» OESOPHAGE Polype fibrovasculaire.

Polype fibrovasculaire.


Polype fibrovasculaire (1-3) Archives 2003 ;127:485 : Rare, Topographie : la majorité dans le tiers supérieur forte (région cricopharyngienne) prédominance masculine (3/1), sujets tous adultes (18-88 ans).
Clinique  : souvent volumineux, masse qui par régurgitation peut faire saillie dans la bouche et aboutir à une obstruction des voies aériennes (rares cas fatals), sinon possibilité de dysphagie ou douleur. Le plus souvent, masse très bien tolérée du fait de son caractère mou et de la dilatation fréquente de l’œsophage (peu de gêne au bol alimentaire et difficile à voir en radiologie, la TDM et RMN montrent le pédicule du polype avec aspect hétérogène du corps et des vaisseaux stromaux). Débute sous forme d’un nodule sous muqueux, l’agrandissement de taille est lié aux forces propulsives de la déglutition.
Macroscopie  : polype long (> 5 cm, moyenne de 14 cm), mou, intraluminal, couvert par une muqueuse normale, parfois volumineux rattaché à la paroi par un petit pédicule ; situé le plus souvent en situation rétro cricoïdienne. À la coupe : aspect myxoïde, lâche et œdémateux avec du tissu fibreux mêlé à du tissu adipeux. Images  : #1 ; #2 ; #3 ; axe fibro-adipeux (fig 1) ; macro histo radio

Histologie  : tissu richement vascularisé, lâche, myxoïde, avec quelques amas de lymphocytes et lobules adipeux répartis au hasard. Quand beaucoup de tissu adipeux, la lésion peut être classée comme un lipome (cas de lipome atypique Hum Pathol. 2013 Jun ;44(6):1165-70) sinon comme polype fibrovasculaire. Possibilité de cellules stromales atypiques comme dans tous les polypes.
Quand le tissu myxoïde prédomine, confusion possible avec un neurofibrome myxoïde. Le revêtement de surface est soit normal, soit hyperplasique soit atrophique. Cette lésion est plutôt d’origine malformative ou hamartomateuse qu’un véritable néoplasme. Il s’agit d’une lésion spécifique à l’œsophage. Le lipome se présente comme un polype fibrovasculaire et est un diagnostic différentiel, de rares formes non polypoïdes se présentent sous forme de masses intramurales rondes confondues avec des léiomyomes.
Images  : lobules d’adipocytes ; zone myxovasculaire ; #0, #1, #2
Diagnostic différentiel  : polype fibroïde inflammatoire (1/3<, tissu de granulation inflammatoire), rares LPS différenciés MDM2 et CDK4 +
Pronostic  : guérison après exérèse, rares récidives si exérèse incomplète, rares cas de cancérisation.

http://www.pathologyoutlines.com/topic/esophagusfibrovascularpolyp.html

 (1) Rosai J. Esophagus. In : Rosai J, editor. Ackerman’s surgical pathology. StLouis : Mosby, 1996 : 589-615.

 (2) Takubo K. Pathology of the esophagus. Tokyo : Educa, 2002.

 (3) Lewin KJ, Appelman HD. Tumors of the esophagus and stomach. Third series ed. Washington : Armed forces institute of pathology, 1996.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.