» GLANDES SALIVAIRES Sialométaplaise nécrosante (Infarcissement des glandes salivaires) et autres (...)

Sialométaplaise nécrosante (Infarcissement des glandes salivaires) et autres métaplasies


Métaplasie  : oncocytaire, surtout après 70 ans, sous forme de petits îlots cellulaires, à point de départ ductulaire (cytoplasme acidophile et finement granuleux, N/C bas). Quand elle est marquées avec oncocytose, diffuse ou nodulaire, avec des des nodules micro ou macroscopiques, pouvant atteindre 1 cm et aboutir à des oncytomes.
Métaplasie malpighienne : outre celle des canaux excréteurs extralobulaires, sur inflammation chronique notamment d’origine lithiasique, et celle de certaines carences ou surdosages vitaminiques, on la voit surtout lors de : RTE, sialométaplasie nécrosante.
Sialométaplasie nécrosante (2 ;9 ;15) (voir bouche) : Nécrose de coagulation lobulaire des acini, métaplasie squameuse et hyperplasie pseudo épithéliomateuse de la muqueuse sus-jacente, de 1,5 à 83 ans (moyenne 46 ans), prédominance masculine (2/1), surtout dans le palais, sinon : lèvre <, région rétromolaire de la gencive, langue, glandes muqueuses extrabuccales (cavité nasale, sinus maxillaire, larynx) et glandes salivaires principales, notamment après une intervention chirurgicale ou une cytoponction à leur niveau. elle se présente comme une tuméfaction ou ulcération cratériforme et douloureuse de 1 à plusieurs cm, de développement rapide et guérison lente vers la cicatrisation, en 3 à 4 semaines, parfois en plusieurs mois.
Histologie  : préservation de l’architecture lobulaire, nécrose des acini (acini et canaux fantomatiques dont les cellules ont un cytoplasme mal coloré et des noyaux pycnotiques ou absents, le mucus libéré par cette nécrose peut se répandre dans les tissu adjacents et susciter une réaction inflammatoire à partir des secteurs périphériques non nécrosés) +/- inflammatoire avec +/- de mucine, métaplasie extensive avec possibilité d’atypies réactionnelles, hyperplasie pseudo épithéliomateuse de la muqueuse sus jacente. C’est cette hyperplasie pseudo-épithéliomateuse + la métaplasie squameuse canalaire extensive qui induit en erreur, ce qui permet le diagnostic est l’architecture lobulaire + la nécrose de coagulation des glandes salivaires, l’absence d’atypies dans la métaplasie et la réaction inflammatoire marquée. cas clinique
Les patient(e)s consultent rarement à un stade très précoce où les lésions sont purement nécrosantes.
Lorsque le tableau histologique est complet avec nécrose de coagulation centrale, réaction inflammatoire et métaplasie périphériques, le diagnostic est évoqué sans trop de difficulté
Les difficultés diagnostiques sont maximales à un stade plus tardif où, la nécrose ayant disparu, la métaplasie malpighienne occupe le devant du tableau avec l’hyperplasie pseudo-carcinomateuse de l’épithélium de la muqueuse buccale. Les critères de diagnostic sont : persistance de l’architecture lobulaire, des canaux ou acini en métaplasie partielle, la taille souvent petite et uniforme des massifs malpighiens provenant d’une métaplasie totale, leurs limites nettes et l’absence d’atypie nucléaire à leur niveau.
Histopathologie bucco-dentaire et maxillo-faciale
Le Charpentier Y, Auriol Michelle. Masson
Métaplasie sébacée : surtout chez l’enfant / adolescent.
Métaplasie mucipare. Des cellules caliciformes peuvent être observées au niveau des canaux excréurs de la parotide d’enfants ; elles disparaissent chez l’adulte où on peut observer une métaplasie mucipare postlésionnelle (virose ; nécrose).
Histopathologie bucco-dentaire et maxillo-faciale
Le Charpentier Y, Auriol Michelle. Masson
http://www.pathologyoutlines.com/topic/salivaryglandsnecrotizingsialo.html



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.