» OEIL Glande lacrymale ANOMALIES SPECIFIQUES (MALPOSITION)

ANOMALIES SPECIFIQUES (MALPOSITION)


Maladies de l’appareil lacrymal (1)
L’œil est constamment humidifié par la sécrétion lacrymale. Le taux de production des larmes, de leur évaporation à la surface de la partie antérieure du globe et enfin leur drainage par les voies lacrymales vers le nez sont si précis que l’œil est gardé humide sans aucun débordement des larmes. Le larmoiement est dû à l’obstruction des voies lacrymales (cause nasale, ou infection du sac lacrymal).
Les malpositions de la paupière inférieure ou l’insuffisance de sa musculature peuvent également entraver le pompage qu’opèrent les canaux lacrymaux. Ainsi, un larmoiement chronique modéré (épiphora ) est fréquent chez les gens âgés à la paupière relâchée. De petites interventions rendent alors d’appréciables services.
L’insuffisance de la production lacrymale est beaucoup plus grave par le danger qu’elle représente pour la cornée. Cela survient surtout au cours du syndrome de Gougerot-Sjögren, rares cas d’alacrimie. On le combat par des instillations très fréquemment répétées de larmes artificielles. Dans les cas plus graves, on a recours à l’obstruction volontaire des canaux lacrymaux, voire à l’implantation du canal de Sténon (de la glande salivaire parotide) dans le cul-de-sac conjonctival inférieur. Certaines lentilles de contact souples ont apporté un grand espoir, car elles sont hydrophiles et retiennent donc l’eau à la surface du globe oculaire.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.