» POUMON Blastome pleuropulmonaire

Blastome pleuropulmonaire


Blastome pleuropulmonaire (3 ;5 ;82 ;83,103) Arch Pathol Lab Med. 2010 Nov ;134(11):1645-58, Cancer. 2015 Jan 15 ;121(2):276-85 : Pathologie du jeune enfant survenant de 1 à 12 ans avec une majorité à moins de 3 ans. Près de 25%des cas présentent plusieurs pathologies (néphrome kystique, tératome ovarien, polypes multiples intestinaux, rhabdomyosarcome et tumeur de Wilms).
Clinique : Le plus souvent asymptomatique ou dyspnée, douleur, fièvre, toux, pneumothorax.
Imagerie : présence de kystes aériens, avec des masses intrakystiques, un épaississement des septa.
Macroscopie : de taille importante variant de 8 à 3 cm. L’aspect est variable : cela va du kyste intrapulmonaire isolé ou multiloculaire, à paroi fine avec parfois un aspect nodulaire, épaissi, à la masse multilobée solide, blanc, gris, rouge ou jaune atteignant le médiastin, la plèvre ou le poumon.
Histologie : Kyste uni ou multiloculaire bordé par un revêtement alvéolaire ou bronchique avec couche sous-jacente de rhabdomyoblastes primitifs ovales et fusiformes (strap cells). Dans les formes solides on a des cellules stromales primitives blastémateuses et des foyers d'anaplasie et de polymorphisme, zones compactes alternant avec des zones myxoïdes et territoires de type léiomyosarcome. Dans 25% des cas cartilage malin ou tissu adipeux malin, possibilité de cellules musculaires striées malignes ainsi que de petits kystes ou glandes correspondant à du mésothélium ou parenchyme pulmonaire piégé.
Type I : rare (25/156 cas = 16% à 33% (Cancer. 2015 Jan 15 ;121(2):276-85) chez les enfants les plus petits (médiane de 8 à 9 mois (0 à 37 mois), dyspnée, pneumothorax ou compression de structures intrathoraciques, +/- déviation médiastinale, par grand kyste. La lésion se présente comme un kyste à paroi fine, périphérique sans zone solide, nodulaire ou en plaque. Couche sous-épithéliale parfois continue et épaisse (comme la cambium layer du rhabdomyosarcome botryoïde), de petites cellules rondes à noyau hyperchromatique de type rhabdomyoblastique. Epithélium respiratoire à cellules cubocylindriques.
Type II : (médiane de 31 à 35 mois, de 6 à 64 mois), 35 à 45% des blastomes. Composante kystique macroscopique ou histologique sous forme de septa dans une lésion solide. Les zones épaissies ou en plaque sont formées de rhabdomyosarcome, blastème ou sarcome à cellules fusiformes.
Type III PPB : 33 à 40% des cas chez des enfants avec une moyenne de 42 mois (1 à 147 mois), avec fièvre, toux, douleurs thoraciques et abdominals, dyspnée et amaigrissement. Lésion homogène ou hétérogène solide +/- atteinte de la paroi thoracique ou structures médiastinales. Lésion bien limitée, solide, mucoïde, friable avec fixation pleurale d'un lobe ou poumon entier +/- hémorragie et nécrose.
Histologie : amas cohésifs de petites cellules primitives à noyaux hyperchromatiques, N/C élevé, mitoses, cellules fusiformes, stellaires et petites ovoïdes dans un stroma +/- myxoïde de type rhabdomyosarcome ; sarcome à cellules fusiformes de type fibrosarcome infantile ; nodules de cartilage immature ou malin. Possibilité de grandes cellules anaplasiques isolées ou en amas avec mitoses atypiques. Images histologiques  : bulles, cytologie, T biphasique + cartilage malin, , autres images : #0, #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8, #9, #10, #11, #12, #13, #14, SMA, lames virtuelles Type I pleuropulmonary blastoma - Slide, Cystic pleuropulmonary blastoma - Slide, Cystic pleuropulmonary blastoma - Slide, Slide #1, #2, #3, #4

Immunohistochimie : cellules blastémateuses vimentine+, alpha1-AT+, desmine+, myoglobine+, si muscle strié et PS100+ si cartilage, CD117 focal, CD99 faible.
Génétique : gains de chromosome 8 (observé également dans le fibrosarcome infantile, desmoïde et néphrome mésoblastique) Modern Pathology (2007) 20, 1191à1199 ;, mutation germinale hétérozygote DICER1 Cancer. 2015 Jan 15 ;121(2):276-85
Diagnostic différentiel : les type III imitent un rhabdomyosarcome embryonnaire, mais rare dans poumons/plèvre, le PPB est kystique avec du blastème et autres composantes mésenchymateuses tel le cartilage, le type 1 un grand kyste bronchogénique
Sarcome synovial monophasique, MPNST, mésothéliome, tératome malin, mésothéliome, PNET et sarcome indifférencié
Pronostic : 25 à 50% de survie longue si la tumeur est solide, DFS à 5 ans de 80 à 90% si la tumeur est kystique, essentiellement à paroi fine.OS à 5 ans de 83 à 91% si type 1 vs 42% si type 2 ou 3.
http://www.pathologyoutlines.com/topic/lungtumorPPB.html

(3) Colby TV, Koss MN, Travis WD. Tumors of the lower respiratory tract. third series ed. Washington : Armed forces institute of pathology, 1995.

(5) Travis WD, Brambilla E, Muller-Hermelink HK, Harris CC. Pathology and genetics of Tumours of the lung, pleura, thymus and heart. Lyon : IARC Press, 2004.

(82) Manivel JC, Priest JR, Watterson J, Steiner M, Woods WG, Wick MR et al. Pleuropulmonary blastoma. The so-called pulmonary blastoma of childhood. Cancer 1988 ; 62(8):1516-1526.

(83) Hill DA, Sadeghi S, Schultz MZ, Burr JS, Dehner LP. Pleuropulmonary blastoma in an adult : an initial case report. Cancer 1999 ; 85(11):2368-2374.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.