» COL UTERIN Hyperplasie endocervicale

Hyperplasie endocervicale


Hyperplasie Endocervicale
L’hyperplasie glandulaire diffuse en bande / laminaire : asymptomatique, parfois pelres aqueuses ou mucoïdes abondantes. Lésion rare caractérisée par un excès de glandes endocervicales, de taille petite à moyenne, de distribution diffuse. Son âge de découverte moyen est de 37 ans. Les glandes sont de taille modérée, espacées, situées souvent dans le tiers supérieur de l’endocol, arrondies et simples ou ramifiées avec touffes papillaires intraglandulaires. Le revêtement des glandes peut comporter quelques atypies cytologiques réactionnelles et un infiltrat inflammatoire parfois assez marqué mais l'absence d'atypies marquées et une démarcation franche et linéaire avec le stroma sous-jacent sont des clés diagnostiques. Le stroma périglandulaire peut être focalement œdémateux (20 ;21).
L’hyperplasie floride profonde qui imite l’adénome malin, même architecture, les glandes sont cependant plus régulières, il n’y a pas de stroma associé ni d’autres critères de malignité (22).
L’hyperplasie glandulaire endocervicale lobulaire lésion de la femme d’âge moyen (45 à 49 ans de moyenne, 37 à 71 ans), ressemble à une métaplasie pylorique (AJSP 2000 ;24:325), découvert par hasard, dans 1/3 anomalie visible ou signes cliniques, possible précurseur de l’adénocarcinome endocervical de type gastrique (Adv Anat Pathol 2013 ;20:227, Mod Pathol 2005 ;18:1199), associé à l’adénocarcinome à déviation minime (adénome malin). Association possible avec un adénocarcinome endocervical proximal, mucineux ou in situ (46)
Histologie : limité à la moitié interne du col utérin, prolifération lobulaire de glandes rondes de taille petite à intermédiaire (revêtement monocouche de cellules cylindriques, mucineuses avec des noyaux non inquiétants de siège basal) autour d'une glande centrale plus grande et kystisée, la lésion mal limitée est cantonnée à la moitié interne du col. Des atypies nucléaires réactionnelles et des mitoses peuvent être présentes. Le tissu conjonctif voisin peut être fibroblastique. Les aspects permettant le diagnostic différentiel avec un adénome malin sont l'agencement lobulaire, l'absence des critères suivants : infiltration du stroma qui est desmoplasique, invasion profonde (44) Pathol Int 2005 ;55:412. L'hyperplasie est PAX2+ alors que l'adénocarcinome à déviation minime est négatif (nombre limité de cas étudiés).
Possibilité d’atypies cytologiques focales rendant le diagnostic différentiel difficile avec un adénocarcinome bien différencié. Association possible avec un adénocarcinome endocervical proximal, mucineux ou in situ (45) : Images cytologie
Images histologiques : #0
Forme atypique : noyaux agrandis irréguliers, nucléolés, chromatine grossière, perte de polarité, rares mitoses / apoptoses.
Positivité de : PAS, BA de mucine pylorique (HIK1083 et MUC6)
Négativité de : ACE
http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixcytologylobularendocerv.html
http://pathologyoutlines.com/topic/cervixlobularendocerv.html

Présence de mutations de KRAS codon 12 / 13 dans 67% des proliférations mucineuses atypiques (AMP), absentes dans les métaplasies mucineuses, hyperplasies microglandulaires et muqueuses endocervicales. 60% des cas d’AMP avec mutations de KRAS, présenteront un carcinome Am J Clin Pathol. 2015 Jun ;143(6):778-84.
(20) Nucci MR, Clement PB, Young RH. Lobular endocervical glandular hyperplasia, not otherwise specified : a clinicopathologic analysis of thirteen cases of a distinctive pseudoneoplastic lesion and comparison with fourteen cases of adenoma malignum. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(8):886-91.<
(21) Jones MA, Young RH, Scully RE. Diffuse laminar endocervical glandular hyperplasia. A benign lesion often confused with adenoma malignum (minimal deviation adenocarcinoma). Am J Surg Pathol 1991 ; 15(12):1123-9.
(22) Daya D, Young RH. Florid deep glands of the uterine cervix. Another mimic of adenoma malignum. Am J Clin Pathol 1995 ; 103(5):614-7.
(23) Nucci MR, Clement PB, Young RH. Lobular endocervical glandular hyperplasia, not otherwise specified : a clinicopathologic analysis of thirteen cases of a distinctive pseudoneoplastic lesion and comparison with fourteen cases of adenoma malignum. Am J Surg Pathol 1999 : 23(8):886-91.
(40) Kurman RJ, Ronnett BM, Sherman ME, Wilkinson EJ. Tumors of the cervix, vagina and vulva. Fourth series ed. Washington, DC : American registry of pathology, 2010.
(45) Kondo T, Hashi A, Murata S, Nakazawa T, Yuminamochi T, Nara M et al. Endocervical adenocarcinomas associated with lobular endocervical glandular hyperplasia : a report of four cases with histochemical and immunohistochemical analyses. Mod Pathol 2005 ; 18(9):1199-1210.

http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixcytologylobularendocerv.html

http://pathologyoutlines.com/cervix.html#lobularendocerv



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.