» GANGLION LYMPHATIQUE LESIONS DIVERSES

LESIONS DIVERSES


Les ganglions peuvent être le siège de multiples lésions non néoplasiques telles : métaplasie adipeuse ou involution adipeuse qui est fréquente (le plus souvent simplement persistance d’un liséré lymphoïde normal, se voit surtout en fémoral/inguinal et axillaire) ; vascularite.
Les ganglions peuvent aussi être le siège de matériel hyalin qui peut se calcifier secondairement ou de matériel protéinacé éosinophile extracellulaire (souvent dans le cadre de différentes pathologies ganglionnaires, en particulier certains lymphomes) et qui ne doit pas être confondu avec de l’amyloïde. Ils sont rarement massifs, masquant l’architecture ganglionnaire et la prolifération lymphomateuse sous -jacente.
Le terme générique de lymphadénopathie protéinacée (adénopathie angiocentrique sclérosante) (1)caractérise de tels dépôts extensifs de matériel protéique ou glycoprotéique endogène, ne correspondant ni à de l’amyloïde ni à des chaînes légères. Pathologie de l’adulte de 30 à 77 ans, prédominance féminine, fièvre, amaigrissement, prurit, anorexie, faiblesse, polyadénopathies, possibilité d’antécédents d’arthrite rhumatoïde ou de sclérodermie (J Clin Pathol 1994 ;47:138, Br J Rheumatol 1995 ;34:1087). Ganglions agrandis, fermes, homogènes. En histologie : dépôts qui peuvent être massifs et détruire l’architecture ganglionnaire, ces dépôts acellulaires, éosinophiles, amorphes peuvent être agencés concentriquement autour des vaisseaux. Dans le cadre d’une arthrite rhumatoïde possibilité d’hyperplasie folliculaire, plasmocytose interfolliculaire, granulomes sarcoïdes, voire calcifications focales.
Ces substances peuvent être de nature amyloïde ou non amyloïde et doivent être distinguées des dépôts plus communs de tissu collagène ou hyalin. A l’inverse des dépôts d’amylose, dont les caractères physicochimiques et les affinités tinctoriales sont caractéristiques, la nature des dépôts de nature non amyloïde est moins bien connue. Ces derniers ont été rapportés principalement lors de lymphomes malins non hodgkiniens de type centrofolliculaire et sont alors préférentiellement localisés à l’intérieur des follicules néoplasiques. Plus rarement, ils surviennent lors de lymphomes malins de type MALT, ou de maladies de Hodgkin et sont alors souvent en rapport topographique avec des cellules plasmocytaires.
Les dépôts non amyloïdes d’Ig monoclonales sont mixtes (chaînes légères + lourdes dans les ganglions alors que la maladie des chaînes légères prédomine dans le rein), ils sont confirmés en immunohistochimie, dans les parois vasculaires et parenchyme ganglionnaire, possibilité de réaction gigantocellulaire, corps astéroïdes, de Russell/ Dutcher
Associés aussi à hypergammaglobulinémie (Archives 1990 ;114:34, AJSP 1979 ;3:137). Souvent présents dans les N pelviens ou abdominaux. Images : #0 ; #1 ; #2 ; + granulomes
Ces substances correspondent très vraisemblablement à des produits d’une réponse immunitaire anormale et contiennent pour une part des composants structurels des immunoglobulines, comme l’attestent leur immunoréactivité pour les chaïnes légères et/ou lourdes des immunoglobulines et leur association fréquente à des troubles de l’immunoélectrophorèse des protéines sériques (pic monoclonal). Les caractéristiques ultrastucturales des dépôts protéinacés sont variables selon les auteurs : matériel fibrillaire périodique pour certains, non fibrillaire ou microvésiculaire d’origine membranaire pour d’autres. En microscopie électronique, les structures microvésiculaires ont été rattachées à une probable dérégulation du métabolisme cellulaire avec accumulation de matériel membranaire dans l’espace extracellulaire (2-4).
http://www.pathologyoutlines.com/lymphnodes.html#hyalinedeposits
 
 
Reference List
 
 (1) O'Malley DP, George TI, Orazi A, Abbondanzo SL. Benign and reactive conditions of lymph node and spleen. 1st ed. American registry of pathology, 2009.
 (2) Chittal SM, Caveriviere P, Voigt JJ, Dumont J, Benevent B, Faure P et al. Follicular lymphoma with abundant PAS-positive extracellular material. Immunohistochemical and ultrastructural observations. Am J Surg Pathol 1987 ; 11(8):618-624.
 (3) Osborne BM, Butler JJ, Mackay B. Proteinaceous lymphadenopathy with hypergammaglobulinemia. Am J Surg Pathol 1979 ; 3(2):137-145.
 (4) Rosas-Uribe A, Rappaport H. Malignant lymphoma, histiocytic type with sclerosis (sclerosing reticulum cell sarcoma). Cancer 1972 ; 29(4):946-953.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.