» REIN Carcinomes à cellules chromophobes

Carcinomes à cellules chromophobes


Carcinomes à cellules chromophobes (1 ;2) Ann Pathol.2008 Oct ;28(5):402-8. Mod Path 2004 ;17:180, Mod Path 2004 ;17:1455, Hum Path 1998 ;29:1181. : Thoënes (3) a décrit sous le terme de carcinome à cellules chromophobes un type particulier de tumeur du rein, caractérisé par la présence de nombreuses vésicules intracytoplasmiques en microscopie électronique. Bien que le pronostic semble plus favorable que celui des carcinomes à cellules claires, car souvent T2 N0 M0 même pronostic que cellules claires si stratifié selon grade/stade, mauvais pronostic si sarcomatoïde, nécrose microscopique, stade avancé (Am J Surg Pathol 2008 ;32:1822), moins souvent de haut stade ou métastatique avec meilleure survie à 5 ans 83.2 vs 75.8 si cellules claires, sans que le type histologique soit significatif en multivariée Virchows Arch. 2014 Oct ;465(4):439-44. C’est la découverte de cette variété qui a amené la nouvelle classification (4 ;5). Les carcinomes à cellules chromophobes représentent 4 à 7 % des tumeurs du rein (6), avec une discrète prédominance masculine. Le mode de découverte est le plus souvent fortuit. L’âge moyen de découverte est de 60 ans (31-75 ans) (7-9). Des associations ont été décrites avec un carcinome à cellules claires (10)
Macroscopie  : le plus souvent unilatéral, de siège médio-rénal. Il se présente comme une masse arrondie, compacte, parfois encapsulée et bien délimitée, de 1,3 à 22 cm de grand axe (moyenne de 8 cm) (11), de couleur claire, beige rosée à la coupe. Possibilité de cicatrice centrale, et de rares foyers nécrotiques peuvent être observés. Images : #1, #3, #2, #4 ; , #6, #8, #9
La forme éosinophile pseudo-oncocytome est à 11% bilatérale, à 22% multifocale, brune.
Histologie  : Architecture solide, focalement tubulaire, trabéculaire ou kystique (stroma vascularisé à vaisseaux à paroi propre, différents des carcinomes à cellules claires) avec 2 types cellulaires différenciés :
a) grandes cellules, au cytoplasme pâle, vacuolisé, à limites cytoplasmiques nettes, avec condensation cytoplasmique en cadre de type cellule végétale, posant le problème du diagnostic différentiel avec le carcinome à cellules claires parfois ces cellules sont volumineuses spumeuses ’ hydropiques ’ (12) ;
b) dans 30% prédominance de cellules éosinophiles au cytoplasme granulaire, bien limité avec halo périnucléaire et noyau hyperchromatique frippé donnant un aspect koïlocytaire ou ressemblant à un oncocytome (en microscopie électronique on retrouve 2 catégories dont l’une se rapproche de l’oncocytome (13) (Am J Surg Pathol 2008 ;32:1822), les 2 types cellulaires sont souvent mêlés (en particulier sur Birt-Hogg-Dubé). Architecture solide, avec cloisons fibreuses séparant des nappes de cellules, parfois des nids, tubules, kystes, papilles / pseudopapilles.
fig c/d ; fig 2A-2C, Cytologie
Quelques cas présentent une composante sarcomatoïde (14), Arch Pathol Lab Med. 2009 Nov ;133(11):1857-60 (Images histologiques : foyers squameux, + composante tubes collecteurs, oncocytome, K chromophobe , K des tubes collecteurs + K sarcomatoïde). Il peut exister des calcifications, des remaniements kystiques, des psammomes.
Dans les deux types le noyau est central ou excentré, de 10 à 15µ, peu pléomorphe, avec chromatine grossière, entouré d’un halo clair, très souvent encoché ou à contours irréguliers, présente un nucléole à peine perceptible ou de petite taille, expliquant que ces tumeurs restent de bas grade (II) , ce qui a fait proposer un nouveau grade nucléaire Am J Surg Pathol. 2010 Sep ;34(9):1233-40.
Des binucléations et des inclusions intranucléaires sont fréquemment retrouvées. L’agencement tumoral est variable, compact ou trabéculaire ; des foyers de nécrose et des remaniements hémorragiques peuvent être présents. Le grade de Fuhrman ne semble pas être pertinent (15).
Les études histochimiques montrent une positivité variable avec la coloration de PAS, de type réticulaire et surtout une positivité microvacuolaire constante avec la coloration de Hale. Une modification de la coloration de Hale avec prétraitement à l’acide acétique a été proposée qui serait plus spécifique (16). Cette positivité particulière permet de différencier cette tumeur des tumeurs oncocytaires qui ont une positivité apicale ou en pousière et des cellules claires qui sont tantôt négatives, tantôt positives en goutelettes (17).
Images  : #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8, #9, #10, série d’images ;, #11, #12, #13, #14 a, b, c, d, #15, #16, #17#18, #20, #21, #22, #24, #25, #26, #27, #28, #29, Birt-Hogg-Dubé, Hale #1 ; #2 ; #3 ; #4, sarcomatoïde , a , b, c, d, #30
Cytologie  : grandes cellules basophiles au Giemsa, à noyaux irréguliers, incisurés, parfois binucléés ou avec inclusions intranucléaires, fréquente rétraction cytoplasmique péri nucléaire pseudokoïlocytaire
Images  : Diff-Quik, #0, #1, cytoplasme flocculent, vacuolé, noyaux atypiques
Description d’une forme particulière microkystique pigmentée (multiples points brun/noirs en macroscopie), d’architecture microkystique et cribriforme. Immunohistochimie : EMA +, E-cadhérine +, CAM5.2 +. AE1/AE3 +, négativité de S-100, melan A, HMB 45, vimentine, CD117 (18).
Immunohistochimie  : positivité avec les cytokératines : KL 1, CK 8 / 18 (76%), et CK 7 membranaire (70% + vs négatif dans les oncocytomes) (82 -100%) (19 ;20), plus rarement, CK 19, AEl/AE3 (16%), négativité de CK 5/6 / 14 / 17 / 20 / 903. Il existe également un marquage des cellules tumorales, membranaire et/ou cytoplasmique, avec l’EMA (98%) (19), E-cadhérine et CD117 + (83 à 100% en membranaire) (21-24) (comme dans l’oncocytome), parvalbumine +,. A l’inverse des carcinomes à cellules claires du rein les carcinomes à cellules chromophobes comme les tumeurs oncocytaires n’expriment qu’exceptionnellement la vimentine (mais souvent focal dans < 10% des cellules) et CAIX (19 ;25) et sont RCC – (19 ;26) ou + (50%) (27-29), CD 10 - (30) ou + (40 à 72%) (19 ;31). Ep CAM + marqué dans 75 à 90 % des cas (32), AMACR + (8%), PAX2 + (12-56%) Arch Pathol Lab Med. 2012 Dec ;136(12):1541-51, TFE3 -. Les résultats avec les lectines PNA et UEA 1 montrent une positivité variable des cellules chromophobes. Les études en microscopie électronique montrent la présence de nombreuses vésicules cytoplasmiques de 150 à 300 nm, dont l’origine, discutée, serait mitochondriale. L’Ac RON alpha n’est pas spécifique car positif dans 95% des oncocytomes et carcinomes à cellules chromophobes (33 ;34). Cavéoline 1 + (100% presque toujours >20% des cellules) (35), E-cadhérine +, claudin-7 + (Arch Pathol Lab Med 2007 ;131:1541, Hum Pathol 2009 ;40:206), PAX 8 + (80-88%) J Clin Pathol. 2011 Dec 1, Arch Pathol Lab Med. 2012 Dec ;136(12):1541-51, CK 20 -, MUC1 +, Galectin 3 + (90% : Arch Pathol Lab Med. 2010 Jan ;134(1):90-4), DOG 1 + comme dans la tumeur oncocytaire, mais absent dans le carcinome à cellules claires Pathol Res Pract. 2015 ;211:303, cycline D1 – comme dans le carcinome à cellules claires, mais + dans la tumeur oncocytaire

AnticorpsCellules clairesPapillaireChromophobeOncocytome
Vimentine 64 à 73 % 63 à 80 % 0 à 32 % 0 à 21 %
CK7 6 à 19 % 44 à 77 % 64 à 92 % 7 à 14 %
EMA 65 à 84 % 40 à 65 % 67 à 86 % 76 à 100 %
Racemase 22 à 77 % 100 % 0 à 29 % 15 à 25 %
CD10 82 à 100 % 23 à 100 % 0 à 72 % 0 à 58 %
CD 117 0 à 3 % 0 à 5 % 88 à 100 % 71 à 100 %

 Les études en CMF montrent que les carcinomes à cellules chromophobes sont le plus souvent des tumeurs hypoploïdes.
Diagnostic différentiel  : oncocytome, mais noyau ovoïde rond, chromatine fine, petit nucléole, présence de tubes rénaux résiduels au centre ou en périphérie de la lésion.
Les études cytogénétiques et moléculaires ont montré des délétions sur de nombreux chromosomes en : 1, 6, 10, 13, 17, 21 et Y (36 ;37), ainsi que des altérations du DNA mitochondrial, les pertes chromosomiques aboutissent à une hypoploïdie avec parfois endoduplication (1) (L’hypodiploïdie est détectable par analyse cytogénétique conventionnelle ou par FlSH, avec des sondes des chromosomes d’intérêt). Association rare au syndrome de Birt-Hogg-Dubé (38) ; del 3p dans 25%.

Le pronostic de ces tumeurs, encore incertain, semble être plus favorable que celui des carcinomes à cellules claires (39-43), surtout dans une étude avec 87 à 100% de DFS et 94% de RFS à 5 ans (44), une autre étude, bien qu’avec un suivi moyen relativement court (4 ans) retrouve également un très bon pronostic (45), (aucune étude prospective n’a été publiée). Une série de 185 cas montre 1 survie spécifique à 5, 10 et 15 ans de 89, 86 et 85% . Les facteurs de risque en univariée sont : Stade TNM de 2010, composante sarcomatoïde, nécrose de coagulation, le grade du carcinome chromophobe et grade nucléolaire (les grades ne sont plus significatifs après stratification selon TNM et composante sarcomatoïde) Am J Surg Pathol. 2012 Jun ;36(6):851-6, , cette non significativité est retrouvée dans une autre étude Hum Pathol. 2014 Dec ;45(12):2411-6.
Récemment Renshaw et al. ont rapportés 7 cas de carcinomes à cellules chromophobes dont l’évolution a été défavorable avec apparition de métastases hépatiques dans 6 cas, et décès dans 1 cas (46). Les facteurs pronostiques sont la taille, stade, grade, présence d’une composante sarcomatoïde (47).
Description d’une forme microkystique avec structures adénomateuses. Les zones microkystiques sont formées de petites cellules éosinophiles et de cellules typiques chromophobes. Les zones adénomateuses ont un agencement cylindrique avec des noyaux basaux surmontés d’un cytoplasme éosinophile, pigmentation brune extracellulaire en dépôts abondants, présence de psammomes ou de calcifications. On retrouve les délétions chromosomiques typiques du carcinome chromophobe (48). Ainsi que d’une forme avec composante rhabdomyosarcomateuse (49).
http://pathologyoutlines.com/kidneytumor.html#rccchromo

Tumeurs hybrides oncocytaires / chromophobes  Am J Surg Pathol. 2013 Oct ;37(10):1469-89 : soit sporadique, soit sur oncocytose/oncocytomatose rénale ou sur syndrome de Birt-Hogg-Dubé. Survient chez des adultes, H/F = 1, celles sporadiques sont isolées, les autres souvent multiples / bilatérales.
Macroscopie  : bien limité, non encapsulé, brun, parfois cicatrice centrale
Histologie  : les formes sporadiques sont d’architecture solide-alvéolaire à noyaux peu pléomorphes et cytoplasme éosinophile granulaire abondant de type oncocytaire. Halo périnucléaire frequent, parfois binucléé, imite un oncocytome. Sur oncocytose/oncocytomatose similaire aux formes sporadiques.
Ceux sur Birt-Hogg-Dubé ont 3 aspects : mélange d’oncocytome et de chromophobe, cellules chromophobes éparpillées sur un fond d’oncocytome, ou grandes cellules éosinophiles avec vacuoles intracytoplasmiques avec des noyaux + pléomorphes que dans les autres formes.
Immunohistochimie  : variable selon la morphologie le + souvent positivité de : parvalbumine, Ag antimitochondrial, CK7. CD117 toujours +.
Génétique  : les formes sporadiques présentent de multiples monosomies / polysomies de : 1, 2, 6, 9, 10, 13, 17, 20, 21, 22, avec le + souvent monosomie 20 pas de mutations de : VHL, c-kit, PDGFRA,
Sur oncocytose/oncocytomatose profil génétique variable, souvent pas de del de : 1, 2, 6, 10, 17 ; mais parfois de : 1, 14, 21, et Y
Sur Birt-Hogg-Dubé similaire à la forme sur oncocytose.
Pronostic indolent, sauf si : emboles vasculaires, nécrose, composante rhabdoïde ou sarcomatoïde.

http://www.pathologyoutlines.com/topic/kidneytumormalignantrccchromo.html

 Reference List

 (1) Eble JN, Sauter G, Epstein JI, Sesterhenn IA. Tumours of the urinary system and male genital organs. Lyon : IARC press, 2004.

 (2) Murphy WM, Grignon DJ, Perlman EJ. Tumors of the kidney, bladder, and related urinary structures. Fourth series ed. Washington : American registry of pathology, 2004.

 (3) Thoenes W, Storkel S, Rumpelt HJ, Moll R, Baum HP, Werner S. Chromophobe cell renal carcinoma and its variants—a report on 32 cases. J Pathol 1988 ; 155(4):277-287.

 (4) Storkel S, Eble JN, Adlakha K, Amin M, Blute ML, Bostwick DG et al. Classification of renal cell carcinoma : Workgroup No. 1. Union Internationale Contre le Cancer (UICC) and the American Joint Committee on Cancer (AJCC). Cancer 1997 ; 80(5):987-989.

 (5) Thoenes W, Storkel S, Rumpelt HJ. Histopathology and classification of renal cell tumors (adenomas, oncocytomas and carcinomas). The basic cytological and histopathological elements and their use for diagnostics. Pathol Res Pract 1986 ; 181(2):125-143.

 (6) Cheville JC, Lohse CM, Zincke H, Weaver AL, Blute ML. Comparisons of outcome and prognostic features among histologic subtypes of renal cell carcinoma. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(5):612-624.

 (7) Crotty TB, Farrow GM, Lieber MM. Chromophobe cell renal carcinoma : clinicopathological features of 50 cases. J Urol 1995 ; 154(3):964-967.

 (8) Molinie V, Cochand-Priollet B, Staroz F, Vieillefond A. [Classification of primary kidney tumors in adults]. Ann Pathol 1998 ; 18(1):29-47.

 (9) Weiss LM, Gelb AB, Medeiros LJ. Adult renal epithelial neoplasms. Am J Clin Pathol 1995 ; 103(5):624-635.

 (10) Renshaw AA, Henske EP, Loughlin KR, Shapiro C, Weinberg DS. Aggressive variants of chromophobe renal cell carcinoma. Cancer 1996 ; 78(8):1756-1761.

 (11) Weiss LM, Gelb AB, Medeiros LJ. Adult renal epithelial neoplasms. Am J Clin Pathol 1995 ; 103(5):624-635.

 (12) Reuter VE, Presti JC, Jr. Contemporary approach to the classification of renal epithelial tumors. Semin Oncol 2000 ; 27(2):124-137.

 (13) Latham B, Dickersin GR, Oliva E. Subtypes of chromophobe cell renal carcinoma : an ultrastructural and histochemical study of 13 cases. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(5):530-535.

 (14) Akhtar M, Tulbah A, Kardar AH, Ali MA. Sarcomatoid renal cell carcinoma : the chromophobe connection. Am J Surg Pathol 1997 ; 21(10):1188-1195.

 (15) Delahunt B, Sika-Paotonu D, Bethwaite PB, McCredie MR, Martignoni G, Eble JN et al. Fuhrman grading is not appropriate for chromophobe renal cell carcinoma. Am J Surg Pathol 2007 ; 31(6):957-960.

 (16) Tickoo SK, Amin MB, Zarbo RJ. Colloidal iron staining in renal epithelial neoplasms, including chromophobe renal cell carcinoma : emphasis on technique and patterns of staining. Am J Surg Pathol 1998 ; 22(4):419-424.

 (17) Reuter VE, Presti JC, Jr. Contemporary approach to the classification of renal epithelial tumors. Semin Oncol 2000 ; 27(2):124-137.

 (18) Dundr P, Pesl M, Povysil C, Tvrdik D, Pavlik I, Soukup V et al. Pigmented microcystic chromophobe renal cell carcinoma. Pathol Res Pract 2007 ; 203(8):593-597.

 (19) Bazille C, Allory Y, Molinie V, Vieillefond A, Cochand-Priollet B, Cussenot O et al. Immunohistochemical characterisation of the main histologic subtypes of epithelial renal tumours on tissus microarrays. Study of 310 cases. Ann Pathol 24, 395-406. 2004.

Ref Type : Magazine Article

 (20) Garcia E, Li M. Caveolin-1 immunohistochemical analysis in differentiating chromophobe renal cell carcinoma from renal oncocytoma. Am J Clin Pathol 2006 ; 125(3):392-398.

 (21) Pan CC, Chen PC, Chiang H. Overexpression of KIT (CD117) in chromophobe renal cell carcinoma and renal oncocytoma. Am J Clin Pathol 2004 ; 121(6):878-883.

 (22) Petit A, Castillo M, Santos M, Mellado B, Alcover JB, Mallofre C. KIT expression in chromophobe renal cell carcinoma : comparative immunohistochemical analysis of KIT expression in different renal cell neoplasms. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(5):676-678.

 (23) Lin ZH, Han EM, Lee ES, Kim CW, Kim HK, Kim I et al. A distinct expression pattern and point mutation of c-kit in papillary renal cell carcinomas. Mod Pathol 2004 ; 17(6):611-616.

 (24) Huo L, Sugimura J, Tretiakova MS, Patton KT, Gupta R, Popov B et al. C-kit expression in renal oncocytomas and chromophobe renal cell carcinomas. Hum Pathol 2005 ; 36(3):262-268.

 (25) Akhtar M, Kardar H, Linjawi T, McClintock J, Ali MA. Chromophobe cell carcinoma of the kidney. A clinicopathologic study of 21 cases. Am J Surg Pathol 1995 ; 19(11):1245-1256.

 (26) Wang HY, Mills SE. KIT and RCC are useful in distinguishing chromophobe renal cell carcinoma from the granular variant of clear cell renal cell carcinoma. Am J Surg Pathol 2005 ; 29(5):640-646.

 (27) McGregor DK, Khurana KK, Cao C, Tsao CC, Ayala G, Krishnan B et al. Diagnosing primary and metastatic renal cell carcinoma : the use of the monoclonal antibody ’Renal Cell Carcinoma Marker’. Am J Surg Pathol 2001 ; 25(12):1485-1492.

 (28) Pitz S, Moll R, Storkel S, Thoenes W. Expression of intermediate filament proteins in subtypes of renal cell carcinomas and in renal oncocytomas. Distinction of two classes of renal cell tumors. Lab Invest 1987 ; 56(6):642-653.

 (29) Avery AK, Beckstead J, Renshaw AA, Corless CL. Use of antibodies to RCC and CD10 in the differential diagnosis of renal neoplasms. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(2):203-210.

 (30) Avery AK, Beckstead J, Renshaw AA, Corless CL. Use of antibodies to RCC and CD10 in the differential diagnosis of renal neoplasms. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(2):203-210.

 (31) Wang HY, Mills SE. KIT and RCC are useful in distinguishing chromophobe renal cell carcinoma from the granular variant of clear cell renal cell carcinoma. Am J Surg Pathol 2005 ; 29(5):640-646.

 (32) Went P, Dirnhofer S, Salvisberg T, Amin MB, Lim SD, Diener PA et al. Expression of epithelial cell adhesion molecule (EpCam) in renal epithelial tumors. Am J Surg Pathol 2005 ; 29(1):83-88.

 (33) Patton KT, Tretiakova MS, Yao JL, Papavero V, Huo L, Adley BP et al. Expression of RON Proto-oncogene in Renal Oncocytoma and Chromophobe Renal Cell Carcinoma. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(8):1045-1050.

 (34) Wang HY, Mills SE. KIT and RCC are useful in distinguishing chromophobe renal cell carcinoma from the granular variant of clear cell renal cell carcinoma. Am J Surg Pathol 2005 ; 29(5):640-646.

 (35) Garcia E, Li M. Caveolin-1 immunohistochemical analysis in differentiating chromophobe renal cell carcinoma from renal oncocytoma. Am J Clin Pathol 2006 ; 125(3):392-398.

 (36) Reuter VE, Presti JC, Jr. Contemporary approach to the classification of renal epithelial tumors. Semin Oncol 2000 ; 27(2):124-137.

 (37) Kovacs G. Molecular differential pathology of renal cell tumours. Histopathology 1993 ; 22(1):1-8.

 (38) Pavlovich CP, Walther MM, Eyler RA, Hewitt SM, Zbar B, Linehan WM et al. Renal tumors in the Birt-Hogg-Dube syndrome. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(12):1542-1552.

 (39) Akhtar M, Kardar H, Linjawi T, McClintock J, Ali MA. Chromophobe cell carcinoma of the kidney. A clinicopathologic study of 21 cases. Am J Surg Pathol 1995 ; 19(11):1245-1256.

 (40) Cheville JC, Lohse CM, Zincke H, Weaver AL, Blute ML. Comparisons of outcome and prognostic features among histologic subtypes of renal cell carcinoma. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(5):612-624.

 (41) Amin MB, Amin MB, Tamboli P, Javidan J, Stricker H, Venturina MD et al. Prognostic Impact of Histologic Subtyping of Adult Renal Epithelial Neoplasms : An Experience of 405 Cases. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(3):281-291.

 (42) Thoenes W, Storkel S, Rumpelt HJ, Moll R, Baum HP, Werner S. Chromophobe cell renal carcinoma and its variants—a report on 32 cases. J Pathol 1988 ; 155(4):277-287.

 (43) Cheville JC, Lohse CM, Zincke H, Weaver AL, Leibovich BC, Frank I et al. Sarcomatoid renal cell carcinoma : an examination of underlying histologic subtype and an analysis of associations with patient outcome. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(4):435-441.

 (44) Crotty TB, Farrow GM, Lieber MM. Chromophobe cell renal carcinoma : clinicopathological features of 50 cases. J Urol 1995 ; 154(3):964-967.

 (45) Peyromaure M, Misrai V, Thiounn N, Vieillefond A, Zerbib M, Flam TA et al. Chromophobe renal cell carcinoma : analysis of 61 cases. Cancer 2004 ; 100(7):1406-1410.

 (46) Renshaw AA, Henske EP, Loughlin KR, Shapiro C, Weinberg DS. Aggressive variants of chromophobe renal cell carcinoma. Cancer 1996 ; 78(8):1756-1761.

 (47) Cheville JC, Lohse CM, Zincke H, Weaver AL, Blute ML. Comparisons of outcome and prognostic features among histologic subtypes of renal cell carcinoma. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(5):612-624.

 (48) Hes O, Vanecek T, Perez-Montiel DM, Alvarado C, I, Hora M, Suster S et al. Chromophobe renal cell carcinoma with microcystic and adenomatous arrangement and pigmentation—a diagnostic pitfall. Morphological, immunohistochemical, ultrastructural and molecular genetic report of 20 cases. Virchows Arch 2005 ; 446(4):383-393.

 (49) Magro G, Lopes M, Amico P, Puzzo L. Chromophobe renal cell carcinoma with extensive rhabdomyosarcomatous component. Virchows Arch 2005 ; 447(5):894-896.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.