» THYROIDE HEMANGIOENDOTHELIOME MALIN

HEMANGIOENDOTHELIOME MALIN


âge avancé 62 ans.
Clinique : comme dans le carcinome, , histoire ancienne de goïtre avec une augmentation subite de taille, parfois douloureux.
Macroscopie : tumeur volumineuse, nécrotico-hémorragique, parfois bien limitée.
Histologie : toute tumeur maligne ressemblant à un sarcome, primitif de la thyroïde est jusqu’à preuve du contraire un carcinome indifférencié car la plupart sont kératine +. Le diagnostic de sarcome ne peut se poser que s’il n’existe aucune différenciation épithéliale soit morphologique, soit en immunohistochimie. Ce diagnostic est plus probable chez un sujet jeune (<50 ans) car le carcinome indifférencié est très rare avant 50 ans.

Angiosarcome : nombreux canaux anastomosés et bordés par un endothélium atypique, avec parfois prolifération papillaire intra luminale. Les cellules sont de forme variable, épithélioides à fusiformes. Elles contiennent parfois des vacuoles intracytoplasmiques pouvant renfermer des globules rouges. Les noyaux sont grands, vésiculaires, nucléolés. Cytoplasme abondant, éosinophile. Les atypies ne sont pas aussi marquées que dans le carcinome anaplasique. En IHC CD 34 +, CD31 +, UEA1 +, FVIII +
Le diagnostic différentiel principal est le carcinome anaplasique, et il est académique car le pronostic est désastreux dans les deux cas.

EUSEBI V., ROSAI J.
Keratin-positive Epithelioid angiosarcoma of thyroid.
Am. J. Surg. Pathol. 1990,14, (8), 737-747



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.