» NERFS KYSTE DU NERF = ganglion = pseudokyste mucoïde

KYSTE DU NERF = ganglion = pseudokyste mucoïde


Kyste du nerf = ‘ganglion’ des gaines nerveuses = Pseudokyste mucoïde (2) : Isolé ou multiple, la plupart surviennent au voisinage d’une articulation, beaucoup semblent provenir de la capsule articulaire, voire de l’os sous-jacent alors que d’autres surviennent à partir de la gaine du nerf. Se voit à tout âge de 4 à 74 ans (34 ans), forte prédominance masculine (4/1). Masse sensible avec douleur ou anesthésie dans le territoire du nerf atteint, le plus souvent au niveau du nerf poplité externe, près de la tête du péroné. Gonflement local par transformation myxoïde avec formation kystique secondaire, qui peut repousser le nerf sur un bord de la lésion
Clinique :dysfonction motrice ou sensitive et/ ou douleurs. A la palpation masse fluctuante sensible et signe de Tinel à la percussion (décharge électrique), lésion surtout au niveau du nerf poplité externe près de la tête du péroné. La durée des symptômes préopératoires varie de quelques semaines à plusieurs années.
Imagerie : L’IRM permet souvent de faire le diagnostic de tumeur kystique intranerveuse à contenu inhomogène. Le signal en T1 est intermédiaire, sans modification après injection de gadolinium et avec un rehaussement intense en T2. L’aspect opératoire est très évocateur. Le contenu du kyste est semblable à celui d’un kyste synovial.
Macroscopie : nerf déformé et comprimé par un kyste uniloculaire ou par de multiples kystes tout le long du nerf (aspect de perles) à contenu clair. Le kyste peut être pluriloculaire et s’étendre sur plusieurs cm le long du nerf-hôte.
Histologie : paroi fibreuse, pseudokyste sans épithélium avec des faisceaux nerveux dans la paroi, remaniements myxoïdes.
Le traitement est chirurgical et consiste en l’ouverture du défilé anatomique associée à l’incision et au drainage du kyste.
La neurolyse intrafasciculaire est à exclure compte tenu de son risque vis-à-vis des éléments nerveux sains.
La recherche d’une communication avec l’articulation voisine est aussi effectuée.
Les résultats du traitement chirurgical sont en principe satisfaisants, toutefois une récidive ou une récupération incomplète peuvent s’observer.
Le diagnostic différentiel se pose avec certains schwannomes et avec des kystes compressifs extranerveux.
 
(2) Scheithauer B, Woodruff JM, Erlandson RA. Tumors of the peripheral nervous system. 3rd ed. Washington : Armed forces institute of pathology, 1999.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.