» PROSTATE Normal

Normal


La prostate se différencie à partir du mésenchyme qui entoure le sinus urogénital dès la 12ème semaine de gestation, sous l’effet de la 5α-dihydrotestostérone, l’invagination de canaux péri-urétraux aboutit à la formation de la prostate.
On distingue au niveau de la prostate plusieurs zones
- la zone périphérique représente la partie du parenchyme prostatique dont les canaux se drainent à la partie inférieure du veru montanum et au niveau de l'urètre distal. Elle représente 70 % de la glande normale.
- la zone centrale est constituée de l'ensemble du parenchyme prostatique dont les canaux excréteurs s'abouchent au niveau de la partie supérieure du veru montanum. Elle est unique, médiane, enclavée entre la zone périphérique et la face postérieure de l'urètre. Elle est traversée par les canaux éjaculateurs qui rejoignent le veru montanum. A l'état normal, la zone centrale représente 25 % du parenchyme prostatique (portion non glandulaire qui entoure la zone de transition, composée d’un stroma dense et comme la zone de transition, elle est rarement à l’origine de développement d’un cancer (5 % des cas environ), rôle important dans l’hypertrophie bénigne de la prostate).
- la zone de transition est un petit territoire prostatique dont les canaux excréteurs s’implantent à la partie moyenne du veru montanum et au niveau de l’urètre proximal. Elle représente à l’état normal 5 % du tissu glandulaire, elle est directement au contact et entoure l’urètre dans sa traversée de la glande. L’hyperplasie bénigne de la prostate naît dans la portion péri-urétrale dans la zone de transition. Il est rare que le cancer de la prostate s’y développe.
- la zone des glandes péri-urétrales se situe dans la paroi musculaire lisse de l’urètre. Elle représente moins de 1 % de la prostate.
- la zone fibromusculaire antérieure représente une plaque antérieure qui correspond à l’insertion des fibres musculaires du sphincter strié au niveau de la face antérieure de la prostate.
Histologie : glandes prostatiques à lumière souvent dilatée, festonnée, entre lesquelles il peut exister des petits amas glandulaires d'architecture cribriforme avec cellules hautes pseudostratifiées. Ces petits amas comportent des ponts de type "PIN-like". Les cellules ne présentent ni atypie nucléo-cytoplasmique, ni mitose et les cellules basales sont bien visibles. L'immunomarquage avec l'anticorps anti-p63 montre une positivité continue des cellules basales. Le principal diagnostic différentiel est celui de PIN de haut grade d'architecture cribriforme.
- la zone de transition est un petit territoire prostatique dont les canaux excréteurs s'implantent à la partie moyenne du veru montanum et au niveau de l'urètre proximal. Elle représente à l'état normal 5 % du tissu glandulaire.
- la zone des glandes péri-urétrales se situe dans la paroi musculaire lisse de l'urètre. Elle représente moins de 1 % de la prostate.
- la zone fibromusculaire antérieure représente une plaque antérieure qui correspond à l'insertion des fibres musculaires du sphincter strié au niveau de la face antérieure de la prostate.
La zone périphérique est le territoire qui est le plus fréquemment siège de carcinome.
Chez l’enfant prépubère, les glandes sont tubulaires, non arborisées, situées dans un stroma fibreux. Chez l’adulte, présence de lobules de glandes tubulo-alvéolaires avec possibilité de faible quantité de mucines neutres, les glandes sont bordées de cellules sécrétoires, séparées de la membrane basale par des cellules basales ou cellules de réserve qui sont PSA-, PSAP-. Dans la zone centrale, le cytoplasme est plus sombre avec un chevauchement nucléaire. En plus du muscle lisse et du collagène, la prostate est richement innervée.
En périphérie à proximité de la capsule péri-prostatique en situation postéro-latérale, on peut retrouver des paraganglions qui mesurent en moyenne 0,9 mm en association étroite avec des bouquets vasculo-nerveux, d’architecture classique, lobulaire, richement vascularisée avec des Zellballen, de petits noyaux réguliers et un cytoplasme clair +/- granulaire (1). En immunohistochimie, positivité de la chromogranine A, de la NSE et négativité de la PSA.
Images histologiques : #0, #1, #2
Le diagnostic différentiel se pose essentiellement avec un adénocarcinome mais l’immunohistochimie est différente ; de plus on ne note pas d’association avec du parenchyme ou du néoplasme puisque cette lésion est située en périprostatique.
La prostate peut contenir du pigment mélanique à la fois dans des mélanocytes du stroma (naevus bleu) et sous forme libre dans le stroma prostatique ainsi que rarement dans des cellules épithélioïdes. Ce pigment est Fontana+, blanchit au KMn04, Perls-, Ziehl- (2).
Les cellules sécrétoires produisent de nombreuses substances (électrolytes, fructose, prostaglandines, polyamines, PSAP (glycoprotéine de PM 100000, dont la sécrétion est diminuée dans les glandes atrophiques ou prépubères), PSA de PM 33000 (produites par des glandes normales, hyperplasiques ou néoplasiques), positivité aux cytokératines de faible PM, récepteurs d’androgène +.
Possibilité de lipofuchsine (pseudo-mélanose) AJSP 1994 ;18:446 ; Mod Path 1996 ;9:791), observée jusque dans 57% des cas, ce qui ne doit pas faire porter le diagnostic de lésion mélanocytaire ou de vésicule séminale. Les dépôts de lipofuchsine se caractérisent par des granules de 1 à 3µ, infranucléaires, jaune-brun, gris-brun, Fontana Masson+, PAS+ diastase+, rouge Congo +, luxol fast blue +, avec une autofluorescence jaune.Images histologiques
Rares cas de mélanose, cellules allongées contenant de la mélanine dans le stroma prostatique ou dans les glandes (#1, #2, #3, #4, #5, #6AJCP 1988 ;90:530
Les cellules basales n’ont pas d’activité sécrétoire ni les caractéristiques des cellules myoépithéliales avec des cytokératines de haut poids moléculaire (34βE12), PSAP-, PSA-, p63+ (qui semble plus spécifique et sensible que le 34βE12 (4) elles ont apparemment un rôle de réserve. A noter cependant que dans l’adénose sclérosante ces cellules en situation basale, présentent une expression immunohistochimique de cellules myoépithéliales, voire infra.
Les cellules neuroendocrines sont assez nombreuses (calcitonine +, bombésine +, sérotonine +, somatostatine +, αHCG +, TSH +). On les reconnaît parfois en hématoxyline à leurs granules acidophiles basaloïdes (quand elles sont nettement évidentes, elles sont aussi décrites sous l'appellation de cellules pseudo-Paneth du fait de leurs granules argyrophiles relativement volumineux).
NB. Dans la partie apicale de la glande, on note la présence de fibres musculaires striées provenant du diaphragme uro-génital, le mélange glande normale avec du muscle strié n’indique pas obligatoirement qu’il s’agit d’un carcinome.
La prostate est un organe sans fonction importante (il ne sécrète que 20% du fluide séminal), qui ne semble indispensable ni à la fertilité, ni à la continence vésicale.
Imagerie médicale :
Images macroscopiques : image1
Images histologiques : #2, #3, #4, #5, #6, #7, image1, image2, concrétions, #3, Immuno (34beta12, bisp63-#1, #2), cristalloïdes, #3, : #4, cytologie : #1, cristalloïdes

(1)Ostrowski ML, Wheeler TM. Paraganglia of the prostate. Location, frequency, and differentiation from prostatic adenocarcinoma. Am J Surg Pathol 1994 ; 18(4):412-420.
(2)Ro JY, Grignon DJ, Ayala AG, Hogan SF, Tetu B, Ordonez NG. Blue nevus and melanosis of the prostate. Electron-microscopic and immunohistochemical studies. Am J Clin Pathol 1988 ; 90(5):530-535.
(3)Brennick JB, O'Connell JX, Dickersin GR, Pilch BZ, Young RH. Lipofuscin pigmentation (so-called "melanosis") of the prostate. Am J Surg Pathol 1994 ; 18(5):446-454.
(4) Shah RB, Zhou M, LeBlanc M, Snyder M, Rubin MA. Comparison of the basal cell-specific markers, 34betaE12 and p63, in the diagnosis of prostate cancer. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(9):1161-1168.
(31) Epstein JI, Murphy WM.diseases of the prostate gland and seminal vesicles. In : Murphy WM, ed. Urological pathology. 2nd ed. Philadelphia ; Saunders ; 1997. p. 148-241.

http://www.kumc.edu/instruction/medicine/anatomy/histoweb/male/male.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Prostate
http://spiral.univ-lyon1.fr/polycops/HistologieFonctionnelleOrganes/FrameAccueil.html
http://library.med.utah.edu/WebPath/TUTORIAL/PROSTATE/PROSTATE.html
http://www.endotext.org/male/male9/male9.htm
http://pathologyoutlines.com/prostate.html#prostatenormal
http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf...



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.