» OVAIRE Lutéome de grossesse

Lutéome de grossesse


Lutéome de grossesse (1 ;11) Am J Surg Pathol. 2014 Feb ;38(2):239-44,Arch Pathol Lab Med. 2010 Mar ;134(3):393-403 :
Pathologie pseudotumorale après le post partum
Clinique : essentiellement durant la troisième à quatrième décennie, multipare pour plus de 80%, avec une prédominance chez les noirs. Le plus souvent pathologie asymptomatique découverte lors de la césarienne ou lors d’une ligature de trompe post-partum, rarement présence d’une masse abdominale. Dans 25% des cas, il existe une activité endocrine sous forme d’hirsutisme ou de virilisation durant la deuxième partie de la grossesse, avec, chez près de 70% des nouveaux nés féminins, des signes androgéniques sous forme d’une clitoromégalie ou d’une fusion labiale, le lutéome régresse quelques jours après l’accouchement, en l’espace de quelques semaines.
Macroscopie : nodule, qui peut atteindre 20 cm de diamètre (moyenne 6.6 cm), solide, charnu, limité, rouge ou brun, avec des foyers hémorragiques, sinon noir ou jaune. Dans la moitié des cas la lésion est multifocale et bilatérale dans 1/3 des cas.
Histologie : masses arrondies bien limitées, de cellules agencées en plages, travées ou vésicules avec du matériel pseudocolloïde. Les cellules sont de taille intermédiaire entre les cellules de la granulosa et les cellules de la thèque lutéinisées, avec un cytoplasme éosinophile abondant, ne renfermant que peu de lipides et un noyau central, hyperchromatique nucléolé. Les mitoses sont assez nombreuses, pouvant atteindre jusqu’à 7 mitoses/10 chps, possibilité d'atypies nucléaires. De façon plus rare, on note une dégénérescence focale ballonnisante et des gouttelettes colloïdes, comme dans le corps jaune de grossesse, le stroma est peu abondantImages : #0, #1, #2, #3, #7, #8, #9
Immunohistochimie : CD 99 +, Inhibine +, CK +, vimentine + (18), , parfois Melan-A + mais négatif pour HMB-45 et S100.
Diagnostic différentiel : la forme multiple peut être confondue avec des métastases, surtout si le primitif est constitué de cellules oxyphiles, comme dans le mélanome malin (mais plus d'atypies, inhibine -).
Dans les formes unifocales, l’aspect macroscopique permet de le distinguer des grands kystes folliculaires, isolés, lutéinisés de grossesse, de l’hyperreactio luteinalis et du corps jaune de grossesse. Le diagnostic se pose également avec des tumeurs primitives solides, constituées essentiellement de cellules lutéinisées, telles que la tumeur de la granulosa, thécome et tumeur à cellules stéroïdes. Ils sont sauf exception, unifocaux comme les tumeurs de cordons sexuels qui peuvent se voir lors de grossesse. Les thécomes lutéinisés présentent focalement des cellules fusiformes, la réticuline entoure les cellules de façon isolée plutôt qu'en groupes de cellules.
(1) Clement PB. Non neoplastic lesions of the ovary. In : Kurman RJ, ed. Blausteins’s Pathology of the female genital tract. 5th ed. New-York : Springer Verlag ; 2001. p. 675-727.
(11) Pathology and Genetics of Tumor of the Breast and Female Genital Organs. International Agency for Research on Cancer (IARC) - Lyon, 13-112. 2003. IARC Press. WHO Classification of Tumors. Tavassoli, FA and Devilee, P.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.