» GANGLION LYMPHATIQUE Hodgkin à Prédominance lymphoïde nodulaire

Hodgkin à Prédominance lymphoïde nodulaire


Prédominance lymphoïde nodulaire(type 1 nodulaire de Rye ouparagranulome nodulaire de Poppema-Lennert) :(1-8) (AJSP 1999 ;23:27,AJSP 2003 ;27:1346), représente environ 5% de tous les cas de maladie de Hodgkin. Cette forme de maladie de Hodgkin touche surtout les hommes (M/F =4/1), moyenne 30 ans (6-69 ans), à un stade le plus souvent peu évolué 83% au stade I ou II A, l'atteinte est surtout cervicale, axillaire ou inguinale, atteinte médiastinale, médullaire ou splénique rares, 18% de transformation en DLBCL(médiane de 4,7 ans (0.4-18 ans) (12% à 10 ans)Cancer. 2010 Feb 1 ;116(3):631-9.
La forme diffuse est rare, représentant moins de 10% (dont l'existence est discutable :forme classique riche en lymphocytes ou lymphome B riche en cellules T) (voir lymphomes B riche en cellules T). Les cellules L-H se sont pas entourées de cellules CD57 + CD21 – (pas de réseau de cellules folliculaires dendritiques).
NB : il a été décrit une forme diffuse mangée aux mites avec fond riche en cellules B, les cellules L-H sont entourées de cellules CD57 + (aspect mité au CD20, CD21 +
La forme classique nodulaire (NLPHL) est formée de nodules accolés qui peuvent se mouler, souvent bien limités, parfois mal limités devenant diffus constituée de petits lymphocytes et histiocytes réactionnels qui peuvent former des granulomes épithélioïdes ou sarcoïdes. Destruction de l’architecture ganglionnaire, rares centres germinatifs sous-capsulaires formant un liséré de parenchyme résiduel, capsule intacte non épaissie, pas ou peu de PNE, plasmocytes, fibrose ou nécrose. Possibilité de centres germinatifs en transformation progressive. La cellule pop corn ou cellule L-H (lymphocytaire et/ou histiocytaire) possède un volumineux noyau vésiculaire à membrane nucléaire fine, très convoluté, plissé, nucléoles multiples, chromatine fine, typique de la forme à prédominance lymphoïde.
Les nodules sont de taille variable, mal limités, bien mis en évidence par la réticuline ou la coloration au CD21 qui montrent le réseau augmenté de cellules folliculaires dendritiques qui piègent de nombreuses cellules T CD 57 +et de petites cellules B. De façon typique, présence de cellules popcorn L-H qui sont plus nombreuses au centre des nodules (noyaux mono-ou multilobés à contours irréguliers, chromatine fine, 1/plusieurs nucléoles), les cellules de SR sont absentes ou rares. La présence d'un seul nodule typique de la forme à prédominance lymphoïde suffit pour porter le diagnostic de maladie de Hodgkin. Le fond peut être riche en cellules B (classique), parfois en cellules T.
La forme nodulaire avec cellules L-H extranodulaires, fond riche en cellules T réactionnelles
Cette forme nodulaire peut présenter un aspect serpigineux, nodules mal formés dans lesquels les cellules L-H restent confinées
Comme dans les autres formes de Hodgkin possibilité d'atteinte extraganglionnaire (9). Une atteinte médullaire qui se voit dans près de 10% des cas s'accompagne d'un mauvais pronostic (10). Images  : #0, #1,#2#3#41234évoluant vers un lymphome B riche en cellules T
Autres images : #0#1#2#3#4#5#6#7
En immunohistochimieles cellules L-H sont CD19+, CD20+, CD45+, CD 75 +, CD 79a +, BCL6 + (83%)(11 ;12), EMA+ (21 à 60% des cas), Pax 5 + (13). Absence de restriction d’immunoglobuline : cette restriction est cependant retrouvée en ISH pour le RMNA, CD15-, CD30- (sauf une minorité), vimentine -, CD 10 -, bcl2 – (95%)(12). Présence d’un réseau sphérique folliculaire de cellules dendritiques non visibles dans la forme diffuse. Au moins 50% des lymphocytes sont B. Les cellules T sont CD3 +, CD57+ et forment des rosettes autour des cellules L-H (parfois difficile à voir Mod Pathol. 1999 Feb ;12(2):159-75). La plupart des cellules L-H sont en cycle (Ki67 +). Deux nouveaux Ac semblent prometteurs : Oct2 et BOB1 + dans NLPHL et – pour l'un ou les 2 dans la forme classique (1 ;14). EBV - (2). TRAF1 – ,c-Rel - (15), PD-1 (Programmed death-1) + dans les cellules T formant des rosettes autour des cellules L-H, qui semble spécifique car retrouvé seulement dans le lymphome angio-immunoblastique (16)
Génétique : Réarrangement monoclonal de gènes d'Ig après microdissection des cellules L-H.
Présence d’anomalies récurrentes et complexes, avec des gains chromosomiques (1, 2q, 3, 4q, 5q, 6, 8q, 11q, 12q et X) (17), de même qu'un réarrangement du gène bcl6 par une t(3q-27) (qui, décrite dans 40 % des DLBCL, suggère un lien entre ces 2 tumeurs).
 
La relation entre maladie de Hodgkin à prédominance lymphocytaire et centres germinatifs en transformation progressive est douteuse malgré la ressemblance morphologique, par exemple on ne retrouve pas de cellules L-H dans les transformations progressives de centres germinatifs, par contre ceux-ci peuvent présenter quelques rosettes T autour de lymphocytes transformés, ils peuvent précéder, survenir en même temps ou plus tard que le NLPHD (18 ;19).
Le pronostic est très bon, les décès sont rares, la forme diffuse s’accompagnant de moins de récidives que la forme nodulaire selon certains auteurs mais sans accord dans la littérature.
La plupart des récidives sont de même type histologique. Evolution (risque de 2 à 7% de transformation) cependant possible vers un lymphome B à grandes cellules (riche en cellules T) coexistant ou non, les grandes cellules sont souvent multilobées semblant correspondre à une agrégation de cellules L-H (absence de réarrangement immunoglobuline) et donc à une maladie de Hodgkin à prédominance lymphocytaire riche en cellules L-H. Dans d’autres cas, il s’agit de lymphomes B à grandes cellules typiques avec réarrangement des gènes d’immunoglobuline qui dans une étude, sont similaires à celles observées dans les cellules L-H du Hodgkin sur lequel s'est développé le lymphome (20), mais même ces formes ont une évolution clinique relativement favorable, voire anaplasique et quelques lymphomes T périphériques.
L'attitude thérapeutique diffère de celle du hodgkin classique, et peut ne comporter qu'une surveillance attentive dans les formes localisées. L'expression de CD20 est à l'origine de l'utilisation thérapeutique récente d'anticorps monoclonaux anti-CD20 (Rituximab) (21)
.
Diagnostic différentiel de la forme nodulaire :
Transformation progressive des centres germinatifs, les nodules sont cependant bien limités au sein d’un ganglion en hyperplasie folliculaire avec absence de cellules L-H et de nombreuses petites cellules B du manteau alors que dans la maladie de Hodgkin à prédominance lymphoïde les nodules sont mal limités, coalescents, avec des cellules L-H et des cellules T qui forment des rosettes.
La forme diffuse pose un problème diagnostic avec la maladie de Hodgkin classique et le lymphome B riche en cellules T.
TCRBL =lymphome B riche en T ; CHL = Hodgkin classique ; DLBCL = lymphome malin diffus à grandes cellules B ; ALCL = lymphome anaplasique
 
Marqueur
NLPHL
TCRBCL
CHL
DLBCL
ALCL
CD 30
-
-
+
-/+
+
CD 15
-
-
+/-
-
-
CD 45
+
+
-
+
+/-
CD 20
+
+
-/+
+
-
CD 79a
+
+
-/+
+
-
Ig
+/-
+/-
-
-/+
-
Oct2
++
++
-/+
+
na
BOB1
+
+
-
+
na
CD3
-
-
-
-
-/+
CD 2
-
-
-
-
+/-
Perforine/granzyme
-
-
-
-
+
CD43
-
-
-
-/+
+/-
EMA
+/-
+/-
-
-/+
+/-
ALK
-
-
-
-
+/-
 
 
Reference List
 
 (1) Stein H, Delsol G, Pileri S, Said J, Mann R, Poppema S et al. Nodular lymphocyte predominant Hodgkin lymphoma. In : Jaffe ES, Harris NL, Stein H, Vardiman JW, editors. Lyon : IARC Press, 2001 : 240-243.
 (2) Mason DY, Banks PM, Chan J, Cleary ML, Delsol G, de Wolf PC et al. Nodular lymphocyte predominance Hodgkin's disease. A distinct clinicopathological entity. Am J Surg Pathol 1994 ; 18(5):526-530.
 (3) Society for hematopathology program. Am J Surg Pathol 22[1], 125-133. 1998. Lippincott Raven.
Ref Type : Magazine Article
 (4) Poppema S, Kaiserling E, Lennert K. Hodgkin's disease with lymphocytic predominance, nodular type (nodular paragranuloma) and progressively transformed germinal centres—a cytohistological study. Histopathology 1979 ; 3(4):295-308.
 (5) Kadin ME, Glatstein E, Dorfman RF. Clinicopathologic studies of 117 untreated patients subjected to laparotomy for the staging of Hodgkin's disease. Cancer 1971 ; 27(6):1277-1294.
 (6) Lukes RJ. Criteria for involvement of lymph node, bone marrow, spleen, and liver in Hodgkin's disease. Cancer Res 1971 ; 31(11):1755-1767.
 (7) Knowles DM. Neoplastic hematopathology. second ed. Philadelphia : Lippincott Williams and Wilkins, 2001.
 (8) Rosai J. Ackerman's surgical pathology. St Louis : Mosby, 1996 : 616-666.
 (9) Chang KL, Kamel OW, Arber DA, Horyd ID, Weiss LM. Pathologic features of nodular lymphocyte predominance Hodgkin's disease in extranodal sites. Am J Surg Pathol 1995 ; 19(11):1313-1324.
 (10) Khoury JD, Jones D, Yared MA, Manning JT, Jr., Abruzzo LV, Hagemeister FB et al. Bone marrow involvement in patients with nodular lymphocyte predominant Hodgkin lymphoma. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(4):489-495.
 (11) Kraus MD, Haley J. Lymphocyte predominance Hodgkin's disease : the use of bcl-6 and CD57 in diagnosis and differential diagnosis. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(8):1068-1078.
 (12) Uherova P, Valdez R, Ross CW, Schnitzer B, Finn WG. Nodular lymphocyte predominant Hodgkin lymphoma. An immunophenotypic reappraisal based on a single-institution experience. Am J Clin Pathol 2003 ; 119(2):192-198.
 (13) Chittal SM, Alard C, Rossi JF, al Saati T, Le Tourneau A, Diebold J et al. Further phenotypic evidence that nodular, lymphocyte-predominant Hodgkin's disease is a large B-cell lymphoma in evolution. Am J Surg Pathol 1990 ; 14(11):1024-1035.
 (14) Stein H, Marafioti T, Foss HD, Laumen H, Hummel M, Anagnostopoulos I et al. Down-regulation of BOB.1/OBF.1 and Oct2 in classical Hodgkin disease but not in lymphocyte predominant Hodgkin disease correlates with immunoglobulin transcription. Blood 2001 ; 97(2):496-501.
 (15) Rodig SJ, Savage KJ, Nguyen V, Pinkus GS, Shipp MA, Aster JC et al. TRAF1 expression and c-Rel activation are useful adjuncts in distinguishing classical Hodgkin lymphoma from a subset of morphologically or immunophenotypically similar lymphomas. Am J Surg Pathol 2005 ; 29(2):196-203.
 (16) Dorfman DM, Brown JA, Shahsafaei A, Freeman GJ. Programmed death-1 (PD-1) is a marker of germinal center-associated T cells and angioimmunoblastic T-cell lymphoma. Am J Surg Pathol 2006 ; 30(7):802-810.
 (17) Franke S, Wlodarska I, Maes B, Vandenberghe P, Delabie J, Hagemeijer A et al. Lymphocyte predominance Hodgkin disease is characterized by recurrent genomic imbalances. Blood 2001 ; 97(6):1845-1853.
 (18) Nguyen PL, Ferry JA, Harris NL. Progressive transformation of germinal centers and nodular lymphocyte predominance Hodgkin's disease : a comparative immunohistochemical study. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(1):27-33.
 (19) Hansmann ML, Fellbaum C, Hui PK, Moubayed P. Progressive transformation of germinal centers with and without association to Hodgkin's disease. Am J Clin Pathol 1990 ; 93(2):219-226.
 (20) Ohno T, Huang JZ, Wu G, Park KH, Weisenburger DD, Chan WC. The tumor cells in nodular lymphocyte-predominant Hodgkin disease are clonally related to the large cell lymphoma occurring in the same individual. Direct demonstration by single cell analysis. Am J Clin Pathol 2001 ; 116(4):506-511.
 (21) Ekstrand BC, Lucas JB, Horwitz SM, Fan Z, Breslin S, Hoppe RT et al. Rituximab in lymphocyte-predominant Hodgkin disease : results of a phase 2 trial. Blood 2003 ; 101(11):4285-4289.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.