» ORL Palais Sialométaplasie nécrosante

Sialométaplasie nécrosante


Pathologie réactionnelle rare survenant essentiellement sur les glandes salivaires mineures dans toute la bouche (surtout le palais), plus rarement sur les glandes salivaires majeures (peut se voir dans tout le tractus aérodigestif, des cavités nasales, sinus maxillaires aux bronches). L’importance qu’elle prend est liée essentiellement à la confusion possible avec un carcinome malpighien ou muco-épidermoïde si biopsie profonde et avec une hyperplasie pseudo-épithéliomateuse si biopsie superficielle. C’est une lésion rare (0.03% des biopsies) mais dont la fréquence est vraisemblablement sous-estimée pour deux raisons : son évolution spontanée vers la guérison d’une part, sa méconnaissance clinique source de thérapeutiques inadaptées d’autre part. Discrète prédominance masculine (2/1), de 17 à 80 ans (moyenne de 48 ans).
Clinique : gonflement +/- ulcération cratériforme de 1-3 cm, unilatéral, rarement bilatéral synchrone ou métachrone. Images cliniques
Histologie : lésion ulcéreuse du palais dur caractérisée par une prolifération vasculaire, un infiltrat inflammatoire marqué et une nécrose partielle des glandes salivaires associée à une régénération et une métaplasie squameuse des canaux adjacents et des acini.
hyperplasie pseudo-épithéliomateuse de la muqueuse sus-jacente possible, absence d’atypies dans la composante squameuse, parfois des cellules muqueuses isolées sont piégées dans cette composante squameuse (confusion avec un carcinome muco-épieermoïde.
Des cas ont été décrits aussi dans la cavité nasale, gencives, lèvres, hypopharynx, sinus maxillaires et glandes salivaires majeures. La pathogenèse est vraisemblablement ischémique. Certains cas ont été vus comme complication d’une vascularite ou d’autres désordres vasculaires. La configuration lobulaire de ces lésions est un critère important du diagnostic différentiel avec un carcinome (2 ;11). Images histologiques
 : #1, cas clinique
Traitement : inutile car guérison spontanée en quelques semaines (en moyenne 5).

(2) Rosai J. Ackerman’s surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby ; 1996.
(11) Abrams AM, Melrose RJ, Howell FV. Necrotizing sialometaplasia. A disease simulating malignancy. Cancer 1973 ; 32(1):130-5.

http://www.emedicine.com/derm/topic656.htm
http://www.pathologyoutlines.com/oralcavity.html#necrotizingsialo


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.