» PLEVRE TUMEUR ADENOMATOIDE

TUMEUR ADENOMATOIDE


Tumeur adénomatoïde (3 ;76) : Il s’agit d’une tumeur bénigne circonscrite, composée de cellules mésothéliales agencées en petits cordons, tubules ou acini.
Clinique : La lésion intéresse dans l’immense majorité des cas l’appareil génital et représente 60 % des tumeurs bénignes des annexes testiculaires.
Chez l’homme, elle siège souvent dans la région de l’épididyme mais elle peut se situer dans le cordon spermatique, dans la vaginale testiculaire ou le parenchyme testiculaire.
Chez la femme, la lésion est le plus souvent en relation avec la trompe de Fallope, le ligament large ou avec la surface séreuse de l’utérus. Le hile ovarien et l’ovaire peuvent être intéressés.
De rares cas extra-génitaux ont été décrits dans l’épiploon, le mésentère, le rétropéritoine, la surrénale, la plèvre et le péricarde (77).
Macroscopie : Les tumeurs adénomatoïdes sont le plus souvent unilatérales et uniques.
Elles mesurent de quelques millimètres à plusieurs centimètres, rarement plus de cinq centimètres. Elles sont de forme ovalaire ou aplatie, bien délimitées et de couleur blanc-gris ou jaune. De rares tumeurs adénomatoïdes de grande taille (10 cm) ont été décrites (78).
Découverte par hasard, sans relation avec l’amiante.
Histologie : La tumeur adénomatoïde se compose de grandes cellules épithélioïdes à cytoplasme éosinophile, agencées en cordons ou tubules avec vacuoles intracytoplasmiques, absence d’atypies, fréquemment on note en bordure des follicules lymphoïdes. Une architecture adénoïde, angiomatoïde, solide et kystique est possible. Il a été décrit un cas de tumeur adénomatoïde utérine composée de volumineux kystes. La vacuolisation des cytoplasmes est fréquente, des cellules pouvant alors prendre un aspect de cellules en bague à chaton. La coalescence de ces vacuoles semble être à l’origine des espaces tubulaires fréquents dans cette tumeur et qui sont tapissés de cellules aplaties ou cubiques.
Le stroma est fibreux, contenant parfois des faisceaux musculaires lisses qui peuvent être abondants, hyperplasiques.
Immunohistochimie : CK +, calrétinine +, EMA -, cette lésion est bénigne (des formes malignes ont été décrites dans le tractus génital), la taille microscopique permet le diagnostic différentiel avec le mésothéliome, l’hémangioendothéliome épithélioïde est CD 31 et 34 +, CK - (79 ;80)

(3) McCaughey WT, Kannerstein M, Churg J. Tumors and pseudotumors of the serous membranes. second ed. Washington : Armed Forces Institute of Pathology, 1985.

(76) Ulbright TM, Amin MB, Young RH. Adenomatoid tumor. In : Rosai J, Sobin LH, editors. Tumors of the testis, adnexa, spermatic cord, and scotum. Washington DC : Armed forces institute of pathology, 1999 : 243-247.

(77) Natarajan S, Luthringer DJ, Fishbein MC. Adenomatoid tumor of the heart : report of a case. Am J Surg Pathol 1997 ; 21(11):1378-1380.

(78) Bisset DL, Morris JA, Fox H. Giant cystic adenomatoid tumour (mesothelioma) of the uterus. Histopathology 1988 ; 12(5):555-558.

(79) Handra-Luca A, Couvelard A, Abd A, I, Launay O, Larousserie F, Walker F et al. [Adenomatoid tumor of the pleura. Case report]. Ann Pathol 2000 ; 20(4):369-372.

(80) Kaplan MA, Tazelaar HD, Hayashi T, Schroer KR, Travis WD. Adenomatoid tumors of the pleura. Am J Surg Pathol 1996 ; 20(10):1219-1223.





Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.