» COL UTERIN Endométriose = endomètre ectopique

Endométriose = endomètre ectopique


L’endomètre ectopique Arch Gynecol Obstet 2005 ;272:289, Int J Gynecol Pathol 1999 ;18:198 est assez rare (2,4% à 4% des pièces opératoires). La nature endométriale de la lésion est évidente en raison de l’association d’un stroma bien vascularisé, à petites cellules et d’une à quelques glandes à cellules cylindriques, basophiles, parfois ciliées, aux noyaux sombres, allongés et pseudostratifiés. L’endomètre ectopique est considéré comme une endométriose primaire lorsqu’elle est de siège superficiel, comme une endométriose secondaire lorsqu’elle est de siège profond.
Clinique (29) : souvent asymptomatique, surtout entre 25 et 40 ans, <5% post ménopause (mais symptomatique), 10% chez l’adolescente, Douleurs pelviennes ou dysménorrhées, voire aménorrhée si obstacle à l’écoulement des règles. La symptomatologie n’est pas corrélée à l’extension. Possibilité de stérilité primaire ou secondaire dans 30 à 40% des endométrioses. La grossesse peut entraîner une amélioration passagère.
Il existe plusieurs théories de l’endométriose :
- métastatique ; par reflux menstruel (prédominance sur les ovaires et trompe (fréquence accrue si obstruction au flux menstruel) ; par implant post opératoire (cicatrice d’épisiotomie) ; par extension vasculolymphatique (qui explique l’endométriose intra vasculaire et pulmonaire)
- métaplasique : qui explique les cas sur dysgénésie gonadique voire d’exceptionnels cas masculins
La forme profonde s’observe surtout dans le cul-de-sac vaginal, parfois dans le myomètre cervical, en dehors de la muqueuse. Elle est liée à une endométriose pelvienne et à une hypofertilité. La forme superficielle représente environ la moitié des cas et concerne en général des femmes fertiles, sans endométriose pelvienne, ayant souvent dans leurs antécédents des biopsies, des conisations, des césariennes, des déchirures cervicales liées à un avortement ou à un accouchement. La forme superficielle d’endomètre ectopique correspond à une greffe d’endomètre. Images : #2
Il existe une forme caractérisée par la présence exclusive de stroma endométrial. Femmes en activité génitale. Se présente macroscopiquement par un aspect rouge en colposcopie dans la moitié des cas (moyenne de 43 ans (29 à 64 ans) AJSP 1990 ;14:449.
Histologie : foyers bien limités dans le stroma superficiel du col, de cellules de type cellules stromales endométriales, entassées, possibilité de rares glandes endométriales, absence d’atypies ou de mitoses, nucléoles peu marqués. Le diagnostic différentiel principal est le sarcome du stroma endométrial de bas grade (30). L’endométriose extra-utérine peut s’accompagner rarement de granulomes nécrosants xanthomateux sur le péritoine ou les ovaires, imitant en macroscopie du carcinome métastatique (31).
Images : #0, (1) ; (2)
Cytologie : plages et travées de cellules cylindriques en amas cohésifs, solides, persistence de polarité, limites cellulaires nettes, pas d’amas tridimensionnels, ni pseudostratification (Diagn Cytopathol 1999 ;21:188). Images cytologiques
http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixendometriosis.html

Dans de rares cas on retrouve de l’endomètre menstruel en situation intravasculaire de diagnostic facile si biphasique, difficile si présence exclusive du composant stromal avec confusion possible avec un sarcome du stroma de faible grade, un lymphome intravasculaire ou carcinome indifférencié à petites cellules (32)

Endosalpingiose : rare dans le col, se présente rarement sous une forme macroscopique de kystes (Hum Path 2002 ;33:944), en histologie : glandes et kystes à revêtement tubaire pouvant envahir le myomètre et posant le problème de diagnostic différentiel avec un adénome malin du col (33), possibilité de psammomes (J Reprod Med 2000 ;45:526, J Reprod Med 1991 ;36:675).
http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixcytologyendosalpingiosis.html

(29) Clement PB. Diseases of the peritoneum. In : Kurman RJ, editor. Blausteins’s Pathology of the female genital tract. New-York : Springer Verlag, 2001 : 729-789.

(30) Clement PB, Young RH, Scully RE. Stromal endometriosis of the uterine cervix. A variant of endometriosis that may simulate a sarcoma. Am J Surg Pathol 1990 ; 14(5):449-455.
(31) Clement PB, Young RH, Scully RE. Necrotic pseudoxanthomatous nodules of ovary and peritoneum in endometriosis. Am J Surg Pathol 1988 ; 12(5):390-397.

(32) Banks ER, Mills SE, Frierson HF, Jr. Uterine intravascular menstrual endometrium simulating malignancy. Am J Surg Pathol 1991 ; 15(4):407-412.

(33) Clement PB, Young RH. Florid cystic endosalpingiosis with tumor-like manifestations : a report of four cases including the first reported cases of transmural endosalpingiosis of the uterus. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(2):166-175.

http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixendometriosis.html

http://www.pathologyoutlines.com/topic/peritoneumendosalpingiosis.html

http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixcytologyendometriosis.html



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.