» PROSTATE INFARCTUS

INFARCTUS


Infarctus AJSP 2000 ;24:1378 : phénomène dont l’incidence est diversement appréciée par les auteurs (15 ;16). A priori, il s’agit d’une pathologie rare, pouvant se révéler par une rétention urinaire avec une augmentation de volume de la prostate dans 1/3 des cas, une hématurie, une augmentation brutale de la PSA dans 25% des cas (>200ng/ml). Dans les formes précoces, on observe une nécrose de coagulation avec hémorragie. En cas de lésion d’âge intermédiaire, le stroma est réactionnel avec un épithélium sans nécrose, dans la forme ancienne, la fibrose est dense, mutilante avec des glandes en métaplasie malpighienne..
Au voisinage de l’infarctus, présence d’une métaplasie squameuse immature (93%) qui s’accompagne dans la quasi totalité des cas (86%) de nucléoles nets, d’atypies marquées et/ou de mitoses, de kystes, d’anneaux de collagène autour des glandes métaplasiques. Ces kystes peuvent contenir des débris cellulaires et/ou des corps amylacés, présence fréquente de polynucléaires neutrophiles dans les glandes métaplasiques.

(15) Brawn PN, Foster DM, Jay DW, Kuhl D, Speights VO, Johnson EH et al. Characteristics of prostatic infarcts and their effect on serum prostate-specific antigen and prostatic acid phosphatase. Urology 1994 ; 44(1):71-5.

(16) Milord RA, Kahane H, Epstein JI. Infarct of the prostate gland : experience on needle biopsy specimens. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(10):1378-84.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.