» VAGIN Autre tumeur maligne

Autre tumeur maligne


Possibilité également de lymphomes malins AJSP 2000 ;24:719, Hum Path 1999 ;30:871 (moyenne de 42 ans) avec cliniquement des saignements et une masse, la forme secondaire se voit chez le sujet plus âgé (moyenne 65 ans), de rares chloromes (23) (voir sarcome myéloïde)

Description également de fibrosarcomes, HMF, synovialosarcomes, sarcomes indifférenciés, tumeurs mixtes mullériennes ou adénosarcomes, sarcomes du stroma endométrial, MPNST, angiosarcomes, sarcomes alvéolaires des tissus mous (24), carcinosarcomes ou de PNET dont les caractéristiques sont identiques à celles des formes dans les autres localisations).
Léiomyosarcome : qui peut devenir volumineux et s’ulcérer (tumeur mésenchymateuse maligne la plus fréquente), le diagnostic de malignité est porté si > 3 cm, >5m/10 chps, atypies modérées à marquées, lésion infiltrante (25-28), se voit de 25 à 86 ans, OS à 5 ans de 35%, les survivants sont ceux traités par CHL + colpectomie (14)
Le rhabdomyosarcome botyroïde (14) est une tumeur infiltrante polypoïde qui se voit quasi-exclusivement chez des petites filles de moins de 5 ans dont les 2/3 avant les deux premières années, l’aspect histologique est classique (voir rhabdomyosarcome) (30). Survie de 90 à 95% (peu de cancers secondaires dans ce contexte (5))
Les tumeurs du sinus endodermiques (14) se voient essentiellement chez des enfants de moins de 2 ans, plus communément dans la paroi postérieure du vagin où elles peuvent simuler un rhabdomyosarcome botryoïde (lésion friable, rouge ou rose polypoïde). Cette tumeur est agressive, le plus souvent létale, le traitement comporte la chirurgie, RTE et chimiothérapie. La chirurgie radicale est réservée aux échecs du traitement médical (14).
D’autres formes d’adénocarcinome peuvent être observées tels que les formes mucineuse ou endométrioïde supposée développée sur endométriose vaginale, cas exceptionnels de cystadénocarcinome séreux papillaire primitif de la cloison rectovaginale (20). Possibilité également de carcinomes de type adénoïde basal, adénoïde kystique, adénosquameux et de tumeurs carcinoïdes (5).
On peut observer aussi le carcinome sarcomatoïde transitionnel ou pseudo lympho-épithélial (Images histologiques ) (22), ainsi que des carcinomes adénosquameux, adénoïdes kystiques, adénoïdes basaux, carcinoïdes et carcinomes indifférenciés (5), tumeurs mixtes mülleriennes (29) dont desadénosarcomes,

(1) Rosai J. Ackerman’s surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby ; 1996. p. 616-66.

(2) Zaino RJ, Robboy SJ, Kurman RJ. Diseases of the vagina. In : Kurman RJ, ed. Blausteins’s Pathology of the female genital tract. 5th ed. New-York : Springer Verlag ; 2001. p. 151-206.

(3) Robboy SJ, Welch WR. Selected topics in the pathology of the vagina. Hum Pathol 1991 ; 22(9):868-76.

(5) Pathology and Genetics of Tumor of the Breast and Female Genital Organs. International Agency for Research on Cancer (IARC) - Lyon, 13-112. 2003. IARC Press. WHO Classification of Tumors. Tavassoli, FA and Devilee, P.

(14) Holland JF, Frei EI, Bast RC, Jr., Kufe DW, Pollock RE, Weichselbaum RR et al. Cancer medicine. 5th ed. Williams and Wilkins, 2000.
Leteurtre E, Boman F, Farine MO, Querleu D, Gosselin B. [Serous papillary cystadenocarcinoma of the recto-vaginal septum : a rare primary localization]. Ann Pathol 1999 ; 19(1):42-45.
(22) Dietl J, Horny HP, Kaiserling E. Lymphoepithelioma-like carcinoma of the vagina : a case report with special reference to the immunophenotype of the tumor cells and tumor-infiltrating lymphoreticular cells. Int J Gynecol Pathol 1994 ; 13(2):186-189.
(23) Oliva E, Ferry JA, Young RH, Prat J, Srigley JR, Scully RE. Granulocytic sarcoma of the female genital tract : a clinicopathologic study of 11 cases. Am J Surg Pathol 1997 ; 21(10):1156-1165.

(24) Nielsen GP, Oliva E, Young RH, Rosenberg AE, Dickersin GR, Scully RE. Alveolar soft-part sarcoma of the female genital tract : a report of nine cases and review of the literature. Int J Gynecol Pathol 1995 ; 14(4):283-292.

(25) Tavassoli FA, Norris HJ. Smooth muscle tumors of the vagina. Obstet Gynecol 1979 ; 53(6):689-693.

(26) Peters WA, III, Kumar NB, Andersen WA, Morley GW. Primary sarcoma of the adult vagina : a clinicopathologic study. Obstet Gynecol 1985 ; 65(5):699-704.

(27) Curtin JP, Saigo P, Slucher B, Venkatraman ES, Mychalczak B, Hoskins WJ. Soft-tissue sarcoma of the vagina and vulva : a clinicopathologic study. Obstet Gynecol 1995 ; 86(2):269-272.

(28) Creasman WT, Phillips JL, Menck HR. The National Cancer Data Base report on cancer of the vagina. Cancer 1998 ; 83(5):1033-1040. (29) Sebenik M, Yan Z, Khalbuss WE, Mittal K. Malignant mixed mullerian tumor of the vagina : case report with review of the literature, immunohistochemical study, and evaluation for human papilloma virus. Hum Pathol 2007 ; 38(8):1282-1288.

(30) Clement PB, Young RH, Scully RE. Extraovarian pelvic yolk sac tumors. Cancer 1988 ; 62(3):620-626.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.