» RATE Maladies de surcharge iatrogéniques

Maladies de surcharge iatrogéniques




Lipidose exogène  :


Lipidose folliculaire qui est une lésion acquise, sans anomalie métabolique avec des dépôts tissulaires d’huile minérale d’origine digestive utilisée dans la conservation et l’emballage de comestibles, elle prédomine chez l’adulte de plus de 40 ans avec une prédominance masculine et se traduit par des gouttelettes lipidiques isolées ou groupées, sans réaction inflammatoire granulomateuse au niveau des corpuscules de Malpighi, cette lipidose peut se retrouver également dans les ganglions abdominaux et les espaces portes hépatiques.


Histologie  : Des amas folliculaires contiennent des vacuoles lipidiques pouvant atteindre 100 à 150µ de diamètre alors que d’autres ne dépassent pas 2 à 3µ, rarement, ils sont accompagnés d’une réaction inflammatoire lymphoplasmocytaire voire parfois avec une réaction macrophagique et exceptionnellement une réaction granulomateuse.


 


Lipidose splénique suite à une administration intraveineuse d’émulsions lipidiques, en cas de nutrition parentérale, peut s’accompagner d’une lipidose tissulaire du poumon, du foie, des reins, de la rate et des ganglions lymphatiques avec,en histologie, au niveau de la rate, des vacuoles lipidiques de taille variable dans la pulpe blanche et rouge.


Histologie : Présence de lésions nécrotiques étendues de type dégénératif sans suffusion hémorragique ni infiltrant inflammatoire avec des globules et vacuoles graisseux mis en évidence par l’huile rouge. Cette nécrose semble liée à l’obstruction des sinus par l’accumulation des lipides exogènes.


Surcharge iatrogénique (3) :


 


Thorotrastose : cette pathologie devient très rare puisque le thorotrast n’est plus employé depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
Dans les formes typiques et marquées, la rate est atrophique, ferme avec une périsplénite, à la coupe, un semis dense de paillettes étoilées ou en virgules.
Histologie : Les dépôts thorotrastiques caractéristiques apparaissent sous la forme d’amas granuleux réfringents, brunâtres ou noirâtres ne prenant aucun colorant contenu dans le cytoplasme des macrophages spléniques ainsi qu’en interstitiel. Ces dépôts s’accompagnent d’une fibrose extensive mutilante et à un stade plus évolué de calcifications parfois importantes.

Infiltration par la PVP , la PVP aboutit à une surcharge tissulaire importante et durable et s’accumule dans les histiocytes ainsi qu’en interstitiel, ceci peut s’observer dans les articulations, la peau, le poumon, le foie et les ganglions, l’atteinte splénique ne s’exprime qu’exceptionnellement de façon clinique par une splénomégalie.
Histologie : Présence de grands histiocytes vacuolaires dans la pulpe rouge, à cytoplasme tantôt spumeux, tantôt avec des grandes vacuoles voire une vacuole unique, volumineuse qui refoule le noyau en distendant la cellule avec une substance peu homogène, grisâtre voir feuilletée, granuleuse ou rouge Congo, coloration rouge vif.

Dépôts de silicone : on peut retrouver au niveau de la rate, du foie, des ganglions, de la moelle osseuse et des poumons, des granulomes histiocytaires macrophagiques secondaires à des dépôts de silicone, en particulier chez les hémodialysés. Chez les hémodialysés, on peut observer, dans ce contexte, des manifestations d’hypersplénisme sous forme d’une pancytopénie ou d’une anémie hémolytique.
Histologie : Les granulomes sont disséminés dans la pulpe rouge voire dans la pulpe blanche avec de grands histiocytes macrophagiques groupés autour de vacuoles optiquement vides associées à des cellules géantes multinucléées de type Langhans et en périphérie, à une réaction inflammatoire lymphoplasmocytaire avec des PNE. Les macrophages contiennent des inclusions non cristallines de quelques µ translucides, grisâtres, peu colorées par les techniques habituelles, non réfringentes en lumière polarisée.

La rate peut également être le siège de dépôts pigmentaires et cristallins dans les cas de silicose (2), d’anthracose, de dépôts de pigments mélaniques, d’oxalose et de cystinose.
La silicose splénique se retrouve assez fréquemment à l’autopsie de malades avec une silicose pulmonaire grave, cette atteinte est toujours associée à une atteinte des ganglions sous-diaphragmatiques avec une rate présentant de multiples petits nodules de teinte grisâtre, parfois teintés d’anthracose.
Histologie : Les foyers silicotiques intra-spléniques se voient surtout dans la pulpe blanche au contact des corpuscules de Malpighi.


 


Lipidose exogène  :


Lipidose folliculaire qui est une lésion acquise, sans anomalie métabolique avec des dépôts tissulaires d’huile minérale d’origine digestive utilisée dans la conservation et l’emballage de comestibles, elle prédomine chez l’adulte de plus de 40 ans avec une prédominance masculine et se traduit par des gouttelettes lipidiques isolées ou groupées, sans réaction inflammatoire granulomateuse au niveau des corpuscules de Malpighi, cette lipidose peut se retrouver également dans les ganglions abdominaux et les espaces portes hépatiques.


Histologie  : Des amas folliculaires contiennent des vacuoles lipidiques pouvant atteindre 100 à 150µ de diamètre alors que d’autres ne dépassent pas 2 à 3µ, rarement, ils sont accompagnés d’une réaction inflammatoire lymphoplasmocytaire voire parfois avec une réaction macrophagique et exceptionnellement une réaction granulomateuse.


 


Lipidose splénique suite à une administration intraveineuse d’émulsions lipidiques, en cas de nutrition parentérale, peut s’accompagner d’une lipidose tissulaire du poumon, du foie, des reins, de la rate et des ganglions lymphatiques avec,en histologie, au niveau de la rate, des vacuoles lipidiques de taille variable dans la pulpe blanche et rouge.


Histologie : Présence de lésions nécrotiques étendues de type dégénératif sans suffusion hémorragique ni infiltrant inflammatoire avec des globules et vacuoles graisseux mis en évidence par l’huile rouge. Cette nécrose semble liée à l’obstruction des sinus par l’accumulation des lipides exogènes.


Surcharge iatrogénique (3) :


 


Thorotrastose : cette pathologie devient très rare puisque le thorotrast n’est plus employé depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
Dans les formes typiques et marquées, la rate est atrophique, ferme avec une périsplénite, à la coupe, un semis dense de paillettes étoilées ou en virgules.
Histologie : Les dépôts thorotrastiques caractéristiques apparaissent sous la forme d’amas granuleux réfringents, brunâtres ou noirâtres ne prenant aucun colorant contenu dans le cytoplasme des macrophages spléniques ainsi qu’en interstitiel. Ces dépôts s’accompagnent d’une fibrose extensive mutilante et à un stade plus évolué de calcifications parfois importantes.

Infiltration par la PVP , la PVP aboutit à une surcharge tissulaire importante et durable et s’accumule dans les histiocytes ainsi qu’en interstitiel, ceci peut s’observer dans les articulations, la peau, le poumon, le foie et les ganglions, l’atteinte splénique ne s’exprime qu’exceptionnellement de façon clinique par une splénomégalie.
Histologie : Présence de grands histiocytes vacuolaires dans la pulpe rouge, à cytoplasme tantôt spumeux, tantôt avec des grandes vacuoles voire une vacuole unique, volumineuse qui refoule le noyau en distendant la cellule avec une substance peu homogène, grisâtre voir feuilletée, granuleuse ou rouge Congo, coloration rouge vif.

Dépôts de silicone : on peut retrouver au niveau de la rate, du foie, des ganglions, de la moelle osseuse et des poumons, des granulomes histiocytaires macrophagiques secondaires à des dépôts de silicone, en particulier chez les hémodialysés. Chez les hémodialysés, on peut observer, dans ce contexte, des manifestations d’hypersplénisme sous forme d’une pancytopénie ou d’une anémie hémolytique.
Histologie : Les granulomes sont disséminés dans la pulpe rouge voire dans la pulpe blanche avec de grands histiocytes macrophagiques groupés autour de vacuoles optiquement vides associées à des cellules géantes multinucléées de type Langhans et en périphérie, à une réaction inflammatoire lymphoplasmocytaire avec des PNE. Les macrophages contiennent des inclusions non cristallines de quelques µ translucides, grisâtres, peu colorées par les techniques habituelles, non réfringentes en lumière polarisée.

La rate peut également être le siège de dépôts pigmentaires et cristallins dans les cas de silicose (2), d’anthracose, de dépôts de pigments mélaniques, d’oxalose et de cystinose.
La silicose splénique se retrouve assez fréquemment à l’autopsie de malades avec une silicose pulmonaire grave, cette atteinte est toujours associée à une atteinte des ganglions sous-diaphragmatiques avec une rate présentant de multiples petits nodules de teinte grisâtre, parfois teintés d’anthracose.
Histologie : Les foyers silicotiques intra-spléniques se voient surtout dans la pulpe blanche au contact des corpuscules de Malpighi.


(2) O'Malley DP, George TI, Orazi A, Abbondanzo SL. Benign and reactive conditions of lymph node and spleen. 1st ed. American registry of pathology, 2009.

(3) Ferrand B.de Brux J, ed.
Histopathologie de la rate. Masson ; 1991.


 


(2) O'Malley DP, George TI, Orazi A, Abbondanzo SL. Benign and reactive conditions of lymph node and spleen. 1st ed. American registry of pathology, 2009.

(3) Ferrand B.de Brux J, ed.
Histopathologie de la rate. Masson ; 1991.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.