» COL UTERIN Adénocarcinome mésonéphrique

Adénocarcinome mésonéphrique


Adénocarcinome mésonéphrique
les adénocarcinomes mésonéphriques (1-5) (AJSP 2004 ;28:601, Arch Pathol Lab Med.2014 Apr ;138(4):453-83)
Généralités  : de 34 à 71 ans (moyenne 43 à 52 ans), de 2,5 à 6 cm souvent transmural
Très rare (< 50 cas décrits), adénocarcinome développé aux dépens des canaux résiduels mésonéphriques. 
La lésion se compose le plus souvent de glandes de taille variable, ressemblant à un adénocarcinome endométrioïde. Ils sont caractérisés par une localisation profonde dans le stroma cervical, sans rattachement avec la muqueuse cervicale,
Forme tubuleuse : agencement en petites glandes ou tubes à revêtement cubocylindrique bas à noyaux atypiques, sans mucine intracytoplasmique, ni stroma desmoplasique. La forme canalaire est formée de grandes glandes avec des papillies intraluminales de taille variable, bourgeonnement cellulaire, 1 à plusieurs couches de cellules cylindriques endométrioïdes
L’adénocarcinome est souvent associé à des canaux résiduels mésonéphriques hyperplasiques. Possibilité d’aspect rétiforme (glandes en fente arborisées avec papilles intraluminales, 1 à plusieurs couches de cellules cubocylindriques), de nids solides ou plages ponctuées de petites glandes, de cordons et travées (aspect de cordons sexuels), de composante sarcomatoïde (à cellules fusiformes ou de type sarcome endométrial, plus rarement hétérologue musculaire ou cartilagineuse), cette forme mixte est de plus mauvais pronostic (6).
Les cellules ont une quantité modérée de cytoplasme sans mucine, des noyaux pléomorphes mitoses +/- nombreuses, les lumières ont un contenu éosinophile dense pseudocolloïde, PAS + D+
[ Images histologiques 4 : CD10+
Il s’agit souvent d’adénocarcinomes agressifs.
Immunohistochimie Am J Surg Pathol.[2012 Jun ;36(6):799-807]. : CA 125 +, CD 10 + (négatif dans les autres adénocarcinomes cervicaux (7)), CK7 +, EMA +, calrétinine + (88-100% négatif dans les autres adénocarcinomes cervicaux), PAX8, HMGA2 (87.5%), vimentine +(70 - 100%, négatif dans les autres adénocarcinomes cervicaux), RE/RP - (8), AE1/AE3 +, CAM5.2 +, CK1 +, Récepteurs androgènes + (33%), inhibine + (30 -50%, focal), Ki-67 + (15%), RE + (25%), ACE souvent négatif et TTF1 + dans 37.5%, p16 + (62,5%), mais HPV négatif, négativité de CK20 -, mACE -, WT1-, GATA 3 + (intensité et % variable) Am J Surg Pathol. 2015 Oct ;39(10):1411-9, alors que négatif dans adénocarcinome endocervical ou endométrial .
Diagnostic différentiel  : hyperplasie mésonéphrique, les critères de malignité sont l’adossement des glandes, l’architecture complexe, atypies, mitoses, perméations vasculaires ou périnerveuses, stroma desmoplasique.
Carcinome endométrioïde (souvent haut grade, atteint la surface, absence d’hyperplasie mésonéphrique, pas de pseudocolloïde, RE+, RP+, ACE+, vimentine -, présence de cils, mucine) ou tumeur mullérienne mixte si biphasique (atypies ++, démarcation nette entre glandes et stroma).
http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixmesonephricadeno.html

Reference List

 (1) Silver SA, Devouassoux-Shisheboran M, Mezzetti TP, Tavassoli FA. Mesonephric adenocarcinomas of the uterine cervix : a study of 11 cases with immunohistochemical findings. Am J Surg Pathol 2001 ; 25(3):379-387.

 (2) Wright TC, Ferenczy A, Kurman RJ. Carcinomas and other tumors of the cervix. In : Kurman RJ, editor. Blausteins’s Pathology of the female genital tract. New-York : Springer Verlag, 2001 : 325-381.

 (3) Clement PB, Young RH, Keh P, Ostor AG, Scully RE. Malignant mesonephric neoplasms of the uterine cervix. A report of eight cases, including four with a malignant spindle cell component. Am J Surg Pathol 1995 ; 19(10):1158-1171.

 (4) Ferry JA, Scully RE. Mesonephric remnants, hyperplasia, and neoplasia in the uterine cervix. A study of 49 cases. Am J Surg Pathol 1990 ; 14(12):1100-1111.

 (5) Bague S, Rodriguez IM, Prat J. Malignant mesonephric tumors of the female genital tract : a clinicopathologic study of 9 cases. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(5):601-607.

 (6) Bague S, Rodriguez IM, Prat J. Malignant mesonephric tumors of the female genital tract : a clinicopathologic study of 9 cases. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(5):601-607.

 (7) Ordi J, Romagosa C, Tavassoli FA, Nogales F, Palacin A, Condom E et al. CD10 Expression in Epithelial Tissues and Tumors of the Gynecologic Tract : A Useful Marker in the Diagnosis of Mesonephric, Trophoblastic, and Clear Cell Tumors. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(2):178-186.

 (8) Pathology and Genetics of Tumor of the Breast and Female Genital Organs. International Agency for Research on Cancer (IARC) - Lyon, 13-112. 2003. IARC Press. WHO Classification of Tumors. Tavassoli, FA and Devilee, P.

Ref Type : Serial (Book,Monograph)

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.