» GLANDES SALIVAIRES Kyste des glandes salivaires

Kyste des glandes salivaires


Kystes (9) : La mucocèle est la lésion la plus fréquente salivaire (5 à 10% de toutes les lésions), c’est la lésion intra-orale la plus fréquente du sujet jeune. La forme par fuite post traumatique d’un canal excréteur représente 90%, celle rétentionnelle est rare, surtout lèvre < (80 %), plancher buccal (15 %), sinon langue, muqueuse buccale, rare dans glandes majeures, lésion < au cm en dôme de la muqueuse, molle, translucide, bleutée, aspects moins typiques si plus profond ou remaniements secondaires, récents ou anciens, avec aspect angiomateux et consistance dure, si volumineux dans le plancher.
Histologie  : L’aspect du tissu avoisinant la plage muqueuse est variable :
- inerte en cas de lésion très récente où la flaque muqueuse est le plus souvent mal limitée et difficile à différencier d’un simple oedème sur les colorations standards,
- siège d’un granulome de résorption mucophagique uni- ou parfois multinucléés, à la période d’état,
- bourgeon charnu isolant la flaque muqueuse dans une cavité sans revêtement épithélial (aspect pseudokystique) au stade tardif, auquel la mucocèle est habituellement observée
Mucocèles par rétention :accumulation de mucus dans la lumière d’un canal dilaté, soit de façon constitutionnelle soit de façon acquise ; toutes les causes d’obstruction distale d’un canal excréteur d’une glande salivaire accessoire peuvent être à l’origine d’une mucocèle par rétention (traumatisme récent ou ancien ; lésion cicatricielle de la muqueuse buccale ; inflammation ; bouchon muqueux ; microlithes ; tumeur bénigne).
Elles représentent 10 à 20 % des mucocèles, elles se distinguent de celles par extravasation par leur siège ubiquitaire dans la cavité buccale et leur survenue chez le sujet âgé.
Histologie . présence d’un épithélium bordant la cavité à contenu muqueux ; cet épithélium est d’aspect très variable, cubique (canal intercalaire), oncocytaire (canal strié), multistratifié (canaux excréteurs extra lobulaires), hyperplasique simulant un cystadénome, métaplasique (notamment malpighien). Le mucus peut contenir des microlithes. Il n’existe habituellement pas d’inflammation périkystique.
Mucocèles mixtes. Elles s’observent chaque fois qu’une mucocèle par rétention est le siège, du fait d’une distension muqueuse extrême du canal, d’une fissure voire d’une véritable rupture de celui-ci, source d’extravasation secondaire.
Ranula (grenouillette). = grande mucocèle aux dépens de la glande sublinguale ; initialement de type rétentionnel par obstruction de la partie terminale du canal excréteur de la glande (lésion inflammatoire de la muqueuse buccale), parfois secondairement mixte. Masse molle et bleutée, parfois diffusion à tout le plancher buccal / loge sous-maxillaire, voire les tissus cervicaux. L’aspect histologique est identique à celui décrit ci-dessus (mucocèles par rétention). Le Kyste du canal excréteur : kystes acquis du sujet âgés, parotidiens ou sous-maxillaires, à contenu non muqueux, par dilatation kystique d’un canal excréteur suite à une obstruction distale souvent non retrouvée = kystes rétentionnels, qui diffèrent des mucocèles rétentionnelles par : leur siège (parotide ou sous-maxillaire), leur taille, l’absence de contenu muqueux.
La lésion est habituellement unique, indolore, de 3 à 4 cm de diamètre en moyenne, uniloculaire, à contenu citrin.
Histologie  : la paroi kystique est constituée d’une épaisse bande de tissu fibreux pauvre en cellules inflammatoires. L’épithélium de bordure est variable : cubique, cylindrique, stratifié, malphighien mince ou épais ; des cellules caliciformes ou des oncocytes épars sont présents. Le parenchyme alentour est atrophique et le siège de lésions de sialadénite chronique non spécifique..
Cvtologie  : histiocytes +/- PNN, parfois des cristalloïdes protéiques polygonaux d’amylase (exclure la forme kystique du carcinome muco-épidermoïde bien différencié (la persistance d’une zone solide après la ponction d’un kyste doit faire répéter la cytoponction).
Les kystes lympho-épithéliaux : Adulte d’âge moyen, souvent kyste uniloculaire (2/3 des cas) de petite taille (1 à 2 cm). Ce sont des lésions de la parotide ou des ganglions cervicaux supérieurs caractérisés par de multiples kystes bordés par un revêtement squameux avec quelques cellules caliciformes ou sébacées éparses ou glandulaire (épithélium cubique, cylindrique, parfois cilié) entouré par une importante hyperplasie lymphoïde floride avec de multiples centres germinatifs s’accompagnant de lésions lympho-épithéliales, ces kystes lympho-épithéliaux correspondent à d’autres lésions cervicales qu’on retrouve tels les kystes de fentes branchiales. Modifications de type lyse des centres germinatifs / perte des manteaux. Remaniements secondaires avec hyalinisation ou granulomes à corps étrangers au contact de cristaux d’acides gras ou de lamelles de kératine. Les kystes sont vraisemblablement d’origine obstructive secondaire à l’hyperplasie lymphoïde liée à l’infection par lIe VIH. Ces lésions sont devenues rares avec la trithérapie. Elles ne sont pas prélymphomateuses.
Images  : #3, Macroscopie : #1
Diagnostic différentiel  : kyste branchial, mais latérocervical, rarement du pôle inférieur de la parotide. Méta ganglionnaire de malpighien, mais atypies et mitoses.
Hyperplasie lymphoïde kystique du SIDA, surtout de la parotide (85%), parfois sous-maxillaire (15%), nette hyperplasie lymphoïde avec lyse folliculaire + sialadénite myoépithéliale, kystes multiloculaires bordés parfois de métaplasie malpighienne avec exocytose.
Dans le Sjögren atteinte bilatérale, systématisée avec sialadénite myoépithéliale, kystes + petits et + tardifs.
Histopathologie bucco-dentaire et maxillo-faciale
Le Charpentier Y, Auriol Michelle. Masson



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.