» OEIL Glande lacrymale TUMEURS BENIGNES

TUMEURS BENIGNES


Tumeurs (1 ;7) : Les néoplasmes des voies lacrymales sont rares, la plupart surviennent dans le lobe orbital où la glande est fermement fixée au rebord orbitaire. Du fait de ce rebord orbitaire, la tumeur quand elle s’accroît, déplace de façon caractéristique l’œil vers le bas et en direction nasale. Les lésions et tumeurs des glandes lacrimales représentent 5 à 18% des masses orbitales, dont 21 à 39% de tumeurs épithéliales dont 29 à 55% sont malignes.
Les tumeurs des glandes lacrymales sont similaires à celles des glandes salivaires (1 ;6) avec dans 50 à 60% des cas, des tumeurs mixtes bénignes ou adénome pléomorphe Images  : #0, #1, #2, chondroïde, (taux de récidive < 3% si exérèse complète) des tumeurs mixtes malignes dans 5 à 10% (AJSP 1979 ;3:457), les autres variantes des glandes salivaires ne s’observant que dans 5 à 10% des cas (par exemple le cystadénolymphome. On peut observer des papillomes similaires aux formes conjonctivales, des hyperplasies pseudoépithéliomateuses. Possibilité d’oncocytome (11) qui se voit essentiellement chez des femmes âgées.
Les tumeurs épithéliales des voies lacrymales (7) : sont très rares (mais 3/4 des tumeurs) prennent naissance dans le canalicule lacrymal, le sac lacrymal et le canal lacrymonasal. Elles ressemblent à celles des fosses nasales et des sinus de la face.
Bénignes : Papillome épidermoïde (moyenne 47 ans), Papillome à cellules transitionnelles (moyenne 40 ans) (dans les cas typiques, cette tumeur est endophytique et souvent désignée sous le nom de « papillome inversé » (#0, #1, #2)) ou mixte, rares oncocytomes (moyenne 72 ans) ou tumeurs mixtes (moyenne 67 ans).
Clinique : épiphora, épisodes de dacryocystite, masse du canthus interne, parfois hémorragie du punctum ou épistaxis, ulcération rare (surtout si malin). Se présente souvent comme une dacryocystite qui ne répond pas aux AINS et antibiotiques.
L’imagerie utilise surtout le dacryocystogramme (défaut de remplissage et retard d’évacuation) et le scanner
Tumeurs mésenchymateuses (14%) : Histiocytome fibreux, angiosarcome, schwannome, tumeur fibreuse solitaire versus HPC, tumeur à cellules granuleuses.
Tumeurs lymphoïdes (8%)
Tumeurs du système mélanogène : Nævi, Mélanome Malin (4%)
Kystes et lésions pseudotumorales
Kystes : l'obstruction du canal lacrymonasal peut entraîner une dilatation kystique des voies excrétrices telle qu'il en résulte une tuméfaction pseudotumorale.
Un amas de champignons saprophytes se développant dans la lumière du canalicule ou du sac lacrymal et donnant lieu à de légers signes d'inflammation peut être confondu avec un néoplasme.
 
Au scanner, masse extra-cônique isodense aux muscles du cône, réhaussée de façon variable par le contraste iodé, s’accompagnant d’une encoche plus ou moins bien marquée sur la paroi osseuse. En IRM, en T1 : iso ou hypersignal par rapport aux muscles ; en T2 : hypersignal parfois hétérogène. En cas de tumeur bénigne d’évolution lente, il existe une encoche bien limitée du toit de l’orbite. En cas de tumeur maligne, celle-ci est très invasive, infiltrante. Dans la plupart des cas, il n’est pas possible de poser un diagnostic de certitude entre ces deux éventualités. D’autres diagnostics différentiels doivent être évoqués en cas d’atteinte de la glande lacrymale : la maladie de Besnier-Boeck-Schaumann, une dacryo-adénite dans un contexte inflammatoire ou une pseudo-tumeur inflammatoire.
Les tumeurs se caractérisent par un taux de récidives assez important car la plupart de ces tumeurs ne sont pas complètement réséquées. On peut retrouver également au niveau des glandes lacrymales, des lymphomes malins (voir lymphome de la conjonctive), des pseudotumeurs lymphoïdes ou phénomènes inflammatoires chroniques responsables d’une augmentation de volume de la glande.
 
 (1) Rosai J. Ackerman’s surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby ; 1996.
(6) Jakobiec FA, Zimmerman LE. Symposium on ophthalmic surgical pathology, Part I. Introduction. Hum Pathol 1982 ; 13(2):98-112.

(7) Font RL, Croxatto JO, Rao NA. Tumors of the eye and ocular adnexa. washington Dl#RTFToC1">http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf...


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.