» TROMPE Normal

Normal





Anatomie normale (1 ;2)


Les trompes de Fallope jouent un rôle important dans la reproduction humaine, elles sont facilement atteintes par diverses pathologies dont les MST avec risque de stérilité d'où recours aux techniques de procréations assistées.


Ce sont 2 structures tubulaires de 7 à 12 cm de long (muscles lisses recouverts par une couche péritonéale Chez l’adulte, elle comporte 4 segments (intramural (1 à 1,5 cm X 0,2 à 0.5 mm ; elle débouche dans l'angle supérieur de l'utérus par un orifice de 1 mm de diamètre nommé (l'ostium uterinum), isthmique, de 2 à 3 cm X 2 à 4 mm, l’ampoule, elle se termine par 25 extensions en doigt de gant formant le pavillon de la trompe ( la frange de Richard, plus longue (20 à 30 mm) se porte sur l'ovaire (rôle dans la captation de l'ovule après l'ovulation, en cas d'inflammation du pavillon de la trompe, ces franges peuvent s'unir et obturer l'orifice de la trompe.)). La séreuse est bordée de cellules mésothéliales aplaties, la musculeuse comporte un couche externe longitudinale (peu évidente car formée de petits bouquets musculaires, mêlés au tissu conjonctif de l'adventice et interne circulaire dont l'épaisseur varie de 1,1 à 0,5mm. La muqueuse est constituée de plicatures dont le nombre et la taille augmentent de l’utérus vers le péritoine. Présence de 3 types de cellules, 20 à 30% de cellules ciliées, 55 à 65% de cellules sécrétoires et des cellules intercalaires, rares lymphocytes surtout T.


L'épithélium tubaire montre des modifications morphologiques selon le statut hormonal, en phase oestrogénique, le revêtement tubaire montre des cellules ciliées + hautes et nombreuses, quelques mitoses. Les cellules peuvent avoir un cytoplasme peu abondant et sont donc sombres, se chevauchant au faible grossissement. Un certain degré de prolifération se voit jusque dans 66% des ligatures tubaires. Métaplasie fréquente squameuse ou endocervicale (dans le cadre d'un Peutz-Jeghers ou d'une inflammation chronique), voire oncocytaire. Possibilité de psammomes si salpingite chronique et de restes mésonéphriques sous forme de 10 à 15 tubules du méso de l’ovaire, bordés par un revêtement cubocylindrique avec des cellules ciliées ou non.


Histologie, muqueuse normale : #0, #1, #2, #3, #4, #5, #6, cytologie : #1


Physiologie de la trompe : au début de cycle, les cellules sont basses et les cellules sécrétoires inactives, à l'ovulation, les cellules sécrétoires augmentent de taille et libèrent du glycogène dans la lumière tubaire. Les cils battent de façon synchrone et transportent l'ovule vers l'endomètre, les spermatozoïdes arrivent en quelques minutes au niveau de la trompe où à lieu la fertilisation. A noter la présence de RE, responsables de la ciliogenèse (diminution nette après la ménopause).


 http://spiral.univ-lyon1.fr/polycops/HistologieFonctionnelleOrganes/FrameAccueil.html


macroscopie : http://www.gfmer.ch/selected_images_v2/detail_list.php?cat1=18&cat2=106&cat3=0&cat4=2&stype=n


http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/edicerf/RADIOANATOMIE/031.html


(1) Wheeler JE. Diseases of the fallopian tube. In : Kurman RJ, ed. Blausteins's Pathology of the female genital tract. 5th ed. New-York : Springer Verlag ; 2001. p. 617-48.


 


(2) Rosai J. Ackerman's surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby ; 1996


 


 


 



 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.