» COL UTERIN Adénocarcinome villoglandulaire

Adénocarcinome villoglandulaire


Les adénocarcinomes villoglandulaires (1-3) Cancer 1989 ;63:1773, Mod Path 2000 ;13:261, Arch Pathol Lab Med.2014 Apr ;138(4):453-83, forme rare (< 8%) de la femme de moins de 40 ans.
Macroscopie  : masse exophytique friable.
Histologie  : adénocarcinome papillaire bien différencié, partie superficielle papillaire, avec des papilles allongées et fines ou trapues, avec un stroma d’abondance variable, souvent inflammatoire. Cette partie superficielle ressemble souvent à un adénome villeux, car peu d’atypies / mitoses. Le revêtement est de type endocervical, endométrial ou intestinal.
La partie profonde de la tumeur se compose de formations glandulaires irrégulières, allongées, arborisées, dans un stroma fibreux, parfois desmoplasique ou myxoïde (Cancer 1989 ;63:1773, Int J Gynecol Pathol 1993 ;12:1, Korean J Pathol 2012 ;46:215). Revêtement mono ou multistratifié de cellules cylindriques de type endocervical ou endométrioïde pauvres en mucine
Les atypies cytonucléaires et les mitoses sont modérées et le stroma réactionnel souvent absent, rendant le diagnostic de malignité parfois difficile. Le caractère infiltrant est souvent difficile à mettre en évidence sur les biopsies et le diagnostic est le plus souvent porté sur les pièce d’hystérectomie (4). Prédominance de HPV 16 (5).
Images  : #0 ; #1 ; #2 ; #3, #4, #5, #6, #7, #8, #9, #10, #11, #12
Cytologie  : grands groupes cohésifs de cellules endocervicales, chevauchement nucléaire, perte de l’agencement en rayon de miel ; fines papilles bordées de cellules cylindriques ; minims atypies, noyaux uniformes, petits, ronds/ovales, chromatine régulière, peu :pas de nucléoles ; rares mitoses et apoptoses
Cancer 1999 ;87:5, Diagn Cytopathol 2002 ;26:10, Diagn Cytopathol 1997 ;17:383, Acta Cytol 1996 ;40:536
Diagnostic différentiel  : implant de tumeur endométriale (Int J Gynecol Cancer 2002 ;12:308), autres carcinomes papillaires, glandes hyperplasiques et réactionnelles, dans l’endocervicite papillaire, monocouche de cellules mucineuses benoites, l’adénome villeux peut être pseudostratifié avec quelques mitoses, mais : pas d’arborisation, pas d’atypies, pas d’infiltration, de plus cette pathologie est exceptionnelle et ne doit pas être diagnostiqué sur biopsie.
Excellent pronostic si pur ; exclure une autre composante (Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 1999 ;87:183), rares métastases
http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixcytologyvilloglandularca.html
 

 

 

Reference List

 

 (1) Wright TC, Ferenczy A, Kurman RJ. Carcinomas and other tumors of the cervix. In : Kurman RJ, editor. Blausteins’s Pathology of the female genital tract. New-York : Springer Verlag, 2001 : 325-381.

 (2) Pathology and Genetics of Tumor of the Breast and Female Genital Organs. International Agency for Research on Cancer (IARC) - Lyon, 13-112. 2003. IARC Press. WHO Classification of Tumors. Tavassoli, FA and Devilee, P.

Ref Type : Serial (Book,Monograph)

 (3) Kurman RJ, Ronnett BM, Sherman ME, Wilkinson EJ. Tumors of the cervix, vagina and vulva. Fourth series ed. Washington, DC : American registry of pathology, 2010.

 (4) Young RH, Scully RE. Villoglandular papillary adenocarcinoma of the uterine cervix. A clinicopathologic analysis of 13 cases. Cancer 1989 ; 63(9):1773-1779.

 (5) An HJ, Kim KR, Kim IS, Kim DW, Park MH, Park IA et al. Prevalence of human papillomavirus DNA in various histological subtypes of cervical adenocarcinoma : a population-based study. Mod Pathol 2005 ; 18(4):528-534.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.