» TESTICULE Séminome spermatocytique

Séminome spermatocytique


Le séminome spermatocytique (5 ;26) représente entre 1 et 4 % des séminomes, ne se voit pas en situation extra-testiculaire, absence d’association à une IGCNU, peu d’association avec une cryptorchidie, les sujets sont plus âgés que dans la forme classique avec une moyenne de 55 ans cette tumeur étant rare avant 30 ans. Possibilité de transformation sarcomateuse (antécédents de masse testiculaire ancienne avec poussée récente avec ou sans douleur)(27 ;28). Bilatéralité assez fréquente, environ 10%, surtout métachrone
Macroscopie : Plurinodualire, zones charnues, aspect plus jaune plus mou et plus mucoïde avec des zones spongieuses, hémorragiques et kystiques, taille plus grande
Histologie : se caractérise par trois types de cellules agencées en plages avec parfois des aspects pseudoglandulaires ou microkystiques dus à l’oedème ou en cordons et/ou petits nids
- une population principale de cellules de taille moyenne (15 à 20 µ) avec un noyau rond et cytoplasme éosinophile ou amphophile pauvre en glycogène.
- un type de cellules (6 à 8 µ) ressemblant à des lymphocytes à noyaux denses basophiles et cytoplasme peu abondant éosinophile.
D’énormes cellules habituellement mononucléées de 50 à 100 microns, à noyaux isolés ou multiples, ronds, ovalaires ou indentés, à chromatine irrégulière en mottes avec de nombreuses mitoses et un cytoplasme éosinophile ou basophile, finement granulaire, dépourvu de glycogène.
Les noyaux des cellules moyennes et grandes ont un aspect filamenteux de type spiréme avec une chromatine distribuée en amas irréguliers et une membrane nucléaire irrégulièrement épaissie. Contrairement à la forme classique de séminome les limites cellulaires sont peu nettes. La tumeur survient en amas avec parfois des lacs plus ou moins abondants contenant un précipité éosinophile, le stroma est minime et des réactions lymphoïdes et granulomateuse sont absentes.(1 ;3 ;4 ;26)
Agencement diffus, parfois stroma plus ou moins fibreux ou oedémateux pouvant aboutir à la formation de pseudoglandes, travées, nids, amas de cellules isolées. Extension intra-tubulaire marquée en périphérie mais absence d’IGCNU. Une variante anaplasique (29) a été décrite avec des cellules plus monomorphes nucléolées mais toujours des territoires typiques, cela représente simplement une variante morphologique. Rares cas avec transformation sarcomateuse (5 ;27 ;28). Il s’agit d’une tumeur de croissance rapide, de grande taille, hétérogène à la coupe. La composante séminomateuse est polymorphe et est en contiguïté avec le sarcome qui est le plus souvent indifférencié parfois hétérologue. Du fait du risque métastatique important le pronostic est sombre( survie moyenne de 1 an)(5).
A été décrit une forme anaplasique avec des plages de cellules tumorales à grands noyaux vésiculaires, nucléolés (CD117 faible, autres marqueurs -) (46).


IHC


CK


vim


AFP


BerH2


PLAP


HCG


séminome


+/-


+


-


-


+


-


S spermatocytique


-


-


-


-


-


-


K embryonnaire


+


-


+/-


+


+


-


YST


+


+


+


-


+


-


choriocarcinome


+


-


-


 ?


+/-


+


tératome


+


+


+/-


-


+/-


-

Images histologiques : série d’images, cytologie, emedecine
Immunohistochimie : quasi tous les marqueurs sont négatifs ou très focaux ; vimentine , cytokératine , actine, desmine, AFP, HCG, PLAP, CD30.(30), CD117-/+, CD117 souvent +, OCT4 - (18a)
En CMF : contenu en DNA très variable, pas de population haploïde
Pronostic : excellent même en cas d’anaplasie, les métastases sont exceptionnelles. D'exceptionnelles transformations sarcomateuses ont été décrites.
Diagnostic différentiel :
- séminome classique, le séminome spermatocytique est rare, du sujet âgé en situation uniquement intratesticulaire, plus fréquemment bilatéral (9 versus 2 %), non associé à une cryptorchidie ou autre tumeur germinale, l’oedème intercellulaire est fréquent, peu ou pas de stroma lymphoïde ou granulomateux absence de glycogène, PLAP négatives, hCG négatives, absence de métastases
- Carcinome embryonnaire en cas de forme anaplasique de séminome spermatocytique mais le carcinome embryonnaire en plus des territoires solides forme des glandes et papilles et les noyaux sont plus irréguliers.
Traitement et pronostic : le pronostic est excellent, un seul cas métastatique signalé
(1) Damjanov I. tumors of the testis and epididymis. In : Murphy WM, ed. Urological pathology. 2nd ed. Philadelphia : Saunders ; 1997. p. 342-400.
(3) Ulbright TM. Germ cell neoplasms of the testis. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(11):1075-91.
(4) Ulbright TM, Amin MB, Young RH. Germ cell tumors : histogenetic considerations. In : Rosai J, Sobin LH, eds. Tumors of the testis, adnexa, spermatic cord, and scotum. Washington Dl

http://pathologyoutlines.com/testis...
http://emedicine.medscape.com/article/1612157-overview



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.