» CAVITE BUCCALE carcinome épidermoïde in situ

carcinome épidermoïde in situ




Le carcinome in situ présente souvent en macroscopie un aspect rouge velouteux, si induration il faut rechercher une composante infiltrante associée. Les critères d’in situ sont les mêmes que ceux utilisés dans les autres localisations.


Au niveau du vermillon de la lèvre, la chéilite actinique est l’équivalent de la kératose actinique cutanée.


La leucoplasie orale est un facteur de risque de carcinome malpighien (1) dont le traitement va de la surveillance à la résection complète (2 ;3). Parmi les leucoplasies, 5 à 15% sont dysplasiques (4) et 15 à 20% dégénèreront en carcinome (5), mais l'évaluation histologique des dysplasies est peu reproductible (6). La résection de leucoplasies orales n'évite pas la survenue ultérieure d'un carcinome (7-10).


Le développement du cancer oral est lié surtout à l'exposition au tabac (11 ;12). La carcinogenèse orale est un processus complexe, multifocal de carcinogenèse diffuse et polyclonale avec diffusion clonale intra-épithéliale (13-16). Des marqueurs d'instabilité génomique, tels qu'une polysomie chromosomique et des altérations de microsatellites, semblent pouvoir prédire la probabilité de transformation maligne de lésions prémalignes orales (17). La ploïdie est un reflet grossier de ces anomalies chromosomiques, mais permet une évaluation de la totalité de l'ADN. Les travaux effectués dans cette optique d'étude de la ploïdie de lésions prémalignes telles que les dysplasies sont peu nombreux, 3 études (18-20) portaient sur moins de 25 patients chacune.


Les travaux d'une équipe (21-23) montrent que les carcinomes oraux développés à partir d'une dysplasie orale aneuploïde, sont plus agressifs que ceux qui surviennent sur une dysplasie orale diploïde et ceci indépendamment de la qualité des limites d'exérèse (24), avec un risque plus élevé de seconds cancers oraux correspondent soit à une récidive soit à un second primitif (25 ;26).


Une étude de 20 cas de NIE montre une carryorhexie nette avec apoptose avec dans tous les cas en ISH des HPV de haut risque et p16 positive Mod Pathol. 2013 Oct ;26(10):1288-97.


Dans leur étude la plus récente (27), portant sur 150 cas de dysplasies orales, les patients avec forme aneuploïde de leucoplasie présentent un cancer dans 96%, un ou plusieurs récidives ou seconds cancers oraux dans 81%, et un taux de mortalité spécifique de 78%, les chiffres respectifs étant de 80, 20 et 0% pour les formes tétraploïdes et de 5, 0 et 0% pour les formes diploïdes. Dans les cas aneuploïdes, le délai d'apparition des seconds cancers était plus bref et ceux-ci étaient plus souvent multiples et/ou à distance du premier cancer (mais dans la cavité buccale). Il n'existait aucune corrélation entre la ploïdie et la qualité des limites d'exérèse ou le grade histologique du carcinome (dont l'impact pronostique semble en tout état de cause faible (28)), de même le grade de la dysplasie n'était pas lié au pronostic (29), ce qui semble un résultat paradoxal. Par contre les leucoplasies aneuploïdes étaient associées à un stade significativement différent. Bien qu'il n'y ait pas eu d'analyse multivariée, l'analyse monovariée montrait que la ploïdie avait un impact supérieur à celui du stade, puisque seules les lésions aneuploïdes étaient létales, le tabagisme et une mauvaise hygiène dentaire étaient également des facteurs de pronostic (30).


La confirmation du rôle de l'aneuploïdie comme marqueur d'instabilité génomique, qui distingue des patients dont les carcinomes sont biologiquement agressifs malgré un traitement standard, reste à réaliser. Cela impliquerait cliniquement une surveillance plus étroite pour tenter de dépister et de traiter le plus vite possible les récidives ou seconds cancers.


Traitement de la leucoplasie : si dysplasie, cryothérapie. Le bêta-carotène semble donner de bons résultats, on peut proposer également des rétinoïdes per-os ou de la vitamine-A acide.


Le pronostic dépend du siège : en buccale muqueuse bénin dans 96% des cas, pour 32% en plancher buccal (31% de CIS, 37%carcinome invasif).


 


 


Reference List


 


 (1)  Bouquot JE, Gorlin RJ. Leukoplakia, lichen planus, and other oral keratoses in 23,616 white Americans over the age of 35 years. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1986 ; 61(4):373-381.


 (2)  Scully C, Porter S. ABC of oral health. Swellings and red, white, and pigmented lesions. BMJ 2000 ; 321(7255):225-228.


 (3)  Tradati N, Grigolat R, Calabrese L, Costa L, Giugliano G, Morelli F et al. Oral leukoplakias : to treat or not ? Oral Oncol 1997 ; 33(5):317-321.


 (4)  Suarez P, Batsakis JG, el Naggar AK. Leukoplakia : still a gallimaufry or is progress being made ?—A review. Adv Anat Pathol 1998 ; 5(3):137-155.


 (5)  Lumerman H, Freedman P, Kerpel S. Oral epithelial dysplasia and the development of invasive squamous cell carcinoma. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod 1995 ; 79(3):321-329.


 (6)  Karabulut A, Reibel J, Therkildsen MH, Praetorius F, Nielsen HW, Dabelsteen E. Observer variability in the histologic assessment of oral premalignant lesions. J Oral Pathol Med 1995 ; 24(5):198-200.


 (7)  Sudbo J, Lippman SM, Lee JJ, Mao L, Kildal W, Sudbo A et al. The influence of resection and aneuploidy on mortality in oral leukoplakia. N Engl J Med 2004 ; 350(14):1405-1413.


 (8)  Sudbo J, Kildal W, Risberg B, Koppang HS, Danielsen HE, Reith A. DNA content as a prognostic marker in patients with oral leukoplakia. N Engl J Med 2001 ; 344(17):1270-1278.


 (9)  Zhang L, Poh CF, Lam WL, Epstein JB, Cheng X, Zhang X et al. Impact of localized treatment in reducing risk of progression of low-grade oral dysplasia : molecular evidence of incomplete resection. Oral Oncol 2001 ; 37(6):505-512.


 (10)  Chiesa F, Boracchi P, Tradati N, Rossi N, Costa L, Giardini R et al. Risk of preneoplastic and neoplastic events in operated oral leukoplakias. Eur J Cancer B Oral Oncol 1993 ; 29B(1):23-28.


 (11)  Reibel J. Tobacco and oral diseases. Update on the evidence, with recommendations. Med Princ Pract 2003 ; 12 Suppl 1:22-32.


 (12)  Forastiere A, Koch W, Trotti A, Sidransky D. Head and neck cancer. N Engl J Med 2001 ; 345(26):1890-1900.


 (13)  Braakhuis BJ, Tabor MP, Kummer JA, Leemans CR, Brakenhoff RH. A genetic explanation of Slaughter's concept of field cancerization : evidence and clinical implications. Cancer Res 2003 ; 63(8):1727-1730.


 (14)  Califano J, van der RP, Westra W, Nawroz H, Clayman G, Piantadosi S et al. Genetic progression model for head and neck cancer : implications for field cancerization. Cancer Res 1996 ; 56(11):2488-2492.


 (15)  Jang SJ, Chiba I, Hirai A, Hong WK, Mao L. Multiple oral squamous epithelial lesions : are they genetically related ? Oncogene 2001 ; 20(18):2235-2242.


 (16)  Braakhuis BJ, Tabor MP, Leemans CR, van dW, I, Snow GB, Brakenhoff RH. Second primary tumors and field cancerization in oral and oropharyngeal cancer : molecular techniques provide new insights and definitions. Head Neck 2002 ; 24(2):198-206.


 (17)  Partridge M, Pateromichelakis S, Phillips E, Emilion GG, A'Hern RP, Langdon JD. A case-control study confirms that microsatellite assay can identify patients at risk of developing oral squamous cell carcinoma within a field of cancerization. Cancer Res 2000 ; 60(14):3893-3898.


 (18)  Hogmo A, Munck-Wikland E, Kuylenstierna R, Lindholm J, Auer G. Nuclear DNA content and p53 immunostaining in metachronous preneoplastic lesions and subsequent carcinomas of the oral cavity. Head Neck 1996 ; 18(5):433-440.


 (19)  Abdel-Salam M, Mayall BH, Chew K, Silverman S Jr, Greenspan JS. Which oral white lesions will become malignant ? An image cytometric study. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1990 ; 69(3):345-350.


 (20)  Seoane J, Bascones A, Asenjo JA, Garcia-Pola M, Varela-Centelles PI. Flow cytometric analysis of nuclear DNA content in oral leukoplakia. Clin Otolaryngol 1998 ; 23(2):136-140.


 (21)  Sudbo J, Lippman SM, Lee JJ, Mao L, Kildal W, Sudbo A et al. The influence of resection and aneuploidy on mortality in oral leukoplakia. N Engl J Med 2004 ; 350(14):1405-1413.


 (22)  Sudbo J, Kildal W, Risberg B, Koppang HS, Danielsen HE, Reith A. DNA content as a prognostic marker in patients with oral leukoplakia. N Engl J Med 2001 ; 344(17):1270-1278.


 (23)  Sudbo J, Kildal W, Johannessen AC, Koppang HS, Sudbo A, Danielsen HE et al. Gross genomic aberrations in precancers : clinical implications of a long-term follow-up study in oral erythroplakias. J Clin Oncol 2002 ; 20(2):456-462.


 (24)  Sudbo J, Lippman SM, Lee JJ, Mao L, Kildal W, Sudbo A et al. The influence of resection and aneuploidy on mortality in oral leukoplakia. N Engl J Med 2004 ; 350(14):1405-1413.


 (25)  Califano J, Westra WH, Meininger G, Corio R, Koch WM, Sidransky D. Genetic progression and clonal relationship of recurrent premalignant head and neck lesions. Clin Cancer Res 2000 ; 6(2):347-352.


 (26)  Bedi GC, Westra WH, Gabrielson E, Koch W, Sidransky D. Multiple head and neck tumors : evidence for a common clonal origin. Cancer Res 1996 ; 56(11):2484-2487.


 (27)  Sudbo J, Lippman SM, Lee JJ, Mao L, Kildal W, Sudbo A et al. The influence of resection and aneuploidy on mortality in oral leukoplakia. N Engl J Med 2004 ; 350(14):1405-1413.


 (28)  Tralongo V, Rodolico V, Luciani A, Marra G, Daniele E. Prognostic factors in oral squamous cell carcinoma. A review of the literature. Anticancer Res 1999 ; 19(4C):3503-3510.


 (29)  Sudbo J, Kildal W, Johannessen AC, Koppang HS, Sudbo A, Danielsen HE et al. Gross genomic aberrations in precancers : clinical implications of a long-term follow-up study in oral erythroplakias. J Clin Oncol 2002 ; 20(2):456-462.


 (30)  Sudbo J, Kildal W, Johannessen AC, Koppang HS, Sudbo A, Danielsen HE et al. Gross genomic aberrations in precancers : clinical implications of a long-term follow-up study in oral erythroplakias. J Clin Oncol 2002 ; 20(2):456-462.


 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.