» GANGLION LYMPHATIQUE Inclusions bénignes intraganglionnaires

Inclusions bénignes intraganglionnaires


[ Inclusions bénignes intraganglionnaires (1 ;2) J Clin Pathol. 1994 Mar ;47(3):245-7

On peut retrouver dans les ganglions des mégacaryocytes ou une hématopoïèse extramédullaire, CD31 et 61 +, kératine, CD 68 -. Images , métaplasie myéloïde, #0, #1, #2, CD61


http://www.pathologyoutlines.com/lymphnodes.html#megakaryocytes

Ont été décrites des inclusions glandulaires bénignes dans des ganglions inguinaux, pelviens ou abdominaux, sous forme de structures tubulaires bordées par un revêtement monostratifié de type tubaire, cilié ou sécrétoire (endosalpingiose), rarement ces structures prolifèrent et deviennent papillaires (3), possibilité de psammomes ou de métaplasie malpighienne, dans le cadre de tumeurs ovariennes frontières, il est souvent impossible d’exclure une métastase d’aspect bénin (4). Décrit également dans les ganglions axillaires Am J Surg Pathol. 2010 Aug ;34(8):1211-6, Am J Surg Pathol. 2014 Dec ;38(12):1612-7, avec en immunohistochimie une positivité de WT1 et PAX8 (négatif dans cancer mammaire métastatique), absence de myoépithélium ou de membrane basale. Risque important de confusion avec métastase dans le cadre d’un curage.

Ceci est vraisemblablement dû à une métaplasie cœlomique d’inclusions mésothéliales ou à une régurgitation de tissu endométrial par les trompes lors des règles ou à des implants secondaires, ce qui correspond à une endométriose (association à du stroma endométrial, GR et histiocytes pigmentés). Lors d’endométriose ovarienne / péritonéale atteinte ganglionnaire dans 11% et cellules isolées pseudo endométriotiques dans 80% des ganglions sentinelles pelviens. Positivité de  : kératine, EMA, RE, RP, CD10 (stroma).

Images histologiques  : #0, #2, #3, #4 : endométriose iléocecale et inclusions ganglionnaires ; #1

http://www.pathologyoutlines.com/topic/lymphnodesendometriosis.html

http://www.pathologyoutlines.com/lymphnodes.html#mullerianinclusioncysts

Les inclusions de tissu salivaire sont très fréquentes dans les ganglions cervicaux, elles peuvent subir une transformation néoplasique ainsi la tumeur de Whartin de la parotide est présumé se développer à partir de telles inclusions (voir glandes salivaires) (Am J Otolaryngol 2005 ;26:96).

- du tissu mammaire ectopique dans des ganglions sentinelles (5-7) AJCP 2000 ;113:259, Archives 2003 ;127:e25, possibilité d’hyperplasie canalaire atypique, CIC de bas grade, contexte fréquent de papillome +/- hyperplasie atypique ou CIC Am J Surg Pathol. 2014 Mar ;38(3):383-8 qui peut présenter une métaplasie apocrine, adénose sclérosante, hyperplasie épithéliale. Elles représentent plus de la moitié des inclusions dans les ganglions axillaires (pathologie quasi exclusivement féminine, entre 32 et 79 ans (médiane de 57 ans), dans 66% découvert à l’occasion d’un curage ou ganglion sentinelle. Les autres inclusions décrites sont squameuses ou mixtes glandulaires et squameuses Am J Surg Pathol. 2011 Aug ;35(8):1123-33.

Images histologiques  : #0, #1, sein hétérotopique, inclusion versus métastase, http://www.pathologyoutlines.com/topic/lymphnodesbreastepithelium.html

- des inclusions sous forme de kystes bordés par un revêtement squameux, probablement originaire des arcs branchiaux (kyste amygdaloïde dont le diagnostic différentiel principal est une métastase bien différenciée de carcinome malpighien) (Hum Path 1990 ;21:1239), ces inclusions sont observées surtout dans les ganglions cervicaux, mais ont aussi été décrites en péri-pancréatique. Images  : #1, (fig 1 : HE, insert CK5/6 ; 2 : p63)

Elles ont également été décrites en axillaire chez des femmes Arch Pathol Lab Med. 2003 Jan ;127(1):e25-7.

http://www.pathologyoutlines.com/lymphnodes.html#squamousepithelium

- des inclusions de vésicules thyroïdiennes, mais le diagnostic différentiel avec une métastase de carcinome thyroïdien est quasi -impossible, il s’agit donc d’un diagnostic d’exclusion !, ont été décrits des inclusions thymiques dont le diagnostic différentiel avec une méta de malpighien bien différencié est très difficile.

- des inclusions mésothéliales, le plus souvent sous forme de cellules isolées ou micro-amas non vus en HE dans des N abdominaux ou médiastinaux, CK +, CD 15 -, ACE -, B72.3 - (8 ;9) AJCP 1990 ;93:741, contexte d’épanchement (Hum Path 1998 ;29:339) +/- hémorragie (Pathology 2001 ;33:239). Images  : #0

http://www.pathologyoutlines.com/lymphnodes.html#mesothelialcellinclusions

- une réaction déciduale peut se voir durant la grossesse dans les ganglions pelviens (posant des problèmes de diagnostic différentiel en extemporanée avec une méta de carcinome malpighien (Archives 2005 ;129:e117).

Histologie  : nodules corticaux superficiels ou sous-capsulaires, à cellules uniformes, peu cohésives, cytoplasme abondant amphophile vacuolé, noyaux ronds vésiculaires parfois nucléolés ; parfois bizarres, hyperchromatiques ; pas de ponts intercellulaires, ni dyskératose, ni mitoses, ni desmoplasie, CK -

Images  : #1, déciduale cervicale

http://www.pathologyoutlines.com/lymphnodes.html#decidualreaction

Cellules næviques dans les ganglions Am J Clin Pathol. 1994 Jul ;102(1):102-8  : On peut observer des amas de cellules næviques (images qui ont été également décrits sous le nom d’aspects glomiques) dans la capsule et la cloison (et les vaisseaux lymphatiques) d’un ganglion lymphatique surtout axillaire (0,33% des curages axillaires pour cancer du sein), sinon inguinal ou cervical. Ils surviennent le plus souvent dans un contexte de mélanome (10) (3% des curages ganglionnaires pour mélanome en contiennent), ou de nævi cutanés (AJCP 2004 ;121:58) parfois congénitaux (Am J Dermatopathol 2002 ;24:1).

Jusqu’à 1% des ganglions dans les curages et 4 à 13% des ganglions sentinelles (11), mais plus rare dans les curages pour carcinome mammaire (11). Amas de cellules næviques parfois sous forme de nævi de Reed, Spitz atypique dans la zone sous capsulaire et péricapsulaire (absence d’atypies de mitoses), voire à coté des vaisseaux (11). Les cellules næviques, non pigmentées, ovalaires, claires ou éosinophiles, régulières sont disposées en plages dans un fond fibreux. Les nævi sont S100 +, Melan A +, HMB 45 – sauf exception, Mib 1 -, alors que le mélanome est positif pour tous ces marqueurs (12). En FISH : anomalies chromosomiques sur les chromosomes 6 et 11, présents dans les mélanomes mais non dans les nævi intraganglionnaires Am J Surg Pathol. 2010 Feb ;34(2):231-7.

Ces amas de cellules næviques ne sont pas seulement sous corticaux mais aussi parenchymateux (13). Ce phénomène n’intéresse asymptomatique en règle qu’un seul ganglion mais il peut quelquefois se voir dans 2 ou 3 ganglions d’un curage. On peut observer d’authentiques nævus bleus très pigmentés dans des ganglions. Cet aspect est à différencier des ’métastases bénignes’ des nævi bleus cellulaires où les cellules sont retrouvées dans les sinus et/ ou dans le parenchyme ganglionnaire.

nævus : #1, #2, #3, Lame virtuelle

- ces inclusions peuvent donner lieu à des tumeurs malignes primitives du ganglion tels que le mélanome (14), ou une tumeur neuroendocrine (15).

http://www.pathologyoutlines.com/lymphnodes.html#nevi

Images histologiques : fig 1, fig2,

Reference List

(1) Rosai J. Ackerman’s surgical pathology. St Louis : Mosby, 1996 : 616-666.

(2) Knowles DM. Neoplastic hematopathology. second ed. Philadelphia : Lippincott Williams and Wilkins, 2001.

(3) Prade M, Spatz A, Duvillard P, Bognel C, Michel G, Belda MA et al. [Benign glandular inclusions in inguinal and abdominopelvic lymph nodes in gynecologic pathology]. Ann Pathol 1993 ; 13(5):317-323.

(4) Moore WF, Bentley RC, Berchuck A, Robboy SJ. Some mullerian inclusion cysts in lymph nodes may sometimes be metastases from serous borderline tumors of the ovary. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(5):710-718.

(5) Edlow DW, Carter D. Heterotopic epithelium in axillary lymph nodes : report of a case and review of the literature. Am J Clin Pathol 1973 ; 59(5):666-673.

(6) Turner DR, Millis RR. Breast tissue inclusions in axillary lymph nodes. Histopathology 1980 ; 4(6):631-636.

(7) Maiorano E, Mazzarol GM, Pruneri G, Mastropasqua MG, Zurrida S, Orvieto E et al. Ectopic breast tissue as a possible cause of false-positive axillary sentinel lymph node biopsies. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(4):513-518.

(8) Parkash V, Vidwans M, Carter D. Benign mesothelial cells in mediastinal lymph nodes. Am J Surg Pathol 1999 ; 23(10):1264-1269.

(9) Brooks JS, LiVolsi VA, Pietra GG. Mesothelial cell inclusions in mediastinal lymph nodes mimicking metastatic carcinoma. Am J Clin Pathol 1990 ; 93(6):741-748.

(10) Carson KF, Wen DR, Li PX, Lana AM, Bailly C, Morton DL et al. Nodal nevi and cutaneous melanomas. Am J Surg Pathol 1996 ; 20(7):834-840.

(11) Patterson JW. Nevus cell aggregates in lymph nodes. Am J Clin Pathol 2004 ; 121(1):13-15.

(12) Lohmann CM, Iversen K, Jungbluth AA, Berwick M, Busam KJ. Expression of melanocyte differentiation antigens and ki-67 in nodal nevi and comparison of ki-67 expression with metastatic melanoma. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(10):1351-1357.

(13) Biddle DA, Evans HL, Kemp BL, el Naggar AK, Harvell JD, White WL et al. Intraparenchymal nevus cell aggregates in lymph nodes : a possible diagnostic pitfall with malignant melanoma and carcinoma. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(5):673-681.

(14) Shenoy BV, Fort L, III, Benjamin SP. Malignant melanoma primary in lymph node. The case of the missing link. Am J Surg Pathol 1987 ; 11(2):140-146.

(15) Eusebi V, Capella C, Cossu A, Rosai J. Neuroendocrine carcinoma within lymph nodes in the absence of a primary tumor, with special reference to Merkel cell carcinoma. Am J Surg Pathol 1992 ; 16(7):658-666.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.