» OVAIRE Pathologie inflammatoire non infectieuse

Pathologie inflammatoire non infectieuse


Pathologies inflammatoires non infectieuses (1)
Granulomes à corps étrangers : quand ils sont nombreux peuvent évoque macroscopiquement une pathologie maligne, secondaire à du matériel de suture, des lipides lors d’examens radiographiques d’hystérosalpingographie, du talc, de la kératine provenant d’un tératome rompu ou au contact de contenu digestif en cas de fistule colo-ovarienne.
Granulomes nécrosants palissadés : dus le plus souvent à des séquelles d’une chirurgie antérieure en particulier une cautérisation, nécrose centrale fibrinoïde ou hyalinisation, entouré d’histiocytes en palissades ou au contact du pigment brun ou noir correspondant à du carbone.
Les granulomes peuvent aussi se noter secondairement à des pathologies systémiques telles qu’une sarcoïdose ou une maladie de Crohn ;
Les granulomes corticaux sont de petites lésions microscopiques découvertes par hasard dans le cortex ovarien. Ils sont sphériques, bien limités de 100 à 500µ constitués de cellules fusiformes, de cellules épithélioïdes, lymphocytes et de cellules géantes multinucléées.










(1) Clement PB. Non neoplastic lesions of the ovary. In : Kurman RJ, ed. Blausteins's Pathology of the female genital tract. 5th ed. New-York : Springer Verlag ; 2001. p. 675-727.


 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.