» CAVITE BUCCALE Carcinome à cellules fusiformes ou sarcomatoïde

Carcinome à cellules fusiformes ou sarcomatoïde


Le carcinome à cellules fusiformes ou sarcomatoïde, carcinosarcome, pseudosarcome, tumeur de collision , Arch Pathol Lab Med.2014 Jun ;138(6):731-44. : Rare, moyenne > 50 ans, rebord vermillon, langue, crête alvéolaire, gencives, lié à contexte alcoolotabagique, voire antécédents de RTE, souvent stade peu avancé avec peu de métastases, souvent laryngé, plus rarement de l’hypopharynx ou cavité orale.
Macroscopie  : Apparaît comme une masse ulcérée et infiltrante ou polypoïde (si grande taille) sur la lèvre, langue ou autre portion de la cavité orale.
Histologie  : La composante pseudosarcomateuse est le plus souvent prédominante et est mêlée de façon intime avec des zones de différenciation squameuse évidente in situ ou infiltrant ou avec des foyers de carcinome squameux ailleurs dans la cavité orale. Parfois l’aspect est monophasique sans composante épithéliale évidente en HE, ME ou immunohistochimie (1). La composante pseudosarcomateuse est le plus souvent prédominante et est mêlée de façon intime avec des zones de différenciation squameuse évidente in situ ou infiltrant ou avec des foyers de carcinome squameux ailleurs dans la cavité orale. Parfois l’aspect est monophasique sans composante épithéliale évidente en HE, ME ou immunohistochimie est sinon similaire à ce qu’on observe dans d’autres organes, en particulier l’œsophage. Les métastases ganglionnaires ou à distance peuvent être purement carcinomateuses, voire rarement complètement pseudosarcomateuses.
Immunohistochimie Am J Surg Pathol. 2014 Feb ;38(2):257-64 : fréquente perte des cytokératines avec négativité des CK suivantes : 4/8/10/16/20, positivité rare des CK suivantes : 5/6 (7%) ; 6 ; 7 ; 13 ; 14 (15%) ; 15 ; 17 (15%) ; 19, au niveau de la composante pseudosarcomateuse, p63 parfois à souvent + (mais se voit aussi dans certains sarcomes). Dans une série de 37 cas, 62% sont CK +, 62% sont p63 + (vs 30% des tumeurs des tissus mous et 30% des proliférations stromales réactionnelles) et 54% sont p40 + (vs 5% des tumeurs des tissus mous et 0% des proliférations stromales réactionnelles). HPV16 + dans 3/10 carcinomes sarcomatoïdes (30%) oropharyngés vs 0% des non oropharyngés. A noter la présence fréquente d’actine (2) et de desmine, kératine + (50%).
Images histologiques  : #3, #4, #5, #6
Le pronostic est très lié à la profondeur de l’infiltration et sensiblement identique à celui des carcinomes malpighiens classiques alors qu’au niveau de l’œsophage cette tumeur est de meilleur pronostique (3 ;4), OS à 5 ans de 59%.

http://www.pathologyoutlines.com/topic/oralcavityspindlecellcarcinoma.html

Reference List

 (1) Zarbo RJ, Crissman JD, Venkat H, Weiss MA. Spindle-cell carcinoma of the upper aerodigestive tract mucosa. An immunohistologic and ultrastructural study of 18 biphasic tumors and comparison with seven monophasic spindle-cell tumors. Am J Surg Pathol 1986 ; 10(11):741-753.

 (2) Nakhleh RE, Zarbo RJ. myogenic differentiation in spindle cell (sarcomatoid) carcinomas of the upper aerodigestive tract. Applied immunohistochemistry 1993 ; 1(1):58-68.

 (3) Rosai J. Ackerman’s surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby, 1996.

 (4) Ellis GL, Corio RL. Spindle cell carcinoma of the oral cavity. A clinicopathologic assessment of fifty-nine cases. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1980 ; 50(6):523-533.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.