» VESSIE Carcinome à cellules géantes

Carcinome à cellules géantes


Le carcinome à cellules géantes (1) correspond au carcinome indifférencié à grandes cellules décrit dans d’autres organes (poumon, thyroïde, pancréas) à différencier de carcinomes avec stroma réaction à cellules ostéoclastiques ou de Langhans.

Carcinome à cellules géantes pléomorphes  : forme rare et agressive avec cellules géantes tumorales très pléomorphes et bizarres, analogue au carcinome pulmonaire à cellules géantes. Ce carcinome se voit plutôt chez l’homme de 55 à 88 ans. La symptomatologie est une hématurie avec une dysurie et une pollakiurie

La composante à cellules géantes pléomorphes varie de 20 à 100%. La tumeur épithélioïde et pléomorphe avec des cellules anaplasiques bizarres multi- et mononucléées se présente sous forme d’amas expansifs +/- cohésifs ou d’îlots infitrants / cellules isolées. Une nécrose étendue est fréquente. Le cytoplasme est abondant et il y a de nombreuses mitoses typiques ou atypiques. Quelques cas comportent une stroma réaction fibreuse paucicellulaire, des vacuoles intracytoplasmiques ou des gouttelettes hyalines. On peut observer un infiltrat inflammatoire chronique discret. Parfois cellules géantes d’allure ostéoclastique très minoritaires. Souvent présence d’un carcinome urothélial invasif.

Immunohistochimie : positivté de / CK7, CK (CAM.5.2 et AEl/AE3), EMA, parfois de : p63, thrombomoduline, uroplakine 3. Négativité de : CK20, Melan-A, HMB45, bêta-HCG, PSA, vimentine, synaptophysine, myoD 1 et desmine.

Diagnostic différentiel  : contrairement au carcinome sarcomatoïde, pas de contingent fusocellulaire malin. Les cellules géantes tumorales sont très pléomorphes et ne ressemblent pas aux cellules du carcinome indifférencié riche en cellules géantes ostéoclastiques et du carcinome urothélial à cellules géantes syncytiotrophoblastiques. A la différence des ostéoclastes CD68+ et des cellules syncytiotrophoblastiques bêta-HCG+, ces cellules géantes expriment les marqueurs épithéliaux. Un carcinome urothélial conventionnel invasif associé éliminera une métastase de carcinome ou de mélanome. Un carcinome à cellules géantes pléomorphe de la prostate peut s’étendre à la vessie et être PSA négatif ou seulement focalement positif. Un contingent de carcinome urothélial conventionnel (ou une autre variante) ou alors des architectures de cancer prostatique peuvent aider.

Le pronostic est très mauvais.

Cette forme est un mélange de cellules malignes mononucléées épithéliales (cytoplasme abondant, noyau vésiculaire, rond / ovale, peu d’atypies, mitoses en nombre variable) et de cellules géantes multinucléées ostéoclaste-like benoîtes avec parfois phagocytose, sans mitoses. Images histologiques  : #0, #1, #2, #3, #4, #5, Images cytologie  : #0

 

 

 

Reference List

 

 (1) Eble JN, Sauter G, Epstein JI, Sesterhenn IA. Tumours of the urinary system and male genital organs. Lyon : IARC press, 2004.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.