» Biologie et génétique Troubles du métabolisme Sphingolipidose et leucodystrophies

Sphingolipidose et leucodystrophies



Leucodystrophies : dégénérescence de la myéline : diverses pathologies dont la leucodystrophie métachromatique, maladie de Krabbe, adrénoleucodystrophie, maladie de Pelizaeus-Merzbacher, maladie de Canavan, Ataxie infantile avec hypomyélinisation du SNC ou CACH, maladie d'Alexandre, de Refsum et la xanthomatose cérébrotendineuse. Déclin graduel d'un enfant qui évoluait normalement avec hypotonie troubles des mouvements, démarche, parole, dysphagie, comportement, vision, audition.
Maladie de Canavan : dégénérescence de la substance blanche qui devient microkystique, du petit enfant (leucodystrophie). Mutations du gène de l’enzyme aspartoacylase. Début dans la petite enfance, de progression rapide, avec de façon variable : retard mental, perte des acquis moteurs, troubles de déglutition, mollesse ou raideur musculaire, grosse tête mal contrôlée, +/- paralysie, cécité, surdité, enfants calmes, apathiques.
Maladie de Pelizaeus-Merzbacher : dégénérescence rare, progressive, du SNC (coordination motrice, fonctions cognitives), par déficit liée à une muattion du gène qui contrôle la production de protéine protéolipide-1 de la myéline, d'hérédité récessive liée à l'X. Age et sévérité variable selon le type de mutation. Cela va de la paraparésie/plégie spastique à l'atteinte sévère du SNC, la forme néonatale la plus grave avec retard de développement mental et physique et signes neurologiques majeurs, la forme classique qui commence avant 1 an avec faiblesse musculaire, nystagmus, retard de développement moteur, la paraplégie spastique compliquée (avec attente du SNC), la paraplégie spastique simple sans atteinte du SNC
 
Sphingolipidoses(voir rate) (voir corps) : Certaines sphingolipidoses s'accompagnent d'anomalies histologiques caractéristiques des nerfs périphériques.

-Dans la leucodystrophie de Krabbe, c'est une pathologie récessive autosomique par déficit en galactocérébroside bêta-galactosidase. Au niveau des nerfs périphériques, on note une dégénérescence axonale avec des phénomènes de démyélinisation et remyélinisation avec aspect hypertrophique. En microscopie électronique : présence d'inclusions pathognomoniques dans les cellules de Schwann et des macrophages sous forme d'inclusion tubulaires ou prismatiques rectilignes ou courbes.
- La leucodystrophie métachromatique, (voir thésaurismose)
Maladie de Fabry : pathologie héréditaire liée à l'X du catabolisme des glycosphingolipides par déficit de l'hydrolase alphagalactosidase lysosomale dans les tissus, accumulation de sphingolipides dans les lysosomes de l'endothélium des péricytes et du muscle lisse des vaisseaux ainsi que dans les cellules ganglionnaires, les reins, la cornée et de nombreux autres tissus.

Les manifestations cliniques sont celles d'une neuropathie douloureuse, de dystrophie cornéenne, d'insuffisance rénale, de multiples angiokératomes cutanés (voir corps).

Au niveau des biopsies nerveuses, on note une accumulation massive de sphingolipides dans le périnèvre, les cellules endothéliales et les cellules musculaires lisses mais pas dans les cellules de Schwann. En lumière polarisée et en congélation on met en évidence des corps biréfringents en croix de Malte. Ce matériel est positif aux colorations des lipides PAS+, Luxol fast blue+.

Rosai J. Ackerman's surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby ; 1996.

http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/edicerf/NR/NR013.html#RTFToC1


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.