» OESOPHAGE Carcinome squameux pseudosarcomateux

Carcinome squameux pseudosarcomateux


Carcinome squameux pseudosarcomateux (1-6), Arch Pathol Lab Med. 2011 Jul ;135(7):945-8 :
Age  : adulte (moyenne 65 ans). Taille : tumeur le plus souvent volumineuse. Forte prédominance masculine (5,5/1).
Topographie  : 60% dans le tiers moyen, un tiers des cas dans le tiers inférieur.
Clinique  : identique à la forme classique (dysphagie, amaigrissement, douleur). Les symptômes sont relativement tardifs vu la grande taille des lésions.
Macroscopie  : le plus souvent lésion polypoïde (Jpn J Cancer Res. 1994 Nov ;85(11):1131-6) attachée à la paroi par un petit pédicule épais, surface noueuse et régulière parfois lisse le plus souvent érodée superficiellement. Images : #0 ; #2 ; #1
Histologie  : par définition deux composantes :
- Composante sarcomateuse le plus souvent de haut grade. Grandes cellules bizarres atypiques, cellules fusiformes, cellules stellaires dans une matrice +/- myxoïde.
On parle de carcinosarcome si composante sarcomateuse différenciée hétérologue de type ostéochondro ou rhabdomyo sarcome (10% des cas). Sinon on parle de carcinome pseudo sarcomateux ou carcinome à cellules fusiformes, en particulier si la composante sarcomateuse est CK +.
- Composante carcinomateuse (quasiment toujours carcinome malpighien, rares cas d’adénocarcinome) toujours minoritaire, parfois très difficile à mettre en évidence.
Les deux composantes peuvent être soit séparées soit mélangées. Dans certains cas, la composante carcinomateuse est représentée par du carcinome in situ en surface.
Images  : #0 ; #1 ; #2 ; ossification focale ; pseudo MFH
A noter la présence fréquente d’actine (7).
Pronostic  : à taille égale, le pronostic est bien meilleur car le stade est le plus souvent faible du fait de la localisation est essentiellement intra luminale. À stade égal, le pronostic est similaire à la forme classique.
http://www.pathologyoutlines.com/topic/esophagussarcomatoid.html

 

 

 

Reference List

 

 (1) Lewin KJ, Appelman HD. Tumors of the esophagus and stomach. Third series ed. Washington : Armed forces institute of pathology, 1996.

 (2) Gal AA, Martin SE, Kernen JA, Patterson MJ. Esophageal carcinoma with prominent spindle cells. Cancer 1987 ; 60(9):2244-2250.

 (3) Iyomasa S, Kato H, Tachimori Y, Watanabe H, Yamaguchi H, Itabashi M. Carcinosarcoma of the esophagus : a twenty-case study. Jpn J Clin Oncol 1990 ; 20(1):99-106.

 (4) Takubo K. Pathology of the esophagus. Tokyo : Educa, 2002.

 (5) Ellis GL, Langloss JM, Heffner DK, Hyams VJ. Spindle-cell carcinoma of the aerodigestive tract. An immunohistochemical analysis of 21 cases. Am J Surg Pathol 1987 ; 11(5):335-342.

 (6) Zarbo RJ, Crissman JD, Venkat H, Weiss MA. Spindle-cell carcinoma of the upper aerodigestive tract mucosa. An immunohistologic and ultrastructural study of 18 biphasic tumors and comparison with seven monophasic spindle-cell tumors. Am J Surg Pathol 1986 ; 10(11):741-753.

 (7) Nakhleh RE, Zarbo RJ. myogenic differentiation in spindle cell (sarcomatoid) carcinomas of the upper aerodigestive tract. Applied immunohistochemistry 1993 ; 1(1):58-68.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.