» HYPOPHYSE Kystes de la poche de Rathke

Kystes de la poche de Rathke



Kystes de la poche de Rathke (1) : ce sont les kystes les plus fréquents provenant de restes de la poche de Rathke qu'on retrouve sous forme de kystes microscopiques au niveau du lobe intermédiaire.
Imagerie : Se voit à tout âge. Leur découverte est souvent fortuite lors d’une IRM hypophysaire. Ils peuvent involuer spontanément. La densité du kyste au scanner et son signal en IRM dépendent de la composition chimique du kyste. Les kystes mucoïdes sont en hypersignal T1 et T2. Les coupes axiales en T1 les différencient de la posthypophyse. Les formes symptomatiques sont à extension suprasellaire.


Un kyste de la poche de Rathke à contenu muqueux peut être difficile à distinguer d’un craniopharyngiome kystique. Les kystes séreux sont en isosignal vs le LCR ceux contenant des débris cellulaires ressemblent à des nodules solides.
Clinique : les kystes, pour la plupart, sont asymptomatiques, à partir d'une certaine taille aux environs de 1 cm, la pathologie se traduit par des signes cliniques en particulier des troubles visuels ou des modifications de la fonction hypophysaire ou hypothalamique (diabète insipide, hypopituitarisme et hydrocéphalie), l'aspect radiologique est variable. De rares cas sont associés à une méningite septique.
Macroscopie
 : kystes à paroi fine dont le contenu est très variable.
Histologie  : le revêtement est constitué d'un épithélium cubo-cylindrique avec des cellules ciliées ou en gobelets, des cellules hypophysaires peuvent être présentes dans ou au voisinage de la paroi. Possibilité de métaplasie squameuse partielle ou complète voire de remaniements xanthomateux, présence d'hémorragies anciennes dans près de 40% des cas,
cas clinique..
Immunohistochimie : CK+, EMA+, ACE+, S 100 + focal, GFAP et vimentine -
Diagnostic différentiel : sur de petites biopsies, la confusion est possible avec un craniopharyngiome en particulier dans sa variante papillaire.
Le traitement consiste en une excision.

Rosai J. Ackerman's surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby ; 1996.

(1) Lloyd RV, Douglas BR, Young WF. Endocrine diseases. first series ed. American registry of pathology and Armed forces institute of pathology, 2002.
 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.