» VESSIE Carcinome malpighien (épidermoïde)

Carcinome malpighien (épidermoïde)


Carcinome épidermoïde (1-7) : Rare, moins de 5 %, prédominance masculine (2/1) ou non (1/1), ceux survenant de novo se voient surtout entre 60 et 70 ans, ceux survenant sur irritation chronique (vessie non fonctionnelle sondée, lithiase, bilharziose, diverticule, exstrophie) surviennent plus tôt, dans les pays d'endémie bilharzienne c'est la forme la plus commune (75% des cas), décrit aussi sur vessie neurogène (incidence de 0,3 à 10%) (8 ;9) ou secondaire au tabagisme (risque accru d'un facteur 5) (1 ;10 ;11). De nombreux mécanismes pathogéniques ont été évoqués (inflammation chronique, métabolisme altéré de mutagènes, immunologiques, traitement par cyclophosphamide. En Occident : Patients de 46 à 83 ans (moyenne de 68.5 ans) H/F = 3/2.
Macroscopie : masse solide, nécrosée, polypoïde, des parois latérales et trigone, pouvant remplir la lumière vésicale, parfois surtout infiltrant, ulcéré. En cystoscopie, lésion nodulaire ou en plaque, irrégulière, invasive avec atteinte des organes adjacents.
Images macroscopiques : #1
Histologie : absence de composante urothéliale significative (< 20%) car sinon il s'agit d'un carcinome urothélial à inflexion squameuse. La composante kératinisante doit être évidente, les zones non kératinisantes ne peuvent être différenciées d'un carcinome urothélial de haut grade. La différenciation épidermoïde est variable, surtout peu à moyennement différencié, toujours kératinisé (5 à 95%), nécrose corrélée à la différenciation. Présence en surface de métaplasie squameuse kératinisée ou non ou dysplasique, de carcinome malpighien in situ, ou d’hyperplasie verruqueuse, voire de condylome acuminé. Le stroma est en général très inflammatoire, avec de nombreux polynucléaires éosinophiles. Métastases dans plus de 10% des cas, avec N+ dans 24% .
Bien qu'il y ait une association fréquente à de la métaplasie malpighienne il ne semble pas y avoir de relation causale entre la métaplasie et le carcinome malpighien, peu de cancérisations sur métaplasie suivie et peu d'atypies dans les métaplasies.
Se caractérise par la fréquence élevée de perte allélique du chromosome 9p et des altérations des gènes suppresseurs de tumeur CDKN2 (12), en fait les anomalies génétiques sont comparables à celles des carcinomes urothéliaux (1). Cette tumeur est associée fréquemment à un p53 mutant et à un marquage au Mib-1 modéré ou élevé (13).
Images histologiques : #1, #2, #3, #4, #5, série d’images, emedecine
Cytologie : ressemble à une métaplasie squameuse ; cellules polygonales, allongées, en têtard, bien limitées, cytoplasme amphophile ou éosinophile, parfois vacuoles, noyaux à chromatine mottée, irregulière, nucléoles nets

Cytologie : carcinome kératinisant #1 ; #2, #3, #2

Immunohistochimie  : la comparaison carcinome urothélial (UC) vs carcinome malpighien (SCC) avec glypican 3 (GPC3), PAX8, et l’isoforme de p63 (p40). Positivité de : GPC3 dans 20% des SCC et 12% des UC, PAX8 dans 3% des SCC (si col utérin) et 10% des UC, de p40 dans 99% des SCC et 96% des UC Am J Clin Pathol. 2013 Dec ;140(6):872-80.
Les carcinomes malpighiens vésicaux sont p16 + dans 37%, dans 3 sur 14 cas p16 + présence de HPV à haut risque (sérotype 16 ou 35) Arch Pathol Lab Med. 2013 Aug ;137(8):1088-93.
Diagnostic différentiel
- métaplasie squameuse (pas d'infiltration)

- Carcinome verruqueux (pas d'atypies)
- carcinome urothélial à inflexion squameuse c'est académique

Pronostic : le pronostic est mauvais car stade avancé et sujets âgés (OS < 25% à 5 ans). Le pronostic est lié au stade (les T1-2 sont de bien meilleur pronostic que les T3-4) (1), grade (mais pas de consensus sur la façon de grader). 6% de récidives mais 37 % de métastases, 29% de décès tumoraux avec un délai < 2 ans. La chirurgie radicale semble plus efficace que la RTE/chimiothérapie (1).<
http://pathologyoutlines.com/bladde...

http://emedicine.medscape.com/article/1951756-overview
http://emedicine.medscape.com/article/1611983-overview

(1) Eble JN, Sauter G, Epstein JI, Sesterhenn IA. Tumours of the urinary system and male genital organs. Lyon : IARC press, 2004.

(2) Murphy WM. diseases of the urinary bladder, urethra, ureters, and renal pelves. In : Murphy WM, editor. Urological pathology. Philadelphia : Saunders, 1997 : 34-147.
 (3) Murphy WM, Beckwith JB, Farrow GM. Tumors of the urinary bladder. In : Rosai J, editor. Tumors of the kidneys, bladder and related urinary structures. Washington DC : Armed forces institute of pathology, 1994 : 193-297.
(4) Vieillefond A, Quillard J, Ladouch-Badre A, Meduri G, Nenert M, Matani A et al. [Tumors of the bladder. The pathologist's point of view]. Ann Pathol 1989 ; 9(4):249-264.
(5) Young RH, Eble JN. Unusual forms of carcinoma of the urinary bladder. Hum Pathol 1991 ; 22(10):948-965.
(6) Lagwinski N, Thomas A, Stephenson AJ, Campbell S, Hoschar AP, El Gabry E et al. Squamous cell carcinoma of the bladder : a clinicopathologic analysis of 45 cases. Am J Surg Pathol 2007 ; 31(12):1777-1787.
(7) Murphy WM, Grignon DJ, Perlman EJ. Tumors of the kidney, bladder, and related urinary structures. Fourth series ed. Washington : American registry of pathology, 2004.
(8) Kaufman JM, Fam B, Jacobs SC, Gabilondo F, Yalla S, Kane JP et al. Bladder cancer and squamous metaplasia in spinal cord injury patients. J Urol 1977 ; 118(6):967-971.
(9) Bejany DE, Lockhart JL, Rhamy RK. Malignant vesical tumors following spinal cord injury. J Urol 1987 ; 138(6):1390-1392.
(10) Habuchi T, Takahashi R, Yamada H, Ogawa O, Kakehi Y, Ogura K et al. Influence of cigarette smoking and schistosomiasis on p53 gene mutation in urothelial cancer. Cancer Res 1993 ; 53(16):3795-3799.
(11) Fortuny J, Kogevinas M, Chang-Claude J, Gonzalez CA, Hours M, Jockel KH et al. Tobacco, occupation and non-transitional-cell carcinoma of the bladder : an international case-control study. Int J Cancer 1999 ; 80(1):44-46.
(12) Ordonez NG, Rosai J. Urinary tract. Bladder and male urethra. In : Rosai J, editor. Ackerman's surgical pathology. St Louis : Mosby, 1996 : 1185-1220.
(13) Badr KM, Nolen JD, DeRose PB, Cohen C. Muscle invasive schistosomal squamous cell carcinoma of the urinary bladder : frequency and prognostic significance of p53, BCL-2, HER2/neu, and proliferation (MIB-1). Hum Pathol 2004 ; 35(2):184-189.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.