» TISSUS MOUS Angioléiomyome

Angioléiomyome


Angioléiomyome (8 ;16) : forme particulière de léiomyome. Il est fréquent (5% des lésions bénignes des tumeurs des tissus mous, ÂŒ à Âœ des léiomyomes superficiels), sous-cutané (hypodermique). Il survient chez l’adulte entre 40 et 60 ans, aux extrémités (70% MI, 20% MS, 8% tête et cou, rare sur le tronc), sous la forme d’une petite masse isolée, de croissance lente, douloureuse (50%) spontanément ou secondairement à la pression, modification de température, grossesse, règles et d’évolution lente. (NB les autres tumeurs douloureuses sont : tumeur glomique, névrome traumatique, spiradénome eccrine et angiolipome)
Macroscopie : L’angioléiomyome est un nodule hypodermique < 2 cm, sous cutané ou plus rarement dermique surélevant la peau, bien limité, parfois érectile et douloureux, gris-blanchâtre ou luisant parfois bleuté ou rougeâtre. #0, rétro molaire<
Histologie : nodule bien limité, composé de fibres musculaires lisses matures et de vaisseaux nombreux à paroi épaisse dont les fibres les plus externes perdent leur ordonnancement régulier et se mélangent à la prolifération musculaire lisse, périvasculaire. Les vaisseaux sont dépourvus de LIE et LEE. Possibilité de remaniements comme dans les autres formes de léiomyome (hyalinisation, calcification, hémorragie etc… (noyaux dystrophiques). Peu ou pas de mitoses. Dans la forme solide (surtout aux MI), les vaisseaux sont nombreux, mais petits et étroits, dans la forme caverneuse, vaisseaux dilatés. Parfois présence d’adipocytes (pas de rapport avec un angiomyolipome. Présence de petites fibres nerveuses dans la capsule et le stroma (responsables des douleurs ?), possibilité de métaplasie cartilagineuse ou adipeuse, de remaniements dystrophiques comme dans les léiomyomes gynécologiques +/- calcifications surtout en acral, rarement épithélioïde (
Am J Dermatopathol 1998 ;20:213) ou de type granulome épithélioïde (Case Rep Dermatol 2011 ;3:170), ni hémorragie, nécrose / mitoses / vascularite, ni dysplasie fibromusculaire.
Images histologiques : #0, #1, médiastinal, #2, #3, #4, #5, #6, #0, #1, #2, tumeur cutanée, lésion de l’oreille, lésion cuisse, grêle, série d’images

Cytologie : cellulearité faible à modérée, cellules fusiformes uniformes musculaires lisses +/- collagène, quelques macrophages, adipocytes, cellules pseudo ganglionnaires (Diagn Cytopathol 2002 ;27:161)

Immunohistochimie  : actine +, vimentine +, desmine +/-, collagène IV +, positivité de : trichrome, HHF35, calponine, h-caldesmone, RP variable dans cavité nasale (Acta Otolaryngol 2002 ;122:408, Chin Med J (Engl) 2007 ;120:350)<
Négativité de : HMB45, RE
Diagnostic différentiel : la tumeur glomique, Angiomyolipome : tissu adipeux proéminent, HMB45+, Léiomyome à cellules bizarres : pas de composante vasculaires nette
Pronostic : peu de problème après une exérèse chirurgicale adéquate.

WEISS SW, GOLDBLUM JR. Soft tissue tumors. The CV Mosby company, St Louis, Fourth edition, 2001

(8) Fletcher CD, Unni KK, Mertens F. Pathology and genetics of tumours of soft tissue and bone. Lyon : IARC press, 2002.

(16) Hachisuga T, Hashimoto H, Enjoji M. Angioleiomyoma. A clinicopathologic reappraisal of 562 cases. Cancer 1984 ; 54(1):126-130.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.