» SYSTEME HEMATOPOIETIQUE Anémie de Fanconi

Anémie de Fanconi


Forme congénitale d’aplasietelle que maladie de Fanconi(AF)OMIM 227650, Hematology Am Soc Hematol Educ Program 2005 ;96, Wikipedia(autosomique récessive et la forme la moins rare (10-5) avec fréquence des sujets hétérozygotes estimée à 1/300) : insuffisance médullaire (qui s’améliore sous androgènes), avec une pancytopénie grave avec pigmentation cutanée, tâches café au lait, petite taille (présent dès la naissance, suite à RCIU, < au 5ème percentile dans 50%, avec retard de croissance harmonieux), troubles endocriniens, malformation du pouce et radius (40%) et de l’appareil urinaire, microcéphalie (25%), anomalies oculaires (20%), anomalies rénales (20%), petit poids de naissance (10%), retard de développement (10%), audition ou oreilles anormales (10%).
Un diagnostic d’AF peut être porté chez un enfant ne présentant aucune anomalie ou malformation associée, mais cela est rare, si un tiers des patients ne présentent aucune malformation congénitale, il existe le plus souvent un visage particulier, un retard staturopondéral et des signes cutanés.
Les premiers signes hématologiques sont des pétéchies et hématomes puis pâleur, fatigue, infections. La macrocytose précède la thrombopénie, dans 25% de cas avec cancer, la leucémie ou cancer précède le diagnostic d’anémie de Fanconi.
Anomalies nombreuses
Membres > : pouces : absents ou hypoplasiques, surnuméraire, bifide, rudimentaire, court, situé bas, triphalangé, tubulaire, raide, hyperextensible
Radius : absents ou hypoplasiques (si pouces anormaux), pouls absent ou faible
Mains : Clinodactylie, éminence thénar hypoplasique, 6 doigts, 1er métacarpe absent, doigts trop gros ou courts
Gonades : Males : cryptorchidie, hypospadia, testicule anormal ou absent, atrophique, azoospermie, phimosis, urètre anormal, micropénis, retard de développement
Femelles - utérus bicorné ; aplasie de l’utérus et vagin ; atrésie utérine, du vagin, ou ovaires
Autres anomalies squelettiques : Microcéphalie (< 5ème percentile présente dans 30 à 40 % des cas), hydrocéphalie, micrognathie, visage d’oiseau (aspect triangulaire du visage avec micrognathie, ensellure nasale marquée, microphtalmie avec hypertélorisme et traits fins), bosses frontales, Spina bifida (thoracique, lombaire, cervical, occulte sacré), scolioses, côtes anormales, anomalies vertébrales, vertèbres pieds plats, orteils courts ou surnuméraires
Membres > : luxation congénitale de hanche, maladie de Perthes, coxa vara, fémur anormal, ostéome de la cuisse,
Yeux - petits, strabisme, plis épicanthaux, hypertélorisme, ptose, cataracte, astigmatisme, cécité, épiphora, nystagmus, proptose, petit iris
Oreilles - surdité (transmission), forme anormale, atrésie, dysplasie, situés bas, infections, oreille moyenne anormale, absence de tympan, sténose du conduit auditif
Reins – Ectopiques ou pelviens, en fer à cheval, hypoplasique ou dysplasique, absent, hydronéphrose ou hydro-uretère, infections, dupliqué, reflux, hyperplasie, non fonctionnel artère anormale
TD - atrésie (œsophage (syndrome VACTERL), duodénum, jéjunum), anus imperforé, fistule trachéo-oesophagienne, diverticule de Meckel, hernie ombilicale, anomalie biliaires, mégacôlon, diastase abdominale, syndrome de Budd-Chiari
Système cardio-pulmonaire – Persistance du canal artériel, communication interventriculaire ou interauriculaire, sténose pulmonaire périphérique, sténose aortique, coarctation, aplasie lobaire pulmonaire, malformation vasculaire, tétralogie de Fallot, aorte hypoplasique, arche aortique double, cardiomyopathie.
Peau : anomalies de pigmentation (tâches café au lait spots, hémochromatose dus aux transfusions, avec aspect sale de la peau, s’accentuant avec l’âge, siégeant préférentiellement au tronc et au cou.
Biologie  : Atteinte hématologique : quasi-constante (85% des cas) vers un âge moyen de 7 ans (0 à 36 ans), à 40 ans, le risque actuariel d’atteinte hématologique est de 98 %. Pancytopénie précédée de thrombopénie ou cytopénie isolée initialement ou associée à une macrocytose.
EPO très augmentée par rapport à l’anémie, les chromosomes se cassent après incubation avec du di-époxybutane. Une élévation de l’hémoglobine (Hb)F est fréquente, comme dans beaucoup d’atteintes médullaires. Le caryotype médullaire peut révéler la présence d’anomalies clonales, avec risque qui augmente avec l’âge : 15 % à 10 ans, 37 % à 20 ans, 67 % à 30 ans et anomalies cytogénétiques touchant souvent les chromosomes 1, 7 et 11. La survie à 5 ans des patients avec clone cytogénétique est de 40 % versus 94 % en l’absence de clone.
Le test formel, sur le plan diagnostique, reste l’augmentation du nombre de cassures chromosomiques induites par les agents alkylants. En effet, les cellules AF présentent une hypersensibilité aux alkylants tels que le diépoxybutane (DEB), la chlorméthine ou la mitomycine C (MMC). Ce test ne détecte pas, en revanche, les sujets hétérozygotes.
En cytométrie de flux, augmentation du taux de cellules bloquées en phase G2/M par l’adjonction d’un alkylant (moutarde azotée).
Possibilité de diagnostic prénatal (caryotype de sang fœtal, LA ou villosités choriales) avec augmentation du nombre de cassures chromosomiques induites par les alkylants et des gènes en cause (gène en cause et mutation responsable déjà connus pour la famille étudiée). Environ un quart des patients atteints d’AF présentent un état de mosaïque avec 2 populations lymphocytaires : une anormalement sensible aux alkylants et l’autre normale.
EPO très augmentée par rapport à l’anémie, les chromosomes se cassent après incubation avec du di-époxybutane. Une élévation de l’hémoglobine (Hb)F est fréquente, comme dans beaucoup d’atteintes médullaires. Le caryotype médullaire peut révéler la présence d’anomalies clonales, avec risque qui augmente avec l’âge : 15 % à 10 ans, 37 % à 20 ans, 67 % à 30 ans et anomalies cytogénétiques touchant souvent les chromosomes 1, 7 et 11. La survie à 5 ans des patients avec clone cytogénétique est de 40 % versus 94 % en l’absence de clone.
Le test formel, sur le plan diagnostique, reste l’augmentation du nombre de cassures chromosomiques induites par les agents alkylants. En effet, les cellules AF présentent une hypersensibilité aux alkylants tels que le diépoxybutane (DEB), la chlorméthine ou la mitomycine C (MMC). Ce test ne détecte pas, en revanche, les sujets hétérozygotes.
En cytométrie de flux, augmentation du taux de cellules bloquées en phase G2/M par l’adjonction d’un alkylant (moutarde azotée).
Possibilité de diagnostic prénatal (caryotype de sang fœtal, LA ou villosités choriales) avec augmentation du nombre de cassures chromosomiques induites par les alkylants et des gènes en cause (gène en cause et mutation responsable déjà connus pour la famille étudiée). Environ un quart des patients atteints d’AF présentent un état de mosaïque avec 2 populations lymphocytaires : une anormalement sensible aux alkylants et l’autre normale.
Syndrome d’Aase : pathologie autosomique récessive associée à anémie congénitale hypoplasique et anomalies squelettiques (pouce triphalangé, petite taille, fermeture retardée des fontanelles, épaules étroites) qui se rapproche de l’anémie de Fanconi et syndrome Thrombopénie- radius absent


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.