultrastructural, and immunohistochemical study of 11 cases. Am J Surg Pathol 1988 ; 12(12):918-931.

(29a) Ohori NP, Santa Maria EL. Cytopathologic diagnosis of bronchioloalveolar carcinoma : does it correlate with the 1999 World Health Organization definition ? Am J Clin Pathol 2004 ; 122(1):44-50.

(31) Simsir A, Wei XJ, Yee H, Moreira A, Cangiarella J. Differential expression of cytokeratins 7 and 20 and thyroid transcription factor-1 in bronchioloalveolar carcinoma : an immunohistochemical study in fine-needle aspiration biopsy specimens. Am J Clin Pathol 2004 ; 121(3):350-357.

(32) Saad RS, Liu YL, Han H, Landreneau RJ, Silverman JF. Prognostic significance of thyroid transcription factor-1 expression in both early-stage conventional adenocarcinoma and bronchioloalveolar carcinoma of the lung. Hum Pathol 2004 ; 35(1):3-7.

(33) Lau SK, Desrochers MJ, Luthringer DJ. Expression of thyroid transcription factor-1, cytokeratin 7, and cytokeratin 20 in bronchioloalveolar carcinomas : an immunohistochemical evaluation of 67 cases. Mod Pathol 2002 ; 15(5):538-542.

(34) Goldstein NS, Thomas M. Mucinous and nonmucinous bronchioloalveolar adenocarcinomas have distinct staining patterns with thyroid transcription factor and cytokeratin 20 antibodies. Am J Clin Pathol 2001 ; 116(3):319-325.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.