» SEIN Carcinome colloïde

Carcinome colloïde


Carcinome colloïde (14 ;21 ;82 ;94 ;95) : rare (près de 2 %).
L'accumulation de mucine serait liée à une inversion de polarité cellulaire, avec mucosécrétion vers la base de la cellule et stroma, et non vers la lumière ; production de MUC2 (AJSP 2003 ;27:571Hum Path 1998 ;29:1517 ;Histopathology 2003 ;42:26


Clinique : masse bénigne sans caractère spécifique, avec cependant un âge moyen d’apparition relativement élevé 7ème décennie


Imagerie#0
Macroscopie : bien limité, crépitant à la palpation, consistance gélatineuse (ressemble à une lésion bénigne sur la mammographie).
Image macroscopique#0,#1


Histologie  : amas solides ou acinaires flottant dans une mare mucoïde, sous forme de mucine extracellulaire acide ou neutre. Signes de différenciation endocrine dans 25% à la moitié des cas (argyrophilie, NSE), association à du CIC dans 75% des cas. Fins septa qui divisent la tumeur, les amas cellulaires ont de taille variable, le grade est faible
Il faut distinguer les formes pures des tumeurs mixtes associées à du CCI de plus mauvais pronostic ou des carcinomes à cellules en bague à chaton. NB près de 60 % des CCI montrent un certain degré de mucosécrétion.
NB : à noter la fréquence de positivité des marqueurs neuroendocrines
La biopsie permet un diagnostic fiable (111).
On a décrit une variante micropapillaire (K mucineux + micropapillaire). Série de 15 cas, les critères proposés sont : >90% de morphologie mucineuse, agencement micropapillaire, grade nucléaire 3 à 3, cellules en clou de charpentier, fréquents psammomes, 60% de perméations lymphaticovasculaires, 33% de N+ Hum Pathol. 2013 Aug ;44(8):1577-85.

Carcinome mucineux in situ du sein présent dans 68% des cas de carcinome colloïde pur (106 cas) ou mixte (24 cas) avec dans la quasi-totalité des cas de la mucine intra luminale et très souvent une architecture cribriforme/solide et dans 2/3 des cas une transition du CIC mucineux vers le carcinome mucineux. La mucine peut distendre les lumières avec aplatissement du revêtement et rupture pariétale avec extravasation de type mucocèle avec des cellules malignes Am J Surg Pathol. 2013 Jul ;37(7):1076-84.

Cytologie : amas cellulaires, peu cohésifs et cellules isolées, cytoplasme intact, peu d'atypies nucléaires

Images histologiques  : 0, 1, 2, 3, 4, 5, #1 ; #3 ; #4 ; #8 ; #2 ; #5, #8, #9, #10

Images cytologiques : #1</a ;#2

Diagnostic différentiel : fibroadénome myxoïde et mucocèle (dans celle-ci présence de cellules myoépithéliales qui adhèrent aux travées qui flottent).

Imagerie : A la mammographie, il s’agit d’une opacité arrondie ou lobulée, bien circonscrite, mais avec parfois des spicules. Dans une série de 10 cas (REFS) l’opacité est lobulée avec des contours mal définis (90% des cas). L’aspect des contours semble être lié à l’importance de la composante mucineuse : une opacité à contours spiculés correspond le plus souvent à un carcinome colloïde avec une composante mucineuse en quantité modérée ou faible. Ces spicules sont corrélés avec la fibrose et une infiltration secondaire à la composante non mucineuse de cette tumeur. Les calcifications intra-tumorales sont rares. Par contre, des calcifications péri-lésionnelles ont été décrites correspondant à des lésions de carcinome in situ.

Pronostic : Le carcinome colloïde pur est associé à une incidence très basse (3% à 15%) de métastases ganglionnaires, le pronostic est excellent (80 à 100 % à 10 ans (21) dans la forme pure, intermédiaire dans la forme mixte. Possibilité de décès tardifs (après 12 ans ou davantage) d'où la nécessité de suivi à long terme. Il ne semble y avoir aucune différence pronostique entre les carcinomes colloïdes endocrines ou non. Rarement décès par embole mucineux dans une artère cérébrale (96).
NB : des papillomes, CIC papillaires (97) ou cribriformes, carcinomes colloïdes (98) et hyperplasie floride atypique peuvent s'accompagner de mucosécrétion, focale ou abondante (pseudo mucocèle).

http://pathologyoutlines.com/breast.html#colloid
(14) Rosen PP. Breast Pathology : Diagnosis by Needle Core Biopsy. Philadelphia : Lippincott Williams & Wilkin's, 1999.

(21) Pathology and Genetics of Tumor of the Breast and Female Genital Organs. International Agency for Research on Cancer (IARC) - Lyon, 13-112. 2003. IARC Press. WHO Classification of Tumors. Tavassoli, FA and Devilee, P.

(82) Rosai J. Ackerman's surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby, 1996.

(94) Komaki K, Sakamoto G, Sugano H, Morimoto T, Monden Y. Mucinous carcinoma of the breast in Japan. A prognostic analysis based on morphologic features. Cancer 1988 ; 61(5):989-996.

(95) Rasmussen BB, Rose C, Christensen IB. Prognostic factors in primary mucinous breast carcinoma. Am J Clin Pathol 1987 ; 87(2):155-160.

(96) Towfighi J, Simmonds MA, Davidson EA. Mucin and fat emboli in mucinous carcinomas. Cause of hemorrhagic cerebral infarcts. Arch Pathol Lab Med 1983 ; 107(12):646-649.

(97) Komaki K, Sakamoto G, Sugano H, Kasumi F, Watanabe S, Nishi M et al. The morphologic feature of mucus leakage appearing in low papillary carcinoma of the breast. Hum Pathol 1991 ; 22(3):231-236.

(98) Hamele-Bena D, Cranor ML, Rosen PP. Mammary mucocele-like lesions. Benign and malignant. Am J Surg Pathol 1996 ; 20(9):1081-1085.


 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.