» OVAIRE Adénocarcinome mucineux

Adénocarcinome mucineux


Les tumeurs mucineuses (14& ;25 ;37)
Définition : Tumeurs dont l’élément épithélial comporte un constituant bien visible de cellules remplies de mucine. Les tumeurs mucineuses peuvent présenter une différenciation mucineuse intestinale ou endocervicale et contiennent occasionnellement des cellules argentaffines et rarement des cellules de Paneth.
Fréquence et âge de survenue : Elles représentent selon les séries 15 à 20% des tumeurs ovariennes. Les cystadénocarcinomes mucineux constituent 6 à 10% de l’ensemble des cancers de l’ovaire. Parmi les tumeurs mucineuses 76% sont bénignes (surtout de type endocervical), 6% sont à la limite de la malignité (environ 85% sont de type intestinal) et 12% sont malignes (surtout de type intestinal) (14). Les tumeurs mucineuses à la limite de la malignité s’observent, généralement entre 40 et 70 ans (48 ans en moyenne, 35 ans pour les tumeurs de stade 1) (83). Les tumeurs mucineuses malignes surviennent également entre 40 et 70 ans (53 ans en moyenne).
Un continuum lésionnel est souvent observé dans les tumeurs mucineuses (bénin, prolifératif, malin) et, au sein d’une tumeur maligne, différents degrés de malignité peuvent être observés.
Imagerie : cystadénome :#0
Macroscopie : Les tumeurs mucineuses sont les plus volumineuses de toutes les tumeurs ovariennes ; la plupart d’entre elles ont un diamètre compris entre 15 et 30 cm pour un poids de 2 à 4 kg. Il s’agit de tumeurs le plus souvent multiloculaires, à paroi mince, remplies d’un liquide épais et visqueux. Les tumeurs à la limite de la malignité et les adénocarcinomes ont un aspect macroscopique souvent très voisin de celui des tumeurs bénignes. Ces tumeurs s’en distinguent cependant par une plus grande richesse en territoires solides et papillaires qu’il convient de rechercher par de nombreuses sections et par des prélèvements multiples. La bilatéralité de ces tumeurs est moins fréquente que celle des tumeurs séreuses : 2 à 5% des cas pour les tumeurs bénignes, 8 à 10% des cas pour les tumeurs à la limite de la malignité et 10 à 20% pour les adénocarcinomes (38 ;83).
Carcinomes mucineux (37 ;85 ;88 ;97) : est en fait une pathologie plus rare que les métastases mucineuses à l’ovaire (90)

Imagerie, #0
Macroscopie : similaire aux autres tumeurs mucineuses. Images : #1, mucineux #1
Histologie : les cystadénocarcinomes mucineux doivent être différenciés des tumeurs mucineuses à la limite de la malignité. Dans certains cas 1’invasion du stroma est évidente (elle doit dépasser 5 mm de grand axe) (87 ;90), dans d’autres elle est beaucoup plus difficile à affirmer et il convient de rechercher alors des critères indirects : une croissance confluente avec adossement des glandes pouvant aboutir à un aspect cribriforme, des amas ou cellules isolées à cytoplasme abondant éosinophile, entourés d’espaces clairs, des glandes de taille variable infiltrant le stroma. La micro invasion est définie comme < 10 mm2 soit au plus 3mm dans les deux dimensions (seuil utilisé pour les TML séreuses), sur un ou plusieurs foyers. La présence de granulomes de mucine dans le stroma ne doit pas être interprétée comme un signe d’infiltration du stroma.
Un agencement nodulaire doit faire suspecter une métastase. Les atypies cytologiques sont marquées avec N/C élevé, une chromatine irrégulière, des mitoses nombreuses.
Deux formes histologiques particulières doivent être connues car elles posent des problèmes de diagnostic différentiel avec les tumeurs de Krukenberg. Il s’agit des adénocarcinomes colloïdes muqueux et à cellules indépendantes.
Des nodules cellulaires denses intra-muraux, uniques ou multiples, d’aspect indifférencié et riches en cellules géantes, sont parfois associés aux tumeurs mucineuses malignes mais aussi aux tumeurs mucineuses à la limite de la malignité (103-107). Il s’agit soit de foyers d’épithélioma anaplasiques (grands nodules, mal limités HE, kératine (fig 2C), EMA (fig 2D)) soit de nodules réactionnels pseudosarcomateux (nodules petits, bien limités, multiples, âge moyen), beaucoup plus polymorphes, riches en cellules géantes multinucléées identiques à celles observées au sein des épulis, soit de sarcomes (sujet âgé, de grande taille, perméations vasculaires fréquentes, comportement agressif) voire de léiomyomes. Ces nodules peuvent atteindre une taille de 12 cm, ils sont CK + y compris les formes pseudosarcomateuses. Les cas avec nodules muraux malins sont mortels dans 50% des cas (108), au stade I a cependant ils n’ont pas d’impact sur le pronostic (109). Il a été également décrit une forme sans composante épithéliale évidente avec des aspects d’ostéoclastome malin (nécrose, mitoses) (110). Images :#1, (fig c/d),
Immunohistochimie : EMA+, AE1 AE3+, vimentine + 50%, ACE + 80% ; B72,3 88%, CK7 + (diffus) 93%, CK 20 + (focal) 56 à 69% (les2 dans 56% dans une étude, ce qui peut se voir aussi lors de métastases de carcinomes mucineux pancréatiques, gastriques ou de l’endocol (79%), mais est rare dans les localisations d’origine colorectale, appendiculaire où l’on observe surtout un profil CK7-, CK20+) (89) , CDX2 + (57% vs 100% si méta colorectale), MUC2 + (22% vs 100% si méta colorectale), MUC5AC + (99% vs 33% si méta colorectale), bêta caténine + (9% vs 83% si méta colorectale).
OC 125 33%, GCDFP 15-, RE alpha + (70%), RE bêta +(30%) (74), CD99 rarement + (78), WT1 - (75).

Diagnostic différentiel : des métastases d’un carcinome du pancréas, tractus biliaire, colon, appendice, col peuvent imiter une tumeur mucineuse, elles sont plus volumineuses que le primitif (aspect de tumeur primitive) (85 ;90) et bien sà»r de pronostic péjoratif. Elles sont souvent bilatérales, multinodulaires, perméations vasculaires et atteinte superficielle, (voir le profil CK7/CK20) (111).
Tumeur borderline, il faut chercher des territoires d’invasion, si cytologie maligne en l’absence d’invasion il s’agit d’une tumeur borderline + CIS.
Tumeur à petites cellules hypercalcémiante qui peut présenter une composante mucineuse, de même qu’une tumeur carcinoïde.
Carcinomes séreux et endométrioïdes riches en mucines
Tumeur de Sertoli Leydig à contingent hétérologue mucineux
Pronostic (38 ;79 ;83 ;90) : Les adénocarcinomes mucineux ont tendance à rester initialement localisés aux ovaires et au pelvis. Une diffusion abdominale est retrouvée dans environ 20% des cas lors de l’intervention (38 ;79). Des métastases lymphatiques et hématogènes s’observent dans les stades avancés (24). A noter l’association possible à un adénocarcinome mucineux du col utérin (111). La survie globale des tumeurs mucineuses malignes est de 50 à 60% à 5 ans tous stades confondus, elle est de 34 à 39% à 10 ans (59 à 91% pour les stades I), à stade égal le pronostic est similaire aux tumeurs séreuses. Au stade I (88 ;109) les formes expansives qui sont toutes de stade I, ont un excellent pronostic alors que les formes infiltrantes (qui se voient à tous les stades) sont plus agressives au stade I, dans ces séries les formes micro-infiltrantes sont toutes de stade I et de bon pronostic. Le grade ne semble pas avoir d’influence pronostique.

Survie stade I

Classification

WHO

Revised

Autres

1-2 couches de cellules avec atypies focales et bourgeonnement

100%

Bénin

Bénin

Bénin

Stratification de cellules atypiques jusqu’à 3 cellules en épaisseur, atypies modérées, pas d’invasion stromale

Environ 100%

TML

TML

Proliférative

Stratification de cellules atypiques de 4 ou plus de couches, cribriformes, atypies sévères, pas d’invasion stromale

94 à 100%

peut être un marqueur d’invasion stromale

TML

TML avec carcinome intraépithélial

Lésion proliférative atypique avec foyer de carcinome non invasif

Invasion stromale

86-91%

Carcinome

Carcinome

Carcinome

Pseudomyxoma péritonei

40-50%

TML

Stade II-III

TML

Stade II-III

Métastase d’une tumeur appendiculaire

(14) Seidman JD, Russell P, Kurman RJ. Surface epithelium tumors of the ovary. In : Kurman RJ, ed. Blausteins’s Pathology of the female genital tract. 5th ed. New-York : Springer Verlag ; 2001. p. 781-904.

(24) Musumeci R, De Palo G, Kenda R, Tesoro-Tess JD, Di Re F, Petrillo R et al. Retroperitoneal metastases from ovarian carcinoma : reassessment of 365 patients studied with lymphography. AJR Am J Roentgenol 1980 ; 134(3):449-452.

(25) Scully RE, Sobin LH.Scully RE, Sobin LH, eds. Histological typing of ovarian tumours. second ed. Berlin : Springer verlag ; 1999.

(37) Pathology and Genetics of Tumor of the Breast and Female Genital Organs. International Agency for Research on Cancer (IARC) - Lyon, 13-112. 2003. IARC Press. WHO Classification of Tumors. Tavassoli, FA and Devilee, P.

(38) Scully RE. Tumors of the ovary and maldeveloped gonads. second series ed. Washington : Armed forces institute of pathology, 1978.

(74) Fujimura M, Hidaka T, Kataoka K, Yamakawa Y, Akada S, Teranishi A et al. Absence of estrogen receptor-alpha expression in human ovarian clear cell adenocarcinoma compared with ovarian serous, endometrioid, and mucinous adenocarcinoma. Am J Surg Pathol 2001 ; 25(5):667-672.

(75) Lerwill MF. Current practical applications of diagnostic immunohistochemistry in breast pathology. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(8):1076-1091.

(78) Choi YL, Kim HS, Ahn G. Immunoexpression of inhibin alpha subunit, inhibin/activin betaA subunit and CD99 in ovarian tumors. Arch Pathol Lab Med 2000 ; 124(4):563-569.

(79) Aure JC, Hoeg K, Kolstad P. Clinical and histologic studies of ovarian carcinoma. Long-term follow-up of 990 cases. Obstet Gynecol 1971 ; 37(1):1-9.

(83) Hart WR, Norris HJ. Borderline and malignant mucinous tumors of the ovary. Histologic criteria and clinical behavior. Cancer 1973 ; 31(5):1031-1045.

(85) Hoerl HD, Hart WR. Primary ovarian mucinous cystadenocarcinomas : a clinicopathologic study of 49 cases with long-term follow-up. Am J Surg Pathol 1998 ; 22(12):1449-1462.

(87) Ronnett BM, Kajdacsy-Balla A, Gilks CB, Merino MJ, Silva E, Werness BA et al. Mucinous borderline ovarian tumors : points of general agreement and persistent controversies regarding nomenclature, diagnostic criteria, and behavior. Hum Pathol 2004 ; 35(8):949-960.

(88) Lee KR, Scully RE. Mucinous tumors of the ovary : a clinicopathologic study of 196 borderline tumors (of intestinal type) and carcinomas, including an evaluation of 11 cases with ’pseudomyxoma peritonei’. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(11):1447-1464.

(89) Vang R, Gown AM, Barry TS, Wheeler DT, Yemelyanova A, Seidman JD et al. Cytokeratins 7 and 20 in primary and secondary mucinous tumors of the ovary : analysis of coordinate immunohistochemical expression profiles and staining distribution in 179 cases. Am J Surg Pathol 2006 ; 30(9):1130-1139.

(90) Riopel MA, Ronnett BM, Kurman RJ. Evaluation of diagnostic criteria and behavior of ovarian intestinal-type mucinous tumors : atypical proliferative (borderline) tumors and intraepithelial, microinvasive, invasive, and metastatic carcinomas. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(6):617-635.

(97)Guerrieri C, Hogberg T, Wingren S, Fristedt S, Simonsen E, Boeryd B. Mucinous borderline and malignant tumors of the ovary. A clinicopathologic and DNA ploidy study of 92 cases. Cancer 1994 ; 74(8):2329-2340.

(103) Prat J, Young RH, Scully RE. Ovarian mucinous tumors with foci of anaplastic carcinoma. Cancer 1982 ; 50(2):300-304.

(104) Prat J, Scully RE. Sarcomas in ovarian mucinous tumors : a report of two cases. Cancer 1979 ; 44(4):1327-1331.

(105) Prat J, Scully RE. Ovarian mucinous tumors with sarcoma-like mural nodules : a report of seven cases. Cancer 1979 ; 44(4):1332-1344.

(106) Czernobilsky B, Dgani R, Roth LM.Ovarian mucinous cystadenocarcinoma with mural nodule of carcinomatous derivation. A light and electron microscopic study. Cancer 1983 ; 51(1):141-148.

(107) Bague S, Rodriguez IM, Prat J. Sarcoma-like mural nodules in mucinous cystic tumors of the ovary revisited : a clinicopathologic analysis of 10 additional cases. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(11):1467-1476.

(108) Baergen RN, Rutgers JL. Mural nodules in common epithelial tumors of the ovary. Int J Gynecol Pathol 1994 ; 13(1):62-72.

(109) Rodriguez IM, Prat J. Mucinous tumors of the ovary : a clinicopathologic analysis of 75 borderline tumors (of intestinal type) and carcinomas. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(2):139-152.

(110) Fadare O, Mariappan MR, Ocal IT, Parkash V. A malignant ovarian tumor with osteoclast-like giant cells. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(6):854-860.

http://www.pathologyoutlines.com/topic/ovarytumormucinouscarcinoma.html



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.