» THYROIDE Carcinome Peu Différencié

Carcinome Peu Différencié


Carcinome Peu Différencié (1-5)
Histologie  : il n’existe aucun consensus dans la littérature sur la définition exacte de ce groupe (6), ainsi dans un des premiers articles à ce sujet (7), la définition est floue (composante solide, trabéculaire ou squirrheuse). Pour certains auteurs, le critère est celui d’une architecture solide, trabéculaire, dans au moins 75% de la tumeur avec possibilité d’association à des territoires mineurs de carcinome insulaire et une proportion variable de différenciation vésiculaire, voire de cellules oxyphiles (8). Possibilité de différenciation oncocytaire ou de petits amas de cellules pléomorphes mais sans signe formel de carcinome anaplasique. Noyaux réguliers, ronds, hyperchromatiques, à nucléole peu net. La TCT est toujours négative. L’incidence est difficile à évaluer du fait de la variabilité des définitions, elle est faible et reste inférieure à11,6% (9), 8,7 % pour Noguchi (10).

Une étude internationale (Turin) propose les critères suivants : présence de composante solide /trabéculaire /insulaire, absence des aspects nucléaires conventionnels du carcinome papillaire, présence d’au moins un des aspects suivants : noyaux convolutés ; mitoses >3 /10 HPF ; nécrose tumorale (11).

Images  : #0, #1, forme rhabdoïde (203 ;204) : image1, image2, image3, image4, image5, image6

Génétique (5) : altérations fréquentes clonales complexes dans des proportions similaires à celles de l’anaplasique, on observe lors du passage bien en moyennement différencié des +1p34-36, +17q25, +20q, -1p11-31, -6q21, -13q21-31, mutations fréquentes de p53 ou RAS (multiples mutations activatrices). Atteinte de la voie PI3K/AKT, du gène CTNNB1 Mod Pathol.2011 Apr ;24 Suppl 2:S34-43.

Immunohistochimie  : Bcl2 + (84%), p53 +(53%) surtout dans les zones infiltrantes (12). L’expression de IMP3 est de mauvais pronostic Mod Pathol. 2010 Sep ;23(9):1269-78.

NB la Napsine A est + dans près de 15% des carcinomes thyroïdiens anaplasiques et peu différenciés surtout si composante micropapillaire or ces cas sont également TTF1 + (75 à 100% des peu différenciés vs 91 à 100% des vésiculaires, 100% des papillaires, 33% des Hürthle, , 13 à 80% des anaplasiques et 0% des médullaires) et PAX8 + et peuvent donc être confondus avec des adénocarcinomes pulmonaires (mais qui sont PAX8 négatifs Am J Surg Pathol. 2013 Aug ;37(8):1215-22, TG + (57 à 92% vs 75 à 96% si vésiculaire, 100% si papillaire, et 0% si médullaire ou anaplasique),

Pronostic  : Malgré l’absence de consensus, il semble légitime de distinguer cette variété. Les séries montrent un pronostic intermédiaire entre l’anaplasique et le carcinome bien différencié, avec une survie similaire au carcinome insulaire ou solide (13 ;14). Une série portant sur plus de 16000 cas de cancer de la thyroïde (sans révision histologique) montre le caractère pronostique en analyse multivariée de l’absence de différenciation, avec une survie à 10 ans entre 47 et 72% pour la forme papillaire et de 36 à 63% pour la forme vésiculaire (15), des résultats proches sont rapportés par Tubiana et al (16). Alors que ce taux est supérieur à 95% pour les formes différenciées. D’autres auteurs rapportent des résultats proches, ces carcinomes sont de plus mauvais pronostic car associés à des facteurs de mauvais pronostic : N+ (17) ou M+ (18-20) au diagnostic, de plus grande taille (21 ;22) avec extension extrathyroïdienne (23 ;24), âge élevé ou sexe masculin (25) et le pronostic est plus mauvais surtout dans la forme diffuse, la différence étant moindre si la composante peu différenciée n’est que focale (26), l’histologie peu différenciée gardant son impact en multivariée, cette étude est cependant sujette à caution car elle comportait des carcinomes à cellules hautes dont la proportion est inconnue (considéré comme peu différencié). Bien que de plus mauvais pronostic, en multivariée le type histologique ne sort pas du fait de l’influence de la taille, âge, métastases systémiques pour Noguchi (27).

Etude de 42 carcinomes thyroïdiens avec évolution défavorable, classés selon les critères de Turin en carcinomes peu différenciés (201) (35 cas retenus), il n’existe pas de valeur seuil en dessous de laquelle, le pronostic s’améliore Am J Surg Pathol. 2011 Dec ;35(12):1866-72.

Dans l’étude du centre ces carcinomes sont de mauvais pronostic avec 50% de mortalité tumorale et 38% de métastases (EFS à 10 ans de 51%), le pronostic est proche de celui des carcinomes papillaires à cellules hautes ou solides (EFS à 10 ans de 71 et 65%).

La forme oncocytaire est de pronostic redoutable ave 61% de mortalité spécifique, et 55% de métastases avec un EFS à 10 ans de 24%

Après analyse multivariée seuls le stade, grade, invasion tumorale, et Macis en EFS, en OS résultats similaires, la proportion de foyers peu différenciés est exclue du modèle malgré sa puissance en monovariée (Michels et al). Le sous type histologique n’est donc pas un facteur pronostique en multivariée.

 

 

 

Reference List

 

 (1) Nishida T, Katayama S, Tsujimoto M, Nakamura J, Matsuda H. Clinicopathological significance of poorly differentiated thyroid carcinoma. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(2):205-211.

 (2) Papotti M, Botto MF, Favero A, Palestini N, Bussolati G. Poorly differentiated thyroid carcinomas with primordial cell component. A group of aggressive lesions sharing insular, trabecular, and solid patterns. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(3):291-301.

 (3) Papotti M, Torchio B, Grassi L, Favero A, Bussolati G. Poorly differentiated oxyphilic (Hurthle cell) carcinomas of the thyroid. Am J Surg Pathol 1996 ; 20(6):686-694.

 (4) Rosai J, Carcangiu ML, DeLellis RA. Tumors of the thyroid gland. Third series ed. Washington : Armed forces institute of pathology, 1992.

 (5) DeLellis RA, Lloyd RV, Heitz PU, Eng C. Pathology and genetics of Tumours of endocrine organs. Lyon : IARC Press, 2004.

 (6) Albores-Saavedra J, Sharma S. Poorly differentiated follicular thyroid carcinoma with rhabdoid phenotype : a clinicopathologic, immunohistochemical and electron microscopic study of two cases. Mod Pathol 2001 ; 14(2):98-104.

 (7) Sakamoto A, Kasai N, Sugano H. Poorly differentiated carcinoma of the thyroid. A clinicopathologic entity for a high-risk group of papillary and follicular carcinomas. Cancer 1983 ; 52(10):1849-1855.

 (8) Papotti M, Torchio B, Grassi L, Favero A, Bussolati G. Poorly differentiated oxyphilic (Hurthle cell) carcinomas of the thyroid. Am J Surg Pathol 1996 ; 20(6):686-694.

 (9) Papotti M, Botto MF, Favero A, Palestini N, Bussolati G. Poorly differentiated thyroid carcinomas with primordial cell component. A group of aggressive lesions sharing insular, trabecular, and solid patterns. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(3):291-301.

 (10) Noguchi M, Mizukami Y, Michigishi T, Koyasaki N, Ohta N, Miyazaki I. Multivariate study of prognostic factors for differentiated thyroid carcinoma : the significance of histologic subtype. Int Surg 1993 ; 78(1):10-15.

 (11) Volante M, Collini P, Nikiforov YE, Sakamoto A, Kakudo K, Katoh R et al. Poorly differentiated thyroid carcinoma : the Turin proposal for the use of uniform diagnostic criteria and an algorithmic diagnostic approach. Am J Surg Pathol 2007 ; 31(8):1256-1264.

 (12) Pilotti S, Collini P, Del Bo R, Cattoretti G, Pierotti MA, Rilke F. A novel panel of antibodies that segregates immunocytochemically poorly differentiated carcinoma from undifferentiated carcinoma of the thyroid gland. Am J Surg Pathol 1994 ; 18(10):1054-1064.

 (13) Papotti M, Botto MF, Favero A, Palestini N, Bussolati G. Poorly differentiated thyroid carcinomas with primordial cell component. A group of aggressive lesions sharing insular, trabecular, and solid patterns. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(3):291-301.

 (14) Sobrinho-Simoes M, Sambade C, Fonseca E, Soares P. Poorly differentiated carcinomas of the thyroid gland : a review of the clinicopathologic features of a series of 28 cases of a heterogeneous, clinically aggressive group of thyroid tumors. Int J Surg Pathol 2002 ; 10(2):123-131.

 (15) Gilliland FD, Hunt WC, Morris DM, Key CR. Prognostic factors for thyroid carcinoma. A population-based study of 15,698 cases from the Surveillance, Epidemiology and End Results (SEER) program 1973-1991. Cancer 1997 ; 79(3):564-573.

 (16) Tubiana M, Schlumberger M, Rougier P, Laplanche A, Benhamou E, Gardet P et al. Long-term results and prognostic factors in patients with differentiated thyroid carcinoma. Cancer 1985 ; 55(4):794-804.

 (17) Nishida T, Katayama S, Tsujimoto M, Nakamura J, Matsuda H. Clinicopathological significance of poorly differentiated thyroid carcinoma. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(2):205-211.

 (18) Nishida T, Katayama S, Tsujimoto M, Nakamura J, Matsuda H. Clinicopathological significance of poorly differentiated thyroid carcinoma. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(2):205-211.

 (19) Machens A, Hinze R, Lautenschlager C, Dralle H. Multivariate analysis of clinicopathologic parameters for the insular subtype of differentiated thyroid carcinoma. Arch Surg 2001 ; 136(8):941-944.

 (20) Santoro M, Papotti M, Chiappetta G, Garcia-Rostan G, Volante M, Johnson C et al. RET activation and clinicopathologic features in poorly differentiated thyroid tumors. J Clin Endocrinol Metab 2002 ; 87(1):370-379.

 (21) Nishida T, Katayama S, Tsujimoto M, Nakamura J, Matsuda H. Clinicopathological significance of poorly differentiated thyroid carcinoma. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(2):205-211.

 (22) Machens A, Hinze R, Lautenschlager C, Dralle H. Multivariate analysis of clinicopathologic parameters for the insular subtype of differentiated thyroid carcinoma. Arch Surg 2001 ; 136(8):941-944.

 (23) Nishida T, Katayama S, Tsujimoto M, Nakamura J, Matsuda H. Clinicopathological significance of poorly differentiated thyroid carcinoma. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(2):205-211.

 (24) Santoro M, Papotti M, Chiappetta G, Garcia-Rostan G, Volante M, Johnson C et al. RET activation and clinicopathologic features in poorly differentiated thyroid tumors. J Clin Endocrinol Metab 2002 ; 87(1):370-379.

 (25) Santoro M, Papotti M, Chiappetta G, Garcia-Rostan G, Volante M, Johnson C et al. RET activation and clinicopathologic features in poorly differentiated thyroid tumors. J Clin Endocrinol Metab 2002 ; 87(1):370-379.

 (26) Nishida T, Katayama S, Tsujimoto M, Nakamura J, Matsuda H. Clinicopathological significance of poorly differentiated thyroid carcinoma. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(2):205-211.

 (27) Noguchi M, Mizukami Y, Michigishi T, Koyasaki N, Ohta N, Miyazaki I. Multivariate study of prognostic factors for differentiated thyroid carcinoma : the significance of histologic subtype. Int Surg 1993 ; 78(1):10-15.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.