» GANGLION LYMPHATIQUE Lymphome lymphoblastique B (LBL B)

Lymphome lymphoblastique B (LBL B)


LYMPHOME LYMPHOBLASTIQUE B (LBL B) (1-4) AJCP 2001 ;115:868.
Concernant la maturation B : Les cellules pré-pré-B sont négatives pour cIg/sIg, CD 10 / 20 / 79a /138, positives pour CD 19 / TdT / PAX 5
Les cellules pré- B sont négatives pour cIg/sIg, CD 20 / 138, positives pour CD 19 / 10 / 79a /TdT / PAX 5
Les cellules pré- B tardives sont négatives pour sIg, CD 138, positives pour cIg, CD 19 / 10 / 20 / 79a /TdT / PAX 5
Les cellules B précoces sont négatives pour TdT, CD 138, positives pour cIg/sIg, CD 19 / 10 / 20 / 79a / PAX 5
Les cellules B matures sont négatives pour cIg, TdT, CD 10 / 138, positives pour sIg, CD 19 / 20 / 79a / PAX 5
Les cellules B germinales sont négatives pour cIg, TdT, CD 138, positives pour sIg, CD 19 / 10 / 20 / 79a / PAX 5
Les plasmocytes sont négatifs pour sIg, TdT, CD 19 / 20, PAX 5, positifs pour cIg, CD 10 / 138 , CD79a +/-

Généralités des lymphomes lymphoblastiques  : forme rare (4-6% des lymphomes de l’adulte, mais 1/3 de ceux de l’enfant) Tumeur agressive de progression rapide, au stade IV d’emblée dans > 70% des cas, atteinte médullaire dans 30-50%. Prédominance masculine (2/1), se voit surtout chez l’enfant et adolescent
Définition selon la WHO : prolifération de lymphoblastes de taille petite à moyenne, à cytoplasme peu abondant, chromatine dispersée ou modérément condensée, nucléole peu visible. Si atteinte médullaire et du sang périphérique, il s’agit d’une leucémie lymphoblastique aiguë, si atteinte ganglionnaire ou extra ganglionnaire, il s’agit d’un lymphome lymphoblastique.
Clinique  : forme rare de lymphome, moins de 10% des lymphomes lymphoblastiques, près de 75% ont moins de 18 ans, prédominance masculine (2/1). Atteinte cutanée (nodules multiples), osseuse et tissus mous plus rarement ganglionnaire, possibilité d’atteinte médullaire et sanguine, mais moins de 20% de blastes médullaires. Le stade est peu évolué I ou II dans 80% des cas
Nb : alors que la plupart des LLA, donc leucémies, sont de nature B (80%), l’inverse est vrai en ce qui concerne les lymphome lymphoblastiques qui sont pour 80% de type T.
Cytologie  : prolifération constituée de cellules petites à cytoplasme peu abondant à chromatine condensée sans nucléole, parfois les cellules sont plus grandes, à cytoplasme modérément abondant, chromatine dispersée, multiples nucléoles et possibilité de granules azurophiles dans 10% des cas parfois avec t(9 ;22)(q34 ;q11.2), possibilité de pseudopodes cytoplasmiques (cellules en miroir à main) (5).

Histologie   : en coupe, présence de cellules monomorphes petites à moyennes à cytoplasme peu abondant mal limité, noyaux convolutés ronds ou ovales, chromatine fine, petits nucléoles centraux, possibilité de ciel étoilé (voir LLA pré B), les mitoses sont moins nombreuses que dans les formes T. L’atteinte ganglionnaire est le plus souvent diffuse, parfois focale, paracorticale épargnant les centres germinatifs. Images  : TdT -B cell ALL L1, #1,lymphome lymphoblastique
Cytochimie  : MPO – et SBB -, PAS +
Immunohistochimie  : Positivité des Ac suivants :TdT, CD 19, CD 79a cytoplasmique, Pax 5, CD 10 et 24 sauf si t(4 ;11)(q21 ;q23), bcl 6 +, bcl 2 + (souvent), CD 43 +, CD 34 +, KI67 > 90%, CD 22 et 20 +/-, CD99 +, Ig surface -, IgM cytoplasmique -, marqueurs T -, CD15 -, CD30 -, CD45 -, Sox 11 + nucléaire (80%) Am J Surg Pathol. 2012 Feb ;36(2):214-9.
 - si précurseur précoce : CD 19 +, CD 34 +, CD 79a cytoplasmique +, CD 22c +
 - si forme commune : CD 10 +
 - si pré B tardif : CD 20 + chaîne µ cytoplasmique +, pas d’SIg
CD 34 + dans 40% des cas. On note dans 30% des cas une coexpression d’antigènes myéloïdes CD 13 (14%), CD 33 (16%) qui sont associés à une t(2,24)(p12,q22), expression de CD 68, CD 15, CD 33 en cas d’anomalies de 11q23 /MLL.
Génétique  : nombre d’anomalies existent :
 - t(12,21) (p13,q22) transcrit TEL -AML1 dans 25% des LLA infantiles, surtout pré B, corrélée à un bon pronostic, rare dans la forme adulte (non reconnu en cytogénétique). Les formes hyperdiploïdes sont également de bon pronostic (DI entre 1,16 et 1,6)
 - t(1,19) (q23,p13.3) avec transcrit E2a -pbx1 dans la LLA B (25 à 30% des formes infantiles) avec immunoglobulines cytoplasmiques +, correspondant à des formes pré B, de mauvais pronostic.
 - t(17,19) (q22,p13) transcrit E2A -HLF qui se voit dans 1% des LLA des enfants.
 - t(9,22) (q34,q11.2) bcr/abl. La translocation a lieu avec un point de rupture sur le chromosome 22 qui est différent. Elle se voit essentiellement dans les formes de l’adulte (25 à 40%), rares dans les formes infantiles (2 à 5%), de mauvais pronostic.
 - on peut aussi observer des t(8,14)(q24,q32), la t(2,8)(p12,q24) et la t(8,22)(q24,q11) typiques du lymphome de Burkitt ainsi que les translocations diverses avec de multiples partenaires du 11q23 (voir leucémie myéloïde aiguë) que l’on retrouve dans 5% des LLA B du jeune enfant, de mauvais pronostic ;
 - t(4,11) (q21,q23) avec transcrit AF4/MLL qui s’accompagne de leucocytose élevée, est essentiellement de type L1/L2 avec coexpression d’antigène monocytaire ou T de mauvais pronostic, possibilité d’autres t 11q23 avec d’autres partenaires. L’hypoploïdie est également de mauvais pronostic.
 - t(11,19) (q23,p13) avec transcrit MLL/ENL dans environ 1% des LLAB).
- t(5 ;14)(q31 ;q32) - IL3 et IgH
- t(1 ;14)(q25 ;q32) - IHX4 et IgH
Les mutations de p53 sont rares sauf dans la LLAL3 (Burkitt) où elle représente 50% des cas, mutation de Nras dans 20%. Réarrangement de TCR et/ou IgH
On note par ailleurs rarement des délétions 9p21 (MST1, MST2), 6q ou 12p. Possibilité de réarrangement de TCR et/ou IgH. La plupart est hyperdiploïde (>50 chromosomes).
Pronostic  : taux de rémission élevé avec survie moyenne de 60 mois
Diagnostic différentiel morphologique) : Ewing (négatif pour CD79a, CD43, TdT et Ig ou réarrangement de récepteur T , vimentine ++), Burkitt, sarcome granulocytaire, manteau blastique, Hodgkin, LMA (nucléoles ++, chromatine délicate, granules fins azurophiles cytoplasmiques)

http://www.pathologyoutlines.com/topic/lymphomapreBLL.html

 
Concernant la maturation B : Les cellules pré-pré-B sont négatives pour cIg/sIg, CD 10 / 20 / 79a /138, positives pour CD 19 / TdT / PAX 5
Les cellules pré- B sont négatives pour cIg/sIg, CD 20 / 138, positives pour CD 19 / 10 / 79a /TdT / PAX 5
Les cellules pré- B tardives sont négatives pour sIg, CD 138, positives pour cIg, CD 19 / 10 / 20 / 79a /TdT / PAX 5
Les cellules B précoces sont négatives pour TdT, CD 138, positives pour cIg/sIg, CD 19 / 10 / 20 / 79a / PAX 5
Les cellules B matures sont négatives pour cIg, TdT, CD 10 / 138, positives pour sIg, CD 19 / 20 / 79a / PAX 5
Les cellules B germinales sont négatives pour cIg, TdT, CD 138, positives pour sIg, CD 19 / 10 / 20 / 79a / PAX 5
Les plasmocytes sont négatifs pour sIg, TdT, CD 19 / 20, PAX 5, positifs pour cIg, CD 10 / 138 , CD79a +/-

Concernant la maturation T :
Les cellules pro-T sont : CD7 +, CD3c +, TdT +, CD 2-, CD 5 -, CD 1a -, CD 4-, CD 8 –
Les cellules pré-T sont : CD7 +, CD3c +, TdT +, CD 2 +, CD 5 +, CD 1a -, CD 4-, CD 8 -
Les cellules corticales T sont : CD7 +, CD3c +, TdT +, CD 2 +, CD 5 +, CD 1a +, CD 4+/-, CD 8 +/-
Les cellules matures sont : CD7 +, CD3s +, TdT -, CD 2 +, CD 5 +, CD 1a -, CD 4+/CD 8 – ou CD 4-/CD 8 +
Les Ag T les plus souvent perdus au cours des lymphomes T sont : CD7 (70%) dans le mycosis fungoïde, CD 5 (30%) dans les lymphomes T périphériques et lymphomes lymphoblastiques T

Reference List

 

 (1) Knowles DM. Neoplastic hematopathology. second ed. Philadelphia : Lippincott Williams and Wilkins, 2001.

 (2) Jaffe ES, Harris NL, Stein H, Vardiman JW. Pathology and genetics of Tumours of haematopoietic and lymphoid tissues. Lyon : IARC Press, 2001.

 (3) Lin P, Jones D, Dorfman DM, Medeiros LJ. Precursor B-cell lymphoblastic lymphoma : a predominantly extranodal tumor with low propensity for leukemic involvement. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(11):1480-1490.

 (4) Swerdlow SH, Campo E, Harris NL, Jaffe ES, Pileri SA, Stein H et al. WHO Classification of tumours of haematopoietic and lymphoid tissues. 4th ed. Lyon : International Agency for research on cancer (IARC), 2008.

 (5) Schumacher HR, Perlin E, Klos JR, Holloway ML, Miller WM, Sanford SA. Hand-mirror cell leukemia, a new clinical and morphological variant. Am J Clin Pathol 1977 ; 68(4):531-534.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.