» PROSTATE Hyperplasie des restes mésonéphriques

Hyperplasie des restes mésonéphriques


Hyperplasie floride des restes mésonéphriques Mod Path 2003 ;16:630 : moyenne de 60 ans (40 à 80 ans) ressemblance marquée avec un adénocarcinome car l’agencement est micro-acinaire, monostratifié, parfois nucléoles nets. La tumeur est agencée en lobules situés entre les faisceaux musculaires du collet de la vésicule séminale, possibilité de microprojections papillaires ou de colloïde dans la lumière, possibilité de cordons ou de travées si le plan de coupe est tangentiel, parfois aspect infiltrant imitant un cancer.
Positivité de la kératine 903, p63 + (sauf exception), parfois AMACR ou CK7 +, PSA- PSAP-, association étroite possible avec des nerfs ou des paraganglions (19), PAX 8 + vs l’adénocarcinome prostatique (PAX 8-, Am J Surg Pathol 2011 ;35:1054).
Diagnostic différentiel  : adénocarcinome prostatique surtout si AMACR + et p63 -.
Images histologiques :image1, image2 ,Fig C : CK + dans couche basale et focal dans cellules glandulaires, D = p63, E =p504S -, F = récpteur d’androgènes, #0, #1

http://www.pathologyoutlines.com/topic/prostatemesonephrichyper.html
(19) Gikas PW, Del Buono EA, Epstein JI. Florid hyperplasia of mesonephric remnants involving prostate and periprostatic tissue. Possible confusion with adenocarcinoma. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(5):454-60.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.