» TISSU ADIPEUX Liposarcome dédifférencié

Liposarcome dédifférencié


Liposarcome dédifférencié (DLPS) (4 ;7 ;80 ;83-92) : Ce type de tumeur a été isolé par Evans en 1979, il présente une analogie avec le chondrosarcome et le chordome qui peuvent se dédifférencier.
Clinique  : suivant les séries, de 10 à 20 % des liposarcomes sont dédifférenciés. Ces tumeurs s’observent principalement au niveau du rétropéritoine (3 fois plus fréquent que dans les membres), < 20% dans tête et cou, tronc ou cordon spermatique, < 1% sous cutané. H/F = 1. 90% sont de novo et 10% dans des récidives (4). Masse indolore, parfois ancienne, y penser devant tout sarcome rétropéritonéal
Macroscopie  : volumineuse masse multinodulaire jaune avec zones grises correspondant à la dédifférenciation +/- de la nécrose.
Images macroscopiques  : #1 ; #2 ; différenciation ostéosarcomateuse,LPS dédiff
Histologie  : cette tumeur comporte deux composantes, une composante lipomateuse, toujours bien différenciée le plus souvent de type sclérosant ou lipome-like et une composante dédifférenciée. Celle-ci correspond dans 90% des cas à un sarcome densément cellulaire constitué de cellules fusiformes ou pléomorphes non lipogènes. Cette composante peut ressembler à un HFM storiforme pléomorphe (93)(association possible à une réaction leucémogène) ou à un fibrosarcome. Dans d’autres cas, elle est inclassable car d’aspect indifférencié. Par définition, l’index mitotique est toujours supérieur à 5 mitoses pour 10 champs au fort grossissement. Des zones de nécrose sont habituellement retrouvées.
La transition entre ces deux composantes est souvent nette, abrupte, plus rarement graduelle.
Environ 10% des LPS dédifférenciés comportent une différentiation hétérologue (léiomyosarcomateuse (92 ;94), rhabdomyosarcomateuse (94) ou ostéosarcomateuse (91)).
La composante ostéosarcomateuse peut être de bas grade avec dans 1/3 des cas des foyers d’ostéosarcome de haut grade ( Am J Surg Pathol. 2010 Sep ;34(9):1361-6 = série de 9 cas des membres profonds / rétropéritoine, elle représente 5% à 50% du volume tumoral, sous forme de tissu fibro-osseux avec nombreuses travées d’os mature sans liséré ostéoblastique, séparés par des faisceaux de cellules fusiformes de bas grade. Le MDM2/ CDK4 qui marque beaucoup d’ostéocytes, est en faveur de la nature néoplasique de l’os plutôt qu’une métaplasie.
La plupart est dans le rétropéritoine (3/4), sinon muscles profonds ou région inguinoscrotale.
Une étude montre qu’une partie importante des tumeurs musculaires lisses du tronc sont en fait des léiomyosarcomes et non des DLPS, contrairement aux rhabdomyosarcomes (qui sont des DLPS), les LMS ayant une plus grande propension à métastaser, mais avec moins de récidives locales (94).
Plus rarement, a pu être observée une différenciation de ’ faible grade de malignité ’, sous la forme de plages ressemblant à une fibromatose ou à un fibrosarcome bien différencié parfois aspect HPC ou avec fibres amianthoïdes. Une forme particulière a été décrite avec os métaplasique et enroulements pseudonerveux ou pseudoméningothéliomateux (89 ;90)
Les deux formes de dédifférenciation possèdent la même incidence fâcheuse sur le pronostic, quelque soit la proportion de dédifférenciation (> ou < 25 %).
La composante dédifférenciée peut ressembler à une pseudotumeur inflammatoire Am J Surg Pathol. 2010 Jun ;34(6):844-51 , avec des zones de type fasciite ou de tumeur desmoïde, qui peut être pure ou associée à du sarcome de haut grade.
Etude de 19 sarcomes indifférenciés avec amplification de mdm2 Am J Surg Pathol. 2014 Mar ;38(3):293-304 comparés à des LPS dédifférenciés et des sarcomes indifférenciés mdm2 négatifs. Le comportement des sarcomes indifférenciés avec amplification de mdm2 est similaire à celui des LPS dédifférenciés les sarcomes indifférenciés mdm2 – étant plus agressifs
Immunohistochimie  : positivité de : mdm2 +, cdk4+ (10 ;34 ;80 ;93), la FISH donne des résultats similaires à la Q PCR (97), vimentine +, CD 34 + (25%) (22), actine + (44%) (91),. Calrétinine parfois positive (98). 68% des LPS bien différenciés et 72% des LPS dédifférenciés expriment conjointement mdm2, cdk4 et p16, vs respectivement 100 et 93 % pour 2 des 3 marqueurs, la sensibilité et spécificité du trio de détecter des LPS bien ou dé-différenciés est de 71 et 98% respectivement vs 86 et 89% pour cdk4, 86 et 74% pour mdm2 et de 93 et 92% pour p16 Am J Surg Pathol. 2012 Mar ;36(3):462-9., p16 est + dans 90% des LPS bien différenciés et 40% des LPS myxoïdes, négatif dans tous les lipomes et 90% des lipoblastomes (27/30), NB 30% des liponécroses sont p16 + Hum Pathol. 2016 Jan ;47(1):64-9
STAT6 + dans 7 à 15 % (amplification de 12q13 car STAT6 proche de mdm2 et cdk4) Arch Pathol Lab Med.2015 Jan ;139(1):106-21

négativité de ALK1.
La dédifférenciation se développe le plus souvent au niveau du rétropéritoine. Un échantillonnage correct de la tumeur est indispensable pour identifier la composante dédifférenciée, ainsi que analyse génétique ,
Ont été décrits : composante lymphoïde (Pathol Res Pract 2005 ;201:347 ), pseudo-paragangliome production d’AFP ( Virchows Arch 2006 ;448:517 ).
Images  :composante bien différenciée,#1 ;#2 ;pseudo fibromatose#1 ;#2 ;pseudo HPC ;pseudo neural ;ostéoïde ;+ ostéosarcome ;#0 ;pseudo HMF #1 ;#2 ;rhabdomyosarcomateux ;bis ;storiforme ;MFH bas grade ;#1 ;fibrosarcome+ TFS ;#2< ;#3 ;#4 ;#5 ;#6 ;#8 ;#9 ;#10 ;#11 ;HE + MDM2 #1 ;#2 ;MDM2+ ;chondrosarcome- et ostéosarcomea-like ;cas clinique ;virtuelles ;pseudo ;paragangliome ;différenciation ;léiomyosarcomateuse ;#0 ;#1 ;#2, MFH :#8 ;#9 ;#10 ;#11
>Le lipoléiomyosarcome (95) qui comporte des proportions variables de LPS différencié et de LMS différencié de faible grade, en est une variante car une telle différenciation a été décrite par plusieurs auteurs dans les liposarcomes dédifférenciés (91 ;92 ;96). Images : #1 ;#2
Etude de 12 cas de LPS dédifférencié avec composante de LPS pléomorphe Am J Surg Pathol. 2010 Aug ;34(8):1122-31. La transition pouvant être abrupte entre les 2 composantes ou le LPS pléomorphe formant la récidive / métastase d’un LPS dédifférencié. MDM2 et CDK4 dans les 2 composants, confirmé par le FISH ou les caryotypes (-chromosomes géants)
LPS mixte bien différencié / pléomorphe. Am J Surg Pathol.2010 Jun ;34(6):837-43. Etude de 12 cas, surtout du rétropéritoine, prédominance de PLS bien différencié avec transition abrupte vers le LPS pléomorphe. Amplification de mdm2 dans 91% des cas dans la composante pléomorphe).
Génotype  (82) : comme dans le LPS bien différencié chromosomes surnuméraires en anneaux et chromosomes géants constitués par q13-q15 du chromosome 12, expression de mdm2 et de cdk4 (81), avec amplification à la fois en PCR et en FISH (35), amplification de gènes situés en 6q23-25 et 1p32, qui semble associée à la dédifférenciation.
Diagnostic différentiel
HFM pléomorphe si liposarcome pléomorphe de type HFM, mésenchymome malin.
- sarcome infiltrant le tissu adipeux : il faut rechercher du LPS bien différencié à distance du sarcome de haut grade
LPS bien différencié à cellules fusiformes si dédifférenciation de bas grade, qui contient des lipoblastes, alors que les zones dédifférenciées sont non lipogéniques
- dédifférenciation minime, pour porter le diagnostic nécessité d’un foyer macroscopique
Angiomyolipome atypique muscle lisse atypique qui peut imiter un sarcome, du rein, vaisseaux anormaux, HMB45+
Fibrosarcome no well differentiated component, no 12q13-15 amplification
Léiomyosarcome,Rhabdomyosarcomeet MPNST pas de composante bien différenciée, pas d’amplification de 12q13-15
LPS pléomorphe pas de lipoblastes
Pronostic (99) : Les récidives locales sont presque constantes étant donné le siège rétropéritonéal des tumeurs. La présence d’une composante dédifférenciée implique un risque métastatique qui cependant reste moins important que pour les autres sarcomes à cellules pléomorphes, mortalité d’environ 30 %, 40 % de récidives, jusqu’à 20 % de métastases (rapidement fatales (Mod Path 2005 ;18:976)) , donc meilleur pronostic que le sarcome pléomorphe de haut grade. La plupart des malades décèdent de leur tumeur, le plus souvent par récidive locale. Dans une étude de 354 liposarcomes rétropéritonéaux, 2% de métastases (tous dédifférenciés d’emblée (> 50% de composante dédifférenciée), pas de métastases dans les LPS bien différenciés ou secondairement dédifférenciés), 6/7 cas métastasiés sont décédés après un délai médian de 53 mois (5 mois après la première métastase) (100).
http://surgpathcriteria.stanford.edu/softfat/dedifferentiated_liposarcoma/printable.html
(4) Fletcher CD, Unni KK, Mertens F. Pathology and genetics of tumours of soft tissue and bone. Lyon : IARC press, 2002.

(6) Pilotti S, Della TG, Mezzelani A, Tamborini E, Azzarelli A, Sozzi G et al. The expression of MDM2/CDK4 gene product in the differential diagnosis of well differentiated liposarcoma and large deep-seated lipoma. Br J Cancer 2000 ; 82(7):1271-1275.
(7) Fletcher CD, Bridge JA, Hogendoorn PC, Mertens F. WHO classification of tumours of soft tissue and bone. Lyon : IARC, 2013.
(22) Suster S, Fisher C. Immunoreactivity for the human hematopoietic progenitor cell antigen (CD34) in lipomatous tumors. Am J Surg Pathol 1997 ; 21(2):195-200.
(34) Binh MB, Sastre-Garau X, Guillou L, de Pinieux G, Terrier P, Lagace R et al. MDM2 and CDK4 immunostainings are useful adjuncts in diagnosing well-differentiated and dedifferentiated liposarcoma subtypes : a comparative analysis of 559 soft tissue neoplasms with genetic data. Am J Surg Pathol 2005 ; 29(10):1340-1347.
(35) Shimada S, Ishizawa T, Ishizawa K, Matsumura T, Hasegawa T, Hirose T. The value of MDM2 and CDK4 amplification levels using real-time polymerase chain reaction for the differential diagnosis of liposarcomas and their histologic mimickers. Hum Pathol 2006 ; 37(9):1123-1129.
(80) Adachi T, Oda Y, Sakamoto A, Saito T, Tamiya S, Masuda K et al. Immunoreactivity of p53, mdm2, and p21WAF1 in dedifferentiated liposarcoma : special emphasis on the distinct immunophenotype of the well-differentiated component. Int J Surg Pathol 2001 ; 9(2):99-109.
(81) Fritz B, Schubert F, Wrobel G, Schwaenen C, Wessendorf S, Nessling M et al. Microarray-based copy number and expression profiling in dedifferentiated and pleomorphic liposarcoma. Cancer Res 2002 ; 62(11):2993-2998.
(82) Pedeutour F, Maire G, Sirvent N. [From cytogenetics to cytogenomics of adipose tissue tumors : 2. Malignant adipose tissue tumors]. Bull Cancer 2004 ; 91(4):317-323.
(83) Fanburg-Smith JC, Miettinen M. Liposarcoma with meningothelial-like whorls : a study of 17 cases of a distinctive histological pattern associated with dedifferentiated liposarcoma. Histopathology 1998 ; 33(5):414-424.
(84) Nascimento AG, Kurtin PJ, Guillou L, Fletcher CD. Dedifferentiated liposarcoma : a report of nine cases with a peculiar neurallike whorling pattern associated with metaplastic bone formation. Am J Surg Pathol 1998 ; 22(8):945-955.
(85) Coindre JM, de Loynes B, Bui NB, Stockle E, de M, I, Trojani M. [Dedifferentiated liposarcoma. A clinico-pathologic study of 6 cases]. Ann Pathol 1992 ; 12(1):20-28.
(86) Evans HL, Khurana KK, Kemp BL, Ayala AG. Heterologous elements in the dedifferentiated component of dedifferentiated liposarcoma. Am J Surg Pathol 1994 ; 18(11):1150-1157.
(87) Henricks WH, Chu YC, Goldblum JR, Weiss SW. Dedifferentiated liposarcoma : a clinicopathological analysis of 155 cases with a proposal for an expanded definition of dedifferentiation. Am J Surg Pathol 1997 ; 21(3):271-281.
(88) McCormick D, Mentzel T, Beham A, Fletcher CD. Dedifferentiated liposarcoma. Clinicopathologic analysis of 32 cases suggesting a better prognostic subgroup among pleomorphic sarcomas. Am J Surg Pathol 1994 ; 18(12):1213-1223.
(89) Suster S, Wong TY, Moran CA. Sarcomas with combined features of liposarcoma and leiomyosarcoma. Study of two cases of an unusual soft-tissue tumor showing dual lineage differentiation. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(9):905-911.
(90) Tallini G, Erlandson RA, Brennan MF, Woodruff JM. Divergent myosarcomatous differentiation in retroperitoneal liposarcoma. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(6):546-556.
(91) Hasegawa T, Seki K, Hasegawa F, Matsuno Y, Shimodo T, Hirose T et al. Dedifferentiated liposarcoma of retroperitoneum and mesentery : varied growth patterns and histological grades—a clinicopathologic study of 32 cases. Hum Pathol 2000 ; 31(6):717-727
(92) Pilotti S, Mezzelani A, Vergani B, Minoletti F, Cristofori E, Sozzi G et al. Morphologic-cytogenetic analysis of dedifferentiated liposarcomas with an extensive misleading leiomyosarcomatous component. Appl Immunohistochem Mol Morphol 2000 ; 8(3):216-221.
(93) Coindre JM, Mariani O, Chibon F, Mairal A, Saint Aubain SN, Favre-Guillevin E et al. Most malignant fibrous histiocytomas developed in the retroperitoneum are dedifferentiated liposarcomas : a review of 25 cases initially diagnosed as malignant fibrous histiocytoma. Mod Pathol 2003 ; 16(3):256-262.
(94 Binh MB, Guillou L, Hostein I, Chateau MC, Collin F, Aurias A et al. Dedifferentiated liposarcomas with divergent myosarcomatous differentiation developed in the internal trunk : a study of 27 cases and comparison to conventional dedifferentiated liposarcomas and leiomyosarcomas. Am J Surg Pathol 2007 ; 31(10):1557-1566.
(95) Folpe AL, Weiss SW. Lipoleiomyosarcoma (well-differentiated liposarcoma with leiomyosarcomatous differentiation) : a clinicopathologic study of nine cases including one with dedifferentiation. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(6):742-749.
(96) Pilotti S, Pierotti MA. Well-differentiated liposarcoma with leiomyomatous differentiation. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(12):1643-1644.
(97) Sirvent N, Coindre JM, Maire G, Hostein I, Keslair F, Guillou L et al. Detection of MDM2-CDK4 amplification by fluorescence in situ hybridization in 200 paraffin-embedded tumor samples : utility in diagnosing adipocytic lesions and comparison with immunohistochemistry and real-time PCR. Am J Surg Pathol 2007 ; 31(10):1476-1489.
(98) Cates JM, Coffing BN, Harris BT, Black CC. Calretinin expression in tumors of adipose tissue. Hum Pathol 2006 ; 37(3):312-321.
(99) Fabre-Guillevin E, Coindre JM, Somerhausen NS, Bonichon F, Stoeckle E, Bui NB. Retroperitoneal liposarcomas : follow-up analysis of dedifferentiation after clinicopathologic reexamination of 86 liposarcomas and malignant fibrous histiocytomas. Cancer 2006 ; 106(12):2725-2733.
(100) Huang HY, Brennan MF, Singer S, Antonescu CR. Distant metastasis in retroperitoneal dedifferentiated liposarcoma is rare and rapidly fatal : a clinicopathological study with emphasis on the low-grade myxofibrosarcoma-like pattern as an early sign of dedifferentiation. Mod Pathol 2005 ; 18(7):976-984.

http://surgpathcriteria.stanford.edu/softfat/dedifferentiated_liposarcoma/printable.html

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.