» VULVE Carcinome verruqueux

Carcinome verruqueux


Le carcinome verruqueux (1-3) (AIP 2009) présente le même aspect qu’au niveau d’autres organes tels que la peau, le pénis ou la cavité orale, associé fréquemment à HPV 16, essentiellement post ménopausique, associé fréquemment à des localisations du col, vagin, vessie. Il s’agit d’une tumeur d’évolution lente pouvant devenir volumineuse. Le rapport avec le condylome géant est discuté car cas non HPV (Am J Surg Pathol 2004 ;28:638, Int J Gynecol Cancer 2003 ;13:317)

Chez la femme plus jeune chercher à exclure un condylome géant ou  carcinome basaloïde

Clinique  : masse de croissance lente avec prurit +/- douleurs et écoulement

Macroscopie  : grande, lesion hyperkératosique papillaire ou exophytique, rarement multiple (Br J Dermatol 2000 ;142:1195, Am J Surg Pathol 2004 ;28:638). Image

Histologie  : bien limité, surface hyperkératinisée, ondulante, verruqueuse, peu d’atypies, hyperacanthose avec expansion bulbeuse des crêtes épidermiques, sur coupe tangentielle, gros nids adossés malpighiens bien différenciés +/- hyperkératose et parakératose. Envahissement du stroma de type « pushing type ». L’évolution est surtout locale (peu de N+). Image histologique  : #0, #1, #2, #3, #4, #5, #6
Immunohistochimie  : positivité de : p16 et p53 (Int J Gynecol Pathol 2004 ;23:206, Am J Surg Pathol 2006 ;30:1347), diffuse de Ki67 dans les couches basale et suprabasale. Négativité de : p53, HPV en ISH (Int J Gynecol Cancer 2003 ;13:317)
Diagnostic différentiel  : condylome géant : surtout exophytique lié à HPV (+ en ISH (Arch Gynecol Obstet 2013 ;287:1047)) avec des koïlocytes Se différencie du carcinome malpighien kératinisant différencié papillaire ou verruciforme qui présente des atypies + nettes, infiltration + franche du stroma.

Traitement   : selon la taille et localisation, excision locale large ou vulvectomie simple ; pas de vulvectomie radicale avec curage inguinal ni RTE car controversée dans la littérature (risque de transformation anaplasique). Suivi long nécessaire car récidives surtout si primitif de grande taille. Acitrétine à 25 mg/J, sur 4-6 semaines avec fréquente régresion (Br J Dermatol 2000 ;142:1195), a été poposé une chimiothérapie (cisplatin, bléomyciné, méthotrexate + leucovorine) (Eur J Gynaecol Oncol 2011 ;32:680)

http://pathologyoutlines.com/topic/vulvaverrucous.html
http://www.pathologyoutlines.com/topic/vulvawartycarcinoma.html
 

Reference List

 

 (1) Holland JF, Frei EI, Bast RC, Jr., Kufe DW, Pollock RE, Weichselbaum RR et al. Cancer medicine. 5th ed. Williams and Wilkins, 2000.

 (2) Kurman RJ, Toki T, Schiffman MH. Basaloid and warty carcinomas of the vulva. Distinctive types of squamous cell carcinoma frequently associated with human papillomaviruses. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(2):133-145.

 (3) Kurman RJ, Ronnett BM, Sherman ME, Wilkinson EJ. Tumors of the cervix, vagina and vulva. Fourth series ed. Washington, DC : American registry of pathology, 2010.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.