» VESSIE Papillome urothélial (à cellules transitionnelles)

Papillome urothélial (à cellules transitionnelles)


Papillome (2 ;11-14) Mod Path 2003 ;16:623 : Très rare si l’on s’en tient aux critères de définition stricts, lésion de l’adulte, âge moyen de 46 à 57 ans (22-89 ans), prédominance masculine (1,9 à 2,4/1).

Macroscopie : mou, rose, papille délicate, , pédiculé, > 2 cm. Images : #1, belles images
Histologie : il forme de fines végétations tapissées d’un revêtement urothélial normal (moins de 7 couches de cellules) avec préservation de la couche superficielle et polarité nucléaire conservée (pour le papillome inversé, voir infra), les noyaux sont cependant plus ronds, parfois la tige est épaissie avec des vaisseaux dilatés et des macrophages spumeux. Les lésions sont diploïdes, pas de mitoses, Ki67 faible, CK 20 + comme dans l’urothélium normal dans les cellules en ombrelle, expression rare de p53, fréquente mutation de FGFR3 (75%) mutation.
Images : ;papillome #1 ; #2 ; belles images Cytologie : Amas lâches, parfois papillaires, les noyaux sont excentrés, discrètes irrégularités des contours nucléaires, chromatine fine, absence de nucléole ; lors de phénomènes réactionnels, les noyaux sont réguliers à chromatine fine, nucléoles nets sans irrégularité des contours nucléaires. La présence de papilles n’est pas un argument en soi.
Diagnostic différentiel : - cystite polypoïde, végétations plus larges, revêtement normal ou réactionnel
- métaplasie néphrogénique, revêtement monostratifié de cellules cubiques sans atypies et composant tubulaire
- Néoplasme urothélial de faible grade, papilles + épaisses et longues, moins de cellules en ombrelles, cellularité plus marquée, discrètes atypies nucléaires.
-papillome inversé, cystite polypoïde (urothélium normal), carcinome urothélial qui présente une densité cellulaire plus importante avec une architecture plus désorganisée et en cytologie une chromatine plus granulaire
- hyperplasie urothéliale papillaire (>7 couches, muqueuse ondulée avec fins plis, sans axe fibrovasculaire
Pronostic : Récidives dans 10% des cas (12).

(2) Eble JN, Sauter G, Epstein JI, Sesterhenn IA. Tumours of the urinary system and male genital organs. Lyon : IARC press, 2004.

(11) Epstein JI, Amin MB, Reuter VR, Mostofi FK. The World Health Organization/International Society of Urological Pathology consensus classification of urothelial (transitional cell) neoplasms of the urinary bladder. Bladder Consensus Conference Committee [see comments]. Am J Surg Pathol 1998 ; 22(12):1435-1448.

(12) Cheng L, Darson M, Cheville JC, Neumann RM, Zincke H, Nehra A et al. Urothelial papilloma of the bladder. Clinical and biologic implications [see comments]. Cancer 1999 ; 86(10):2098-2101.

(13) Billerey C, Sibony M. so-called superficial bladder tumors. Which classification in 2003 ? Part 1 papillary tumors. Ann Pathol 23[1], 21-33. 2003.

(14) Magi-Galluzzi C, Epstein JI. Urothelial papilloma of the bladder : a review of 34 de novo cases. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(12):1615-1620.

http://pathologyoutlines.com/bladder.html#papilloma


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.