» VULVE TUMEUR D'ORIGINE GLANDULAIRE SUDORIPARE

TUMEUR D’ORIGINE GLANDULAIRE SUDORIPARE




Etude de 189 tumeurs annexielles vulvaires Arch Pathol Lab Med. 2013 Sep ;137(9):1237-46 dont 70% sont bénignes (dans l'ordre décroissant : hidradénome papillifère, syringome, différents types de kystes, rares cas de : adénome tubuleux, porome, spiradénome, hidradénome, cylindrome, sébacéome, pilomatricome et trichoépithéliome). Dans les cas malins : surtout Paget extramammaire (87% de la malignité), rares carcinomes basocellulaires / sébacés / apocrines / adénoïde kystique et spiradénocarcinome. Ainsi que des carcinomes des glandes sudoripares (27 ;28) AJSP 1991 ;15:990 ont été décrits de façon exceptionnelle. On doit absolument distinguer l’adénocarcinome métastatique (voir peau).


 




(27) Rahilly MA, Beattie GJ, Lessells AM. Mucinous eccrine carcinoma of the vulva with neuroendocrine differentiation. Histopathology 1995 ; 27(1):82-6.

(28) Wick MR, Goellner JR, Wolfe JT, III, Su WP. Vulvar sweat gland carcinomas. Arch Pathol Lab Med 1985 ; 109(1):43-7.


 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.