» SEIN Carcinome apocrine

Carcinome apocrine


Carcinome apocrine (16 ;37 ;88 ;136-139), Am J Surg Pathol. 2016 Aug ;40(8):1109-16 : la forme pure est rare (0,3 à 4 % des carcinomes mammaires). Série de 20 carcinomes apocrines Am J Surg Pathol. 2016 Aug ;40(8):1109-16, moyenne de 69.3 ans versus 56.7 ans si non apocrine
Histologie : grandes cellules à cytoplasme acidophile +/- granulaire abondant, qui peut contenir des granules éosinophiles ou bruns dorés PAS +, possibilité de cytoplasme spumeux pouvant amener à la confusion avec des histiocytes ou cellules sébacées (dans > 90 % de la tumeur). Les noyaux sont vésiculaires, nucléolés. Différenciation glandulaire habituelle, la partie apicale des cellules présentant une expansion bulbeuse ("'apocrine snout"). Certaines tumeurs se présentent sous forme de nodules muraux dans un kyste bordé par un épithélium bénin apocrine, d'autres sont granuleuses (myoblastomatoïdes). Cet aspect peut se voir dans n'importe quel type de carcinome mammaire infiltrant ou non.
ME : nombreuses mitochondries
Images histologiques : #0, #1 ; #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8, #9, GCDFP15, forme solide ; cas clinique : #0 ; forme histiocytoïde imitant une tumeur à cellules granuleuses, #4, #5, #6, #7, #8, #9, #10, #11, forme papillaire
Immunohistochimie : bcl2 -, RE/RP le plus souvent négatif alors que RA souvent + (80-97 %) (37), GCDFP-15 + (également dans la majorité des CLI (90 %)). Le gène codant pour ce marqueur est situé en 7q et est identique au gène de la protéine prolactine-inductible (PIP).

Certains considèrent ceux qui sont RE + comme des apocrine-like Mod Pathol. 2010 May ;23(5):644-53. Her-2 surexprimé dans 54% confirmé par amplification génique, EGFR (1 à 3+) dans 62% avec corrélation inverse entre Her-2 et EGFR. Polysomie 7 dans 61 vs 27% des apocrine-like. Il en existe donc 2 groupes, soit Her-2 + soit triple négatif Mod Pathol. 2010 May ;23(5):644-53.
Pour porter le diagnostic il faut des signes patents de malignité et un aspect apocrine prédominant, des aspects apocrines focaux se voient dans les autres formes de carcinome mammaire infiltrant ou in situ. Pas de répercussions pronostiques (139).
Pronostic : similaire à celui de la forme classique
 
A été décrit une variante oncocytaire de faible grade histologique (143), dans une série de 28 cas, ils sont + souvent de grade 3, EGFR + Hum Pathol. 2011 Feb ;42(2):166-75, de pronostic similaire aux autres carcinomes si l’on tient compte du grade et stade.

(16) Rosen PP. Breast Pathology : Diagnosis by Needle Core Biopsy. Philadelphia : Lippincott Williams & Wilkin's, 1999.
(37) Pathology and Genetics of Tumor of the Breast and Female Genital Organs. International Agency for Research on Cancer (IARC) - Lyon, 13-112. 2003. IARC Press. WHO Classification of Tumors. Tavassoli, FA and Devilee, P.

(88) Rosai J. Ackerman's surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby, 1996.
(136) Mazoujian G. Apocrine carcinoma of the breast. Am J Clin Pathol 1990 ; 94(4):485-486.
(137) Mazoujian G, Bodian C, Haagensen DE, Jr., Haagensen CD. Expression of GCDFP-15 in breast carcinomas. Relationship to pathologic and clinical factors. Cancer 1989 ; 63(11):2156-2161.
(138) Eusebi V, Foschini MP, Bussolati G, Rosen PP. Myoblastomatoid (histiocytoid) carcinoma of the breast. A type of apocrine carcinoma. Am J Surg Pathol 1995 ; 19(5):553-562.
(139) Abati AD, Kimmel M, Rosen PP. Apocrine mammary carcinoma. A clinicopathologic study of 72 cases. Am J Clin Pathol 1990 ; 94(4):371-377.
(140) Damiani S, Eusebi V, Losi L, D'adda T, Rosai J. Oncocytic carcinoma (malignant oncocytoma) of the breast. Am J Surg Pathol 1998 ; 22(2):221-230.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.