» TISSU ODONTOGENE ODONTOME COMPOSE

ODONTOME COMPOSE


Odontomes : (1-5), pathologie des enfants et adolescents, ce sont des tumeurs avec production des parties calcifiées de la dent et surviennent habituellement entre les racines dans la crête alvéolaire de la mandibule ou du maxillaire, de rares cas ont été décrits au niveau de l’oreille moyenne, on reconnaît trois types différents :
Radiologie : d’abord radiotransparent puis dépôts nodulaires de matériel opaque avec un liséré radiotransparent, bien limité du maxillaire antérieur (type composé) ou mandibule postérieure (type complexe), association possible à une dent incluse.
Odontome composé  : la plus fréquente des tumeurs odontogènes (37%), , ils prédominent au niveau de la partie antérieure des mâchoires et sont plus fréquents dans le maxillaire que dans la mandibule, association à une canine incluse, 75% avant l’âge de 20 ans (découvert par hasard ou par non éruption de canine.
Imagerie  : lésion dense avec juxtaposition de multiples pseudo dents
Histologie : degré de différenciation plus élevé que l’odontome complexe, les formations de masses correspondant à des dents mal formées avec formation de petites structures dentaires allant de trois jusqu’à quelques centaines de denticules.
Le comportement des odontomes est totalement bénin.
Odontome améloblastique (5)  : exceptionnel, surtout avant 30 ans, touche autant le maxillaire que la mandibule, surtout postérieur aux canines. Déformation osseuse, déplacement de dent, résorption de racine, voire douleurs. L’imagerie est celle du fibro-odontome améloblastique (image géodique à limites nettes +-/ cloisonnée et opacités variables, fines ou épaisses, parfois très denses) Caractérisé par la présence d’une composante épithéliale évidente ressemblant à de l’améloblastome, en plus d’ectomésenchyme odontogène cellulaire et d’une composante de tissu dentaire dur tel que l’émail et la dentine, parfois, la lésion est essentiellement kystique, cette tumeur est habituellement bénigne mais parfois, elle est agressive et peut récidiver.
 
(1) Hoffman S, Jacoway JR, Krolls SO. Intaoseous and parosteal tumors of the jaws. second ed. Washington : Armed forces institute of pathology, 1987.
 (2) Kramer IRH, Pindborg JJ, Shear M. Histologic typing of odontogenic tumours. second ed. Berlin : Spriger-verlag, 1992.
 (3) Rosai J. Ackerman's surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby, 1996.
 (4) Barnes L, Eveson JW, Reichart P, Sidransky D. Pathology and genetics of Head and neck tumours. IARC press, 2005.
 (5) Martin-Duverneuil N, Auriol M. Les tumeurs maxillo-faciales : imagerie, anatomopathologie. 2004.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.